X

À La Une

Pour la Banque mondiale, le budget 2019 du Liban est "un premier bon pas"

Economie

"Pour des résultats qui soient considérés comme un succès, nous appelons à une réelle mise en oeuvre des mesures prévues par le budget", insiste le directeur régional de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient, Saroj Kumar Jha.

OLJ
21/07/2019

Le directeur régional de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient, Saroj Kumar Jha, a estimé dimanche que le budget de 2019 que le Liban a voté vendredi avec plusieurs mois de retard était "un premier bon pas", appelant toutefois les autorités du pays du Cèdre à mettre en oeuvre les mesures prévues par cette loi des finances.

"Le Liban vient d'adopter un budget qui vise à réduire de manière significative les dépenses fiscales, après un débat national qui a entièrement impliqué le gouvernement et le Parlement. Cela est un bon premier pas et le débat élargi, qui est unique dans la région, est le bienvenu", s'est félicité M. Kumar Jha sur Twitter.


"Pour des résultats qui soient considérés comme un succès, nous appelons à une réelle mise en oeuvre des mesures prévues par le budget, ainsi qu'une poursuite de cette dynamique en vue de l'adoption du budget de 2020, de même qu'une mise en application du plan gouvernemental pour la production du courant électrique", a ajouté le responsable de la BM.

Vendredi, le Parlement a adopté par 83 voix pour et 18 contre et une abstention, le budget de l'année en cours. Ce soir-là, le groupe international de soutien au Liban, à l’origine de la Conférence de Paris d’avril 2018 (CEDRE)  a salué l’adoption du budget, qualifié de "première étape urgente" du pays pour assainir ses finances publiques. Le groupe a en outre affirmé "reconnaître le sacrifice consenti par le peuple libanais" pour permettre à son pays de renouer avec la croissance et a réaffirmé son soutien à la stabilité du pays.

Pour adopter ce budget, le Parlement a voté une proposition de loi revêtue du caractère de double urgence qui accorde des délais supplémentaires au gouvernement et à la Cour des comptes pour préparer et transmettre au Parlement les projets de lois de règlement (les bilans comptables de l’État), contournant ainsi une nouvelle fois la Constitution.


Lire aussi

Après quatre jours d’échauffourées, résultat en demi-teinte pour les militaires à la retraite

Lois de règlement : le Parlement contourne encore la Constitution

Déraisons d’État, l'édito de Issa GORAIEB

Au Parlement, Samy Gemayel se lâche sur le « budget des fantômes »

Parpaings et farandole, le billet de Gaby NASR

SOS, citoyens à l’abandonl’édito de Michel TOUMA

Budget 2019 : les objectifs fixés sont-ils réalistes ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA POLITIQUE SE PRONONCE ET NON LA FINANCE ! GARE A CES ORACLES DU BONHEUR HABILLES DE NOIR.

MIROIR ET ALOUETTE

Pas besoin de commentaires inutiles , Aboulez,le fric .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants