X

À La Une

Frontière maritime : Hariri affirme "œuvrer sans relâche" pour lancer les négociations

Liban Le Premier ministre libanais annonce avoir eu connaissance des "dernières phases du plan de renforcement de la marine libanaise", un plan "essentiel pour la protection des ressources en hydrocarbures" éventuelles du Liban. 
OLJ
15/07/2019

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a assuré lundi qu'il œuvrait "sans relâche" pour lancer les négociations sur les frontières maritimes avec Israël, une procédure "essentielle", selon lui, pour protéger les éventuelles ressources hydrocarbures présentes au large du pays.  Il s'exprimait lors d'une visite des forces maritimes de la Force intérimaire de l'ONU au Liban (Finul) au port de Beyrouth, au cours de laquelle il a notamment effectué une tournée d'inspection sur un bateau brésilien sous le commandement de la Finul.

"Je suis présent sur ce navire afin de vous réaffirmer mon engagement, et celui du gouvernement, envers les résolutions 1701 (qui a instauré un cessez-le-feu à l'issue de la guerre de juillet 2006, ndlr) et 2433 (qui a renouvelé le mandat de la Finul en 2018, ndlr)", a affirmé M. Hariri. "Ces textes prévoient que le Liban renforce et développe ses capacités maritimes et je suis très fier de vous annoncer que j'ai pris connaissance la semaine dernière des dernières phases du plan lancé dans ce but", a-t-il annoncé. Il a affirmé qu'il ferait "tout ce qui est en (son) pouvoir pour que ce plan soit approuvé par le Conseil des ministres avant le 31 août prochain, date du renouvellement du mandat de la Finul". 

Ce plan fait, selon Hariri, partie des "priorités pour le renforcement de la Sécurité de l'Etat et le maintien de son autorité sur les eaux territoriales libanaises et pour lutter contre les activités terroristes, l'émigration illégale, le trafic d'êtres humains et de biens illégaux". 



(Lire aussi : Contentieux frontalier : le ministre israélien de l’Énergie dénonce une "pression" du Hezbollah)



Protection des ressources hydrocarbures
Ce renforcement des capacités de la marine libanaise intervient, comme le souligne le Premier ministre, alors qu'il "œuvre sans relâche pour lancer des négociations concernant les frontières maritimes" du pays, qui font l'objet d'un contentieux avec Israël. Ces négociations "devront faire l'objet de décisions en Conseil des ministres", a-t-il souligné. Le renforcement des forces maritimes "jouera un rôle essentiel pour protéger nos ressources nationales hydrocarbures", a affirmé Saad Hariri. 

Il a souligné que le Liban avait besoin, dans ces perspectives "du soutien de la communauté internationale. "Il est désormais temps d'appliquer toutes les prescriptions de la résolution 1701, afin de renforcer tous les aspects des forces armées libanaises, afin qu'elles puissent assumer leurs responsabilités", a ajouté M. Hariri. 

La médiation du diplomate américain David Satterfield entre le Liban et Israël sur la question des frontières terrestre et maritime entre les deux pays ne semble pas avoir abouti. M. Satterfield a effectué plusieurs aller-retours entre Beyrouth et Tel Aviv, afin de faire part des revendications de chaque partie. Le Liban a notamment posé plusieurs conditions à l'ouverture de discussions indirectes avec Israël sur ces sujets, comme l'examen simultané du tracé des frontières maritime et terrestre, et la non-limitation dans le temps des négociations prévues avec les Israéliens sous la médiation des États-Unis et la houlette des Nations unies, sachant qu’Israël exigeait de définir un délai de 6 mois pour la durée de ces négociations.

Début juillet, le ministre israélien de l’Energie, Yuval Steinitz, avait exprimé sa frustration face au "refus du Liban" de s'accorder sur la frontière maritime, laissant entendre que le Hezbollah exerce "une pression" sur les autorités libanaises sur ce dossier. Le litige sur le tracé des frontières bloque le processus d’exploitation des ressources hydrocarbures offshore, notamment dans la partie contestée du bloc 9.

Vendredi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait affirmé que si la médiation concernant le litige était "parrainée" par les Etats-Unis, ces derniers "donneront toutes nos terres et notre pétrole aux Israéliens", accusant Washington de vouloir "écarter l'ONU" de ces négociations. Il avait estimé que les négociations semblent "au point mort".


Pour mémoire
Hydrocarbures : Russes et Européens intéressés par le Liban, selon Boustani

Frontières maritimes avec la Syrie : La Russie peut jouer un rôle positif, affirme Bou Saab

Dernière ligne droite pour le tracé des frontières maritimes et terrestres entre Israël et le Liban ?

Frontières maritimes, un dossier en suspens malgré la visite de Satterfieldle décryptage de Scarlett Haddad

Projet du gazoduc EastMed reliant Israël à l'Europe : quel impact sur le Liban?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES NEGOCIATIONS SONT NECESSAIRES ET URGENTES POUR LE LIBAN, IL AURAIT ETE PREFERABLE QU,ELLES FUSSENT DIRECTES.

Honneur et Patrie

Hassan Nasrallah : Les Etats-Unis donneront toutes nos terres et notre pétrole aux Israëliens.
Si cela est vrai, c'est très grave. Mais si ce n'est pas vrai, il est inacceptable de mentir, parce que les gens simplets croient ce qu'ils entendent.

MIROIR ET ALOUETTE

Sans des armes efficaces pour protéger nos ressources naturelles, il ne sert à rien de parler , ni de rire .

Et ces armes sont en lieu sûr et en de bonnes mains .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants