X

Liban

Où peut-on nager sans crainte, au Liban, cet été ?

Rapport annuel sur l’état des plages

Quatorze points bons pour la baignade, huit pollués par les eaux usées et quatre critiques : voilà le bilan de cette année établi par le CNRS dans un rapport. Nouveauté : la conférence de presse a eu lieu en présence de trois ministres.

19/06/2019

C’est l’un des rendez-vous marquants de chaque début de saison estivale : celui de l’annonce des résultats des tests de pollution de l’eau au niveau des plages libanaises. Un rendez-vous toujours attendu même si, en l’absence de mesures radicales d’épuration des eaux usées et de traitement durable des déchets ménagers et des déchets industriels, les rapports se suivent et se ressemblent.

Certes, il existe encore de nombreuses plages où il fait bon se baigner, selon le rapport du Centre d’études marines du Conseil national de la recherche scientifique (CNRS) présenté hier lors d’une conférence de presse, à laquelle ont participé les ministres de l’Environnement, Fady Jreissati, de l’Agriculture, Hassan Lakkis, et du Tourisme, Avédis Guidanian. Mais les autres, celles qui sont polluées et dont l’état semble avoir empiré, comme Ramlet el-Baïda ou Chekka-Selaata, témoignent d’une négligence qui persiste.


(Lire aussi : Jamal Itani à « L’OLJ » : Nous remplacerons au plus vite les équipements retirés de la plage)


Les plages considérées comme propres

Alors, où peut-on nager sans crainte au Liban cet été ? Comme chaque année, le rapport du Centre d’études marines du CNRS fait le point (voir les cartes à la fin de l'article) sur les plages publiques en 26 points du littoral (les plages privées leur ayant été, jusque-là, interdites d’accès). Les plages considérées comme propres, c’est-à-dire où l’eau présente un taux réduit de pollution bactériologique et/ou chimique, sont, du nord au sud : Minié, la plage proche du stade municipal à Tripoli, Enfé/Deir el-Natour, la « hima » de Batroun, la plage de Bahsa à Jbeil, la plage de sable également à Jbeil, Fidar, Nahr Ibrahim, Tabarja, Maameltein, Aïn Mreissé (entre le nouveau port des pêcheurs et Riviera), Damour, la réserve naturelle de Tyr et la plage au nord du port de Naqoura. Toutes ces plages (avec mention particulière pour Batroun et Naqoura) ont un taux de pollution bactériologique qui ne dépasse pas les 200 colonies de bactéries par 100 millilitres d’eau, c’est-à-dire qu’elles sont propres à la baignade.


(Lire aussi : Les équipements de la plage publique de Ramlet el-Baïda retirés sans autre forme de procès)


Les plages plus problématiques

Les plages moins avenantes, en raison de la pollution de la mer, sont au nombre de huit : du nord au sud, il faut regarder du côté de Qleïaat au Akkar, de « Mina Jaziret Abdel Wahab » à Tripoli, de la plage publique également à Tripoli, de Koubba à Selaata (pollution chimique plutôt que bactériologique comme ailleurs), de Dbayé, d’Antélias (un record de pollution bactériologique), de Manara et de Ramlet el-Baïda à Beyrouth (des plages très fréquentées, véritables façades de la capitale, et pourtant victimes de bouches d’égouts rejetant leurs eaux sales vers la mer sans aucun traitement). D’autres plages sont jugées « en situation critique », notamment les (pourtant belles) plages de Héri (pollution bactériologique mais possiblement chimique aussi), la plage de Rmeilé/Deir el-Mkhallès, la plage publique de Saïda (qui avait pourtant connu une amélioration éphémère l’année dernière, mais des égouts y ont apparemment été de nouveau déversés cette année) et Sarafand.


(Voir ici le rapport 2018 du CNRS sur la pollution de l’eau au niveau des plages libanaises)


Les normes prises en compte sont celles de l’Organisation mondiale de la santé : les plages critiques affichent un niveau de pollution bactériologique de l’eau allant de 201 à 500 colonies bactériennes par 100 millilitres, et celles qui sont franchement polluées (au nombre de huit) en ont plus de 500. La plage d’Antélias, à titre d’exemple, en est à 36 000 nodules fécaux par 100 millilitres, et 20 000 coliformes fécaux par 100 millilitres d’eau (la limite autorisée étant de 200) ! Ramlet el-Baïda et Manara en sont toutes deux à 10 000 coliformes fécaux par 100 millilitres. Une négligence qui dure, dans la capitale comme dans les régions.


(Lire aussi : Plan de Jreissati pour la gestion des déchets : le ver est-il dans le fruit ?)



Concentration record de métaux lourds à Bourj Hammoud

Cette année, un graphe particulièrement intéressant figure dans le rapport et mesure le taux de métaux lourds dans les sédiments marins de certaines zones côtières. On trouve ainsi des taux de cadmium, plomb, cuivre et vanadium supérieurs à la normale – et parfois bien supérieurs – aux alentours des trois sites d’enfouissement de la décharge de Bourj Hammoud-Jdeidé.

Parmi les recommandations énoncées dans son discours d’introduction, Mouïn Hamzé, secrétaire général du CNRS, parle bien de « garantir l’application des normes techniques internationales dans les décharges de déchets ménagers », autant que de traiter les eaux usées, municipales et industrielles. À L’OLJ, il confirme que la pollution est particulièrement sévère aux alentours de la décharge de Bourj Hammoud-Jdeidé, sachant que la côte de Costa Brava n’a pas été étudiée mais que la pollution du fleuve de Ghadir affecte aussi ce site. Par ailleurs, M. Hamzé souligne la gravité de la pollution industrielle sur le littoral, qui n’est pas moins grave que la pollution du Litani. D’où les chiffres de la pollution chimique des eaux au niveau de Chekka/Selaata, affirme-t-il. Interrogé par les médias sur la question des décharges, le ministre de l’Environnement Fady Jreissati a de nouveau assuré que les deux directions des décharges gouvernementales côtières ont installé un équipement d’épuration du lixiviat (liquide découlant des déchets), réaffirmant qu’« il n’y a pas de contact entre les déchets et la mer ». La pollution dans les sédiments, a-t-il ajouté, peut résulter des erreurs passées. Confronté à des questions sur des effondrements de déchets dans la mer, notamment au niveau de Bourj Hammoud, il s’est dit prêt à effectuer une nouvelle tournée sur le site. Concernant le traitement des eaux usées, il a souligné que le dossier relève de la prérogative du ministère de l’Énergie et de l’Eau, mais que des stations sont en cours d’adjudication dans les endroits sensibles et viendront améliorer la situation.

Enfin, soulignons que, selon le rapport, les poissons pêchés au large du littoral libanais sont propres à la consommation, ayant des taux de métaux lourds inférieurs aux normes définies par l’OMS. À l’exception des poissons pêchés à la canne à pêche au niveau des bouches d’égout, bien sûr...


Quelques cartes :

Cartographie générale des plages analysées



A Beyrouth et Dbayé :


De Jounieh à Enfé :

Au sud de Beyrouth


Tripoli et Akkar :


Lire aussi

Odeurs nauséabondes sur le Grand Beyrouth : quand s’attaquera-t-on aux racines du problème ?

À Berbara, la plage a meilleure mine après l’opération #SaveOurFace

Journée de nettoyage des plages : rencontre avec une jeunesse mobilisée et... désabusée

F. Jreissati : Nous aspirons à traiter 80 % et à n’enfouir que 20 % des déchets


Pour mémoire

Le ministre de l’Environnement lance la campagne annuelle de nettoyage du littoral

Opération Big Blue : la bataille contre le plastique

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Que pensez-vous à Nahr-El-Mowte ?

CHARLES OBEGI

Ça nous rappelle la radioactivité de Tchernobyl(Avril 1986) qui s'est opportunément arrêtée à la frontière française !!

Atie Lina

tout le littoral libanais ne fait pas 220 kms....on veut nous faire croire qu'il y a de nombreuses plages de reve, parfaitement propres a la baignade a 10 ou 15 kms de plages bourrees de matieres fecales ou , pollution chimique ou bacteriologique....a croire que la mer libanaise n'est qu une serie de lacs fermes sans courant et que l'eau y est stagnante et fixement propre ou sale! suivant la region !!un peu de respect quand meme pour ce qui reste de notre santé mentale....mais en faite pourquoi pas, ce n'est pas la premiere couleuvre qu'on essaie de nous faire avaler et pas la plus grosse!!!les Libanais ont entnedu pire...

Helou Youssef

Comment peut-on sérieusement décréter que les eaux de certaines plages sont propres et peuvent accueillir les baigneurs comme si ces zones n’étaient pas exposées aux courants marins.

Antoine Sabbagha

A cause des champignons et poubelles nulle part malheureusement .

Tabet Karim

La honte. Dire qu'il faut voyager ailleurs pour jouir d'une mer propre et d'un accès aux plages à un prix raisonnable !

Tina Chamoun

Seulement 8 plages polluées? C'est pas la mer à boire Lol

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA QUESTION EST DEJA UNE OFFENSE AUX LIBANAIS. LES EAUX COMMUNIQUENT ET LA POLLUTION SE REPAND. IL N,Y A PAS DE ZONE PROPRE A LA BAIGNADE MALHEURESEMENT.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants