X

À La Une

A Téhéran, "le peuple est prêt" à faire face à l'"ennemi" américain

Reportage

"Chaque fois qu'un Iranien sent que sa patrie, sa famille, ou son honneur est menacé, mis en danger, violé, il est à l'écoute du Guide, disposé et prêt à intervenir avec force et rigueur", assure Hamid, professeur retraité.

OLJ/AFP
27/06/2019

Dans une rue de Téhéran, une foule scande les habituels slogans contre les Etats-Unis, "ennemi" numéro un de l'Iran: pour ces fidèles de la République islamique, leur pays est prêt à affronter Washington si la rhétorique guerrière se poursuit.

"Aujourd'hui, le message qui est relayé de Téhéran dans le monde, c'est que le peuple iranien, comme à son habitude, est prêt", lance avec défi Mohammad, venu honorer dans le centre de la capitale iranienne "150 martyrs" tombés lors de la guerre Iran-Irak ou en Syrie. "Sans aucun doute aujourd'hui, notre force est telle que personne n'ose entrer en conflit avec elle ou l'attaquer", assure ce quadragénaire, réagissant aux dernières déclarations martiales du président américain Donald Trump.

La crise au long cours qui caractérise depuis 40 ans les relations entre les Etats-Unis et la République islamique connaît depuis bientôt deux mois un nouvel accès de fièvre sur fond d'escalade militaire dans la région du Golfe, et plus particulièrement depuis que l'Iran a abattu un drone américain le 20 juin.

Dans ces circonstances ultratendues faisant craindre un embrasement à tout moment, le président américain Donald Trump a évoqué mercredi la possibilité d'une guerre courte contre Téhéran, potentiellement dévastatrice. "Nous sommes dans une position très forte, et ça ne durerait pas très longtemps, je peux vous le dire", a assuré M. Trump sur la chaîne de télévision Fox Business Network. "Et je ne parle pas de troupes au sol", a-t-il ajouté.

En ce premier jour de week-end prolongé, la foule réunie rue Enghelab ("Révolution" en persan) scande les habituels slogans de "Mort à l'Amérique", "A bas Israël". Hommes en bras de chemises et femmes en tchador noir de rigueur arborent des glaïeuls, blancs, rouges ou roses, ainsi que des portraits du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei.


(Lire aussi : Pourquoi Khamenei ne s’inspire-t-il pas de la stratégie de Kim Jong-un ?)


"Persévérance et résistance"

"Chaque fois qu'un Iranien sent que sa patrie, sa famille, ou son honneur est menacé, mis en danger, violé, il est à l'écoute du Guide, disposé et prêt à intervenir avec force et rigueur", assure Hamid, professeur retraité.

La foule s'est rassemblée dès 09H30 (05H00 GMT), sous un soleil déjà accablant, devant l'Université de Téhéran autour de chapiteaux mobiles dressés pour exposer les cercueils des "loyaux compagnons" morts pour l'Iran. Enveloppés dans plusieurs drapeaux iraniens les parallélépipèdes sont dressés en pyramides, gardées par des soldats de l'armée nationale ou des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, en uniforme d'apparat. Sans donner de chiffre précis, la télévision d'Etat parle d'une "foule immense".

La guerre Iran-Irak (1980-1988) a beau s'être achevée il y a plus de trente ans, l'Iran organise régulièrement des funérailles pour des soldats dont les restes sont soit restitués par l'Irak, soit découverts dans les zones des combats, qui se sont déroulés essentiellement en Iran.

Selon la presse iranienne, les cercueils exposés à la dévotion de la foule contenaient les dépouilles ou les restes de 148 soldats tombés pendant la guerre Iran-Irak, dont 35 seulement ont été identifiés, et de deux "défenseurs des lieux saints", ainsi que sont appelés les "volontaires" partis combattre en Syrie, où l'Iran apporte un soutien militaire au dirigeant Bachar al-Assad.

"Il est de notre devoir d'écouter ces messages de grandeur, de persévérance et de résistance qui réveillent en nous le sens des responsabilités", déclare à la foule Ebrahim Raïssi, chef de l'Autorité judiciaire, en faisant référence aux "testaments" écrits par les soldats avant de monter au combat. "Nous nous ressourcerons du sang des martyrs. C'est ce sang qui a arrosé et abreuve le grand arbre fécond de la Révolution islamique", clame-t-il.


(Lire aussi : Washington et Téhéran s’enferment dans un cercle vicieux)



"Main bénie"

Revenant sur l'incident du drone américain --abattu selon Téhéran après qu'il eut violé l'espace aérien iranien, ce que Washington conteste--, M. Raïssi affirme: "La main bénie qui a attaqué le drone américain a confirmé que pour résister devant l'ennemi la République islamique n'a aucune hésitation."

"La République islamique reconnaît l'Amérique comme l'ennemi principal devant le régime sioniste (Israël, ndlr) et, avec toute sa force, est capable de les amener à repentance", lance encore M. Raïssi avant que le cortège funèbre ne s'ébranle en direction de "Meraj al-Shohada" ("Ascension des martyrs"), un lieu de mémoire du centre de la capitale.

Dans la foule faisant corps autour des chapiteaux funèbres remorqués par des camions, on cherche à s'approcher, qui pour lancer une fleur, qui pour toucher les cercueils. Les femmes pleurent et les hommes se battent la poitrine. Dans les derniers mètres, les cercueils sont portés à bout de bras. Ils doivent être inhumés dans 17 provinces iraniennes samedi, jour férié en mémoire d'un des plus grands imams vénérés par les chiites duodécimains.


Lire aussi

Trump empêtré dans ses contradictions sur l’Iran

A Téhéran, les Iraniens entre peur et impuissance face aux tensions avec Washington

USA-Iran : la double impasse

En eaux troublesl'éditorial de Issa GORAIEB

Tensions Iran-USA : « Presque tous les quatre jours on gravit un barreau de l’échelle »

Golfe, Irak, Yémen, Arabie saoudite... La région sur un baril de poudre

Le détroit d'Ormuz, passage stratégique sous haute tension

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

La soixante-treizième heure

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement se réunit aujourd’hui, mais la crise de confiance est trop profonde

Commentaire de Anthony SAMRANI

Le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants