X

À La Une

Un cadre militaire du Hezbollah aurait été assassiné en Syrie, Israël pointé du doigt

Dans la presse

Machhour Zeidan, présenté par plusieurs médias comme un haut dirigeant du parti chiite libanais à la tête d'une unité active dans le sud de la Syrie, aurait été tué lundi par un bombardement aérien qui a visé son véhicule.

OLJ
24/07/2019

Un cadre militaire du Hezbollah libanais a été assassiné en Syrie lundi, ont rapporté ces derniers jours des médias syriens pro et anti régime. Et selon différents médias arabes, Israël serait derrière la frappe qui a ciblé le véhicule de ce responsable qui aurait été impliqué dans les efforts militaires du parti chiite sur le plateau syrien du Golan, à la frontière avec Israël.

Selon le site d'information syrien pro-Assad Arabi al-Yom, Machhour Zeidan conduisait sa voiture dans la localité de Saasaa, située à proximité de Qouneitra, dans le sud de la Syrie, lorsque le véhicule a été touché par un missile israélien. Une fillette de trois ans qui se trouvait sur la route au passage de la voiture a elle aussi été tuée, selon les informations rapportées par la même source.
Le site rapporte en outre que le cadre du parti chiite circulait avec de faux papiers sous le nom de Mohammad Naji. Il souligne que les médias officiels syriens n'ont pas rapporté cette information, mais que des médias proches de l'opposition syrienne l'ont largement relayée ainsi que des photos censées montrer le véhicule calciné du cadre du Hezbollah.

Selon le site d'information libanais al-Modon, une unité du parti chiite a été dépêchée sur les lieux de l'attaque afin d'identifier le corps du cadre du parti.

Machhour Zeidan serait originaire du village syrien de Hadar, dans la région de Qouneitra. Présenté par Arabi al-Yom comme "l'un des plus hauts cadres du Hezbollah", il aurait été à la tête d'un groupe de militants armés actifs dans la lutte contre Israël à partir du sud de la Syrie, selon le site qui rapporte que cet individu faisait partie des "personnes recherchées" par Israël, et que Tel Aviv avait "tenté à plusieurs reprises de l'assassiner, sans succès jusque-là". Mais ni Arabi al-Yom, ni al-Modon ne mentionnent dans leurs informations expressément le Golan comme zone d'activité de Machhour Zeidan.


"Dossier du Golan"
En mars dernier, Israël avait affirmé que le Hezbollah s'implantait secrètement sur le plateau syrien occupé du Golan afin de pouvoir mener à l'avenir, à partir de là, des opérations contre l'Etat hébreu. L'unité, qui selon Tel Aviv se fait appeler "Dossier du Golan", serait menée par des responsables du parti pro-iranien basés à Beyrouth. Le président syrien, Bachar el-Assad, n'aurait initialement pas été tenu au courant de l'existence de cette unité, selon les Israéliens. Un porte-parole militaire israélien expliquait que cette unité secrète repose sur des infrastructures du Hezbollah au Liban et en Syrie, notamment au sein d'unités de l'armée syrienne et parmi des habitants syriens de la portion du plateau du Golan syrien non occupée par Israël.

Al-Modon affirme que Machhour Zeidan avait également dirigé des unités armés à Deraa (sud de la Syrie), ainsi que dans la Ghouta orientale, en banlieue rurale de Damas, durant ces dernières années. Il note également que ce cadre militaire possédait divers papiers d'identité sous de faux noms. Selon al-Modon, qui cite des activistes, Machhour Zeidan avait "disparu" il y a quatre mois dans la région de la Ghouta. Donné pour mort selon les rumeurs, il aurait été rappelé au Liban par le Hezbollah, avant de revenir en Syrie pour une nouvelle mission et sous une nouvelle identité.

Le quotidien israélien Haaretz rapporte également l'assassinat de Machhour Zeidan dans ses colonnes, mercredi. Il affirme que ce cadre du Hezbollah était "chargé de recruter des individus qui devaient collecter des renseignements militaire sur les activités de l'armée israélienne dans le secteur et stocker des explosifs, des munitions, des armes et des missiles anti-chars chez eux, en guise de préparation à un éventuel affrontement militaire avec Israël", dans le cadre des efforts de l'unité "Dossier du Golan".

Contactée par L'Orient-Le Jour pour commenter ces informations, la responsable du bureau des médias au sein du Hezbollah Rana Sahili était injoignable. L'armée israélienne ne s'est jusque-là pas prononcée sur cette affaire.


C'est également dans le Sud syrien qu'une attaque "israélienne" a été perpétrée, tôt mercredi, selon l'agence officielle syrienne Sana. L'Observatoire syrien des Droits de l'Homme (OSDH), parle lui de tirs de missiles contre des "positions militaires" du régime et de ses alliés, notamment le Hezbollah.

Depuis le début, en 2011, de la guerre en Syrie, Israël a mené plusieurs frappes contre l'armée syrienne mais aussi contre les forces de l'Iran et du Hezbollah , alliés indéfectibles du régime de Bachar el-Assad et deux grands ennemis de l'Etat hébreu implantés en Syrie. Israël a toujours affirmé son intention de continuer à viser les positions tenues par l'Iran ou le Hezbollah en Syrie, et qu'il ne laisserait pas Téhéran s'implanter à sa frontière.

Les frappes interviennent dans un contexte de tensions accrues au Moyen-Orient, Israël d'un côté et l'Iran et le Hezbollah de l'autre multipliant les déclarations belliqueuses. Le 14 juillet, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait prévenu le Hezbollah qu'Israël lui infligerait un coup "dévastateur" en cas d'attaque du mouvement chiite. Quelques jours plus tôt, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah avait estimé que l'Etat hébreu ne serait pas "épargné" en cas de conflit entre les Etats-Unis, alliés d'Israël, et l'Iran.

Mardi, c'est l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Danny Danon, qui affirmait à New York que "le port de Beyrouth est devenu le port du Hezbollah". Des affirmations réfutées par l'ambassadrice du Liban, Amal Moudallali.

Depuis plusieurs mois, Israël fait monter la pression contre le Hezbollah. En décembre dernier, l'armée israélienne a lancé l'opération "Bouclier du Nord" pour détruire les tunnels détectés du côté israélien de la frontière avec le Liban, longue de 80 km. Israël affirme que ces "tunnels d'attaque" sont un moyen pour les combattants du Hezbollah de s'infiltrer sur son territoire en cas de guerre. Les tunnels devaient servir au Hezbollah à enlever ou assassiner des soldats ou des civils israéliens, et à s'emparer d'une frange du territoire israélien en cas d'hostilités, affirme Israël.

Avant cette opération, Benjamin Netanyahu avait également affirmé fin 2018 que le Hezbollah utilisait des sites proches de l'Aéroport international de Beyrouth comme "caches d'armes secrètes". Lors d'un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU fin septembre, le Premier ministre israélien avait présenté une carte du sud de Beyrouth, montrant trois "sites secrets" présumés, dans lesquels le parti chiite transformerait des missiles de précision, sur ordre de l'Iran.

La dernière grande confrontation en date entre le Hezbollah et l’Etat hébreu remonte à 2006. Les 33 jours de guerre avaient fait 1200 morts côté libanais, et 160 côté israélien, sans neutraliser le parti chiite.


Lire aussi

Le Hezbollah va-t-il s’inviter dans la danse régionale ?


Pour mémoire

Le Golan et les possibilités d’une nouvelle guerre

Quand le Hezbollah joue à cache-cache avec Israël sur le Golan

Le Golan syrien dans tous ses États

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

libanais étranger au liban

ok quoi d'autre sinon??

Y a pas une nouvelle qui parlerait..hum.. voyons voir... bah oui.. "la paix"... c'est un mot inconnu dans le vocabulaire des protagoniste?

Ca vous dit les gars?? de faire la paix ...et nous foutre la paix?

IMB a SPO

La vrais question est: Si le mec liquide se promenit avec des faux papiers et sous un faux nom, comment les Israeliens ont pu le coincer?
Le Mossad est bien infiltre dans le Hezb et semble etre partout....

Irene Said

Et le sinistre feuilleton continue: ils assassinent, et eux ripostent en assassinant aussi...
Et après....
quel résultat...depuis des années que cela continue ?

La Palestine et le Golan sont toujours bien occupés...mais les gens continuent de mourir, dont une fillette innocente de 3 ans.

Et les marchands d'armes font des affaires en fournissant les "résistants"...qui eux après font des dicours enflammés de menaces...
Irène Saïd




Amère Ri(s)que et péril.

Lolj ne relate que les faits, avérés ou pas qui discréditent la résistance libanaise, lisez bien le titre : aurait été etc....

Hier on titrait : l'amérique pense avoir abattu un 2eme drone iranien etc...

Par contre l'Iran l'olj ne relate jamais les succès que la résistance accompli.

BUT WHYYYYYYYYY ?????

Remy Martin

Donc ils ont pu viser plein dans le mille, à distance, un objectif ne dépassant pas 8m2 ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QU,ILS ONT LE BRAS LONG CES ISRAELIENS.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants