Rechercher
Rechercher

Liban - Permis de travail

Abousleiman ouvert à une discussion avec les Palestiniens à condition qu’ils acceptent de se conformer à la loi

Le ministre du Travail devrait recevoir aujourd’hui une délégation de l’union des employés palestiniens.

Le ministre du Travail, Camille Abousleiman. Photo d'archives ANI

Rien ne peut faire fléchir le ministre du Travail Camille Abousleiman, qui affirme aller jusqu’au bout dans l’application de la loi relative à la lutte contre le travail illégal des étrangers. Un plan de travail, instauré dans ce sens en mai dernier, a été lancé le 11 juillet, aboutissant à la fermeture de commerces détenus illégalement par des étrangers ou employant des ouvriers non libanais non détenteurs d’un permis de travail. Toutefois, comme il l’a déjà déclaré à maintes reprises, M. Abousleiman est « ouvert » à toute discussion avec les parties palestiniennes « du moment qu’elles acceptent d’appliquer la loi et d’obtenir le permis de travail, tout en préservant bien sûr les intérêts du ministère et de l’État libanais ».

« Je continuerai à appliquer la loi », réitère M. Abousleiman à L’Orient-Le Jour, confiant avoir tenu hier une réunion loin des feux de la rampe avec des responsables palestiniens pour mieux comprendre leurs appréhensions concernant les documents à obtenir pour le permis de travail. Il devrait tenir une réunion aujourd’hui avec une délégation de l’Union des employés palestiniens. « Je suis prêt à faciliter l’obtention de ces documents, assure-t-il, mais le point de départ de toute discussion reste l’acceptation de se conformer à la loi et d’obtenir le permis de travail qui leur permet d’avoir des indemnités de fin de service et les protège contre les licenciements arbitraires. »

Selon une source proche du courant du Futur, « la solution au problème sera prise lors de la prochaine séance du Conseil des ministres ». Le Premier ministre Saad Hariri devrait « geler l’application de cette décision et la transférer à la commission de dialogue libano-palestinienne ». C’est ce que confirme d’ailleurs le bureau de presse de Bahia Hariri, députée de Saïda, qui a été reçue par le chef du gouvernement. Dans un communiqué, la députée de Saïda a souligné que « la question s’oriente vers un dénouement paisible lors de la prochaine séance du Conseil des ministres ».


(Lire aussi : Le travail des Palestiniens, un dossier délicat et un timing sensiblele décryptage de Scarlett HADDAD)



Maintien des mouvements de protestation

Sur le terrain, les sit-in de protestation contre ce plan se sont poursuivis hier encore dans le camp de Aïn el-Héloué, où un affrontement a eu lieu entre des manifestants et des agents des forces de sécurité palestiniennes. Ceux-ci « se poursuivront jusqu’à ce que le ministre du Travail revienne sur sa décision », a affirmé Mounir Makdah, responsable au sein du Fateh. Dans une déclaration à l’agence al-Markaziya, il a souligné que des « réunions palestiniennes intensives sont menées pour régulariser la situation des Palestiniens au Liban ». Il a en outre estimé que « la position prise par le président de la Chambre Nabih Berry – qui avait demandé à M. Abousleiman de revenir sur sa décision – est une garantie pour les Palestiniens, vu la spécificité de leur présence au Liban, puisqu’ils sont des réfugiés et non des étrangers ». M. Makdah a souligné dans ce cadre que « les autorités palestiniennes se rendront auprès des responsables libanais pour ramener les choses à la période qui a précédé l’application de la loi ».

Pour contenir ces mouvements de protestation, une réunion s’est tenue hier soir, à l’invitation du député Oussama Saad, au centre culturel Maarouf Saad à Saïda entre des partis dits nationaux et les factions palestiniennes. Quelque 250 personnes étaient présentes. Un comité de suivi de quinze personnes a été formé. Il devrait se réunir aujourd’hui pour annoncer une manifestation centrale en vue de dégonfler ces mouvements de protestation. Un document sur les droits des Palestiniens au Liban a également été émis.


(Lire aussi : Abousleiman tente de résister à la pression des Palestiniens)



Par ailleurs, le dossier des réfugiés et des moyens de le régler a été au centre de la réunion qu’au eue M. Hariri avec la représentante du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Mireille Girard. M. Hariri a également reçu une délégation du bureau politique de la Jamaa Islamiya, conduite par l’ancien député Imad el-Hout, qui a déclaré à l’issue de l’entretien que « la main-d’œuvre palestinienne est différente de l’étrangère, et cela devrait être pris en considération ».

M. Berry a de son côté reçu une lettre du président du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyé, qui a regretté les mesures prises par le ministère du Travail à l’encontre de la main-d’œuvre palestinienne. Il a appelé M. Berry à intervenir « pour arrêter ces mesures et faire en sorte que les ouvriers palestiniens vivent dignement ». « Ils sont les hôtes du Liban et resteront attachés à leur identité et leur droit au retour », a conclu M. Haniyé.


Lire aussi

Emploi des Palestiniens : la question a été confiée au gouvernement, affirme Hariri au Hamas

Emploi des étrangers : des réactions partagées, aux deux extrêmes

Geagea : La contestation des Palestiniens est purement politique

Le précédent de Berry : tenter d’empêcher un ministre d’appliquer une loi

Face à Abousleiman, pourtant compréhensif, la mobilisation palestinienne se maintient


Pour mémoire

Aucune complaisance envers les personnes embauchant illégalement des étrangers, affirme Abousleiman


Rien ne peut faire fléchir le ministre du Travail Camille Abousleiman, qui affirme aller jusqu’au bout dans l’application de la loi relative à la lutte contre le travail illégal des étrangers. Un plan de travail, instauré dans ce sens en mai dernier, a été lancé le 11 juillet, aboutissant à la fermeture de commerces détenus illégalement par des étrangers ou employant des ouvriers...

commentaires (6)

si je peux me permettre de rajouter … en verite je vous le dit les palestiniens n'ont que faire des lois libanaises qui les proteges contre les renvoie abusif ou meme qui force les employeurs a ne pas les surexploiter et payer leur retraite ou leur assurance maladie .. vous savez pq !?!? car s'ils acceptent ils n'auront PLUS DE TRAVAIL COMME AVANT AU NOIR C,EST CE QUI fait en sorte que les employeurs les embauche car plus economique non seulement du point de vue salaire .. mais aussi du point de vue des charges salariale c'est ce qui cause une concurrance illegale et inegale envers les libanais

Bery tus

15 h 04, le 23 juillet 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • si je peux me permettre de rajouter … en verite je vous le dit les palestiniens n'ont que faire des lois libanaises qui les proteges contre les renvoie abusif ou meme qui force les employeurs a ne pas les surexploiter et payer leur retraite ou leur assurance maladie .. vous savez pq !?!? car s'ils acceptent ils n'auront PLUS DE TRAVAIL COMME AVANT AU NOIR C,EST CE QUI fait en sorte que les employeurs les embauche car plus economique non seulement du point de vue salaire .. mais aussi du point de vue des charges salariale c'est ce qui cause une concurrance illegale et inegale envers les libanais

    Bery tus

    15 h 04, le 23 juillet 2019

  • les palestiniens sont dans la rue et manifeste comme ca juste parce que se ministre fait partie des FL … ceci est mon humble avis … le ministre ne doit ABSOLUMENT PAS FLECHIR, et si hariri et les autres le laisse tomber .. alors les FL devraient laisser tomber aussi le gouvernement !! car cette loi a été voter au parlement (pouvoir législatif) et mis a execution (comme il se doit d'ailleurs) par l'exécutif (pouvoir exécutif)… la je me demande ou est le pouvoir judiciaire !!??!?!

    Bery tus

    14 h 57, le 23 juillet 2019

  • HÉLAS, SI ON AVAIT LA MOITIÉ DES MINISTRES QUI RESSEMBLENT À ABOUSLEIMAN, ON POURRA ESPÉRER UN CHANGEMENT. ON RÊVE EN COULEURS.

    Gebran Eid

    13 h 19, le 23 juillet 2019

  • Messieurs: Mounir Makdah, responsable FATEH Ismaïl Haniyé, responsable du HAMAS accepteriez-vous que notre ministre du Travail Libanais vous dicte ce que vous devez faire "chez vous" ? Madame Mireille Girard, représentante du HCR, pourquoi toujours vous manifester lors des conséquences des problèmes des réfugiés...et jamais à leur source, dans ce cas précis: Israël et son occupation illégale et criminelle de la Palestine ? Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 45, le 23 juillet 2019

  • Je ne comprends pas pourquoi le ministre Aboussouan ne publie pas un communiqué de presse officiel, diffusé par les médias et en spots télés, expliquant clairement ce qu'impliquent ces mesures et détaillant explicitement les droits et obligations spécifiques des Palestiniens au Liban, notamment en matière d'emploi. Le flou qui règne actuellement autorise toutes les manipulations et les ingérences. Hariri fils et sœur, Berry et bien d'autres exploitent ces lacunes alors même que les mesures prises par le ministre semblent être conformes à la loi et de nature à protéger les droits des employés étrangers, palestiniens ou non. Une campagne de communication sur les mesures prises et leurs impacts paraît urgente pour couper l'herbe sous les pieds des magouilleurs politiques et des fauteurs de troubles.

    Marionet

    09 h 01, le 23 juillet 2019

  • Quand les citoyens libanais ou les retraites militaires qui ont donne leurs martyrs a la nation manifestent, on les encadre, on les encercle, on les attaque et le government joue sur la durée et la fermeté. Quand ce sont des palestiniens ou d’autres parasites dans le pays qui contestent une décision ministérielle appliquée et acceptée par la population libanaise concernée, on intervient a haut niveau, on n'hésite pas a contredire ou a essayer de briser un Ministre, et a convoquer le conseil des ministre pour reconsidérer une decision qui derange l’harmonie abusive de nos réfugiés! Un Scandale, une absurdité que personne n’ose dénoncer.

    Cadige William

    08 h 17, le 23 juillet 2019

Retour en haut