X

À La Une

L'Iran veut s'affranchir encore davantage de l'accord nucléaire, la surenchère se poursuit

Tensions

Paris juge qu'une "violation iranienne" de l'accord sur le nucléaire serait "une grave erreur".


OLJ/AFP
25/06/2019

La tension sur le dossier iranien est encore montée d'un cran mardi, avec l'annonce par Téhéran qu'il comptait s'affranchir davantage de l'accord de 2015 sur le nucléaire, sur fond de surenchères avec les Etats-Unis de Donald Trump.

Dans le cadre du climat ultratendu avec Washington, l'Iran a indiqué en mai qu'il cesserait de se sentir tenu par les limites que cet accord conclu à Vienne impose à ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi. A ce titre, le seuil limite de réserve d'uranium enrichi doit être symboliquement franchi jeudi.

Dès mardi, la République islamique est toutefois allée plus loin: à partir du 7 juillet, elle réduira "résolument" ses engagements pris dans le cadre de l'accord, a déclaré dans une note, citée par l'agence Fars, l'amiral Ali Shamkhani, secrétaire-général du Conseil suprême de la sécurité nationale.

Le pays cesserait ainsi de respecter les restrictions consenties "sur le degré d'enrichissement de l'uranium" (limité à 3,67% par l'accord de Vienne). Il pourrait en outre reprendre un projet de construction d'un réacteur à eau lourde à Arak (centre), mis en sommeil par l'accord.


(Lire aussi : L’Iran au cœur du sommet tripartite de Jérusalem)

Dans sa note, l'amiral Shamkhani évoque la lassitude de Téhéran vis-à-vis des promesses des Européens --qui disent vouloir sauver l'accord depuis le retrait unilatéral des Etats-Unis en mai 2018-- mais peinent à trouver les moyens de cette ambition.

La décision de Téhéran de se délier encore plus de l'accord intervient surtout dans un contexte d'extrême tension avec Washington, que l'Iran a accusé mardi d'avoir "fermé de façon permanente la voie de la diplomatie", au lendemain de l'annonce de nouvelles sanctions américaines.

La réaction de l'Iran est "insultante", a à son tour proclamé le président Trump, en prévenant que toute attaque iranienne ferait l'objet de représailles "écrasantes".

Les sanctions américaines de lundi, d'une portée essentiellement symbolique, visent le numéro un iranien Ali Khamenei tandis que le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif, visage de la politique iranienne de détente avec l'Occident et abhorré par les ultraconservateurs iraniens, devrait être placé sur la liste des sanctions "cette semaine".

Le décret signé par M. Trump empêche "le guide suprême, son équipe et d'autres qui lui sont étroitement liés d'avoir accès à des ressources financières essentielles". Il gèlera des "milliards de dollars d'actifs", d'après Washington.

Ces sanctions viennent s'ajouter à une spirale d'accusations et d'incidents, dont des attaques d'origine inconnue contre des pétroliers et la destruction le 20 juin d'un drone américain par l'Iran dans la région stratégique du Golfe.

"En même temps que vous appelez à des négociations, vous cherchez à sanctionner le ministre des Affaires étrangères! Il est évident que vous mentez", a déclaré le président iranien Hassan Rohani, répondant aux affirmations des Etats-Unis selon lesquelles un dialogue reste possible. "Cette Maison Blanche souffre de troubles mentaux. Elle ne sait plus quoi faire!", s'est exclamé M. Rohani.



(Lire aussi : Washington vise la tête du régime et sanctionne le Guide suprême iranien)


Sanctions "imprudentes"
L'Iran et les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980 après la Révolution islamique. Une ouverture a été rendue possible sous l'administration américaine de Barack Obama et a conduit à la conclusion de l'accord de Vienne.

Par ce pacte, Téhéran s'est engagé à ne jamais chercher à se doter de l'arme atomique et à limiter drastiquement son programme nucléaire en échange de la levée partielle des sanctions internationales qui asphyxiaient son économie. Selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), l'Iran a respecté jusqu'à ce jour les engagements pris dans ce cadre.

Mais, depuis son arrivée au pouvoir, M. Trump a adopté une attitude hostile à l'Iran l'accusant de chercher à obtenir l'arme atomique et de "parrainer le terrorisme". Téhéran a de son côté toujours nié vouloir acquérir l'arme atomique.

Sur Twitter, M. Zarif a accusé mardi "l'équipe B", celle du conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton, d'avoir "traîné les Etats-Unis hors" de la table de négociation, "tout en complotant pour la guerre".

Mardi, la Russie a dénoncé les nouvelles sanctions américaines comme "imprudentes" et "déstabilisatrices". Elle a assuré, par la voix du secrétaire de son Conseil de sécurité Nikolaï Patrouchev, "disposer d'informations" selon lesquelles le drone abattu le 20 juin se trouvait "dans l'espace aérien iranien", comme l'assure Téhéran. Washington affirme que l'incident a eu lieu dans l'espace aérien international.


(Lire aussi : Nouvelles invectives entre Téhéran et Washington)



"Grave erreur"
Paris, Berlin, Londres et Pékin, parties prenantes à l'accord nucléaire qu'elles défendent toujours, ont appelé à la désescalade. En réaction à la dernière annonce en provenance de Téhéran, Paris a jugé mardi qu'une "violation iranienne" du pacte serait "une grave erreur".

Dans une déclaration unanime approuvée par ses 15 membres, le Conseil de sécurité de l'ONU avait appelé lundi "au dialogue". Il tient mercredi une réunion sur l'application de l'accord de Vienne.

Au lendemain de la destruction du drone, M. Trump avait dit avoir renoncé in extremis à des frappes contre des cibles iraniennes. Selon des médias américains, il a en revanche autorisé des cyberattaques contre des systèmes de lancement de missiles et un réseau d'espionnage iraniens. Téhéran a dit n'avoir subi aucun dégât.



Lire aussi
A Téhéran, les Iraniens entre peur et impuissance face aux tensions avec Washington

USA-Iran : la double impasse

En eaux troublesl'éditorial de Issa GORAIEB

Tensions Iran-USA : « Presque tous les quatre jours on gravit un barreau de l’échelle »

Golfe, Irak, Yémen, Arabie saoudite... La région sur un baril de poudre

Le détroit d'Ormuz, passage stratégique sous haute tension

La violation de nos frontières est une "ligne rouge", avertit l'Iran après avoir abattu un drone US

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

L'Iran n'a jamais arrêter de fabriquer sa bombe
tout est sous terrain, bien caché
on aura un jour une belle surptise

FAKHOURI

L'Iran n'a jamais arreter l

Irene Said

Plus le monde accorde de l'attention à ce que fait et dit le déséquilibré de Washington ainsi que ses adjoints va-t'en-guerre Bolton et compagnie...plus il vont parader et menacer pour se rendre importants !

On n'est pas daccord avec les agissements de l'Iran dans beaucoup de pays arabes, dont le Liban, mais dans ce conflit avec les USA, il fait preuve de pas mal de dignité...qualité qui manque aux dirigeants de Washington !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VOUS VOULEZ NEGOCIER MAIS VOUS AVEZ PEUR DE LE FAIRE CAR TRUMP EST UN CHEVRONNE NEGOCIATEUR.

Honneur et Patrie

L'OLJ du 24/6 à 21h55
"L'armée américaine n'a rien à faire dans le Golfe". dit l'Iran.
N'importe quel citoyen lambda pourrait dire : L'Iran n'a rien à faire dans les pays dits arabes du Golfe arabo-persique jusqu'au Maroc y compris au Yémen surnommé naguère "L'Arabie heureuse".
Sans polémique.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants