X

À La Une

Litige frontalier entre le Liban et Israël : les discussions "ont atteint un stade crucial"

Médiation US

David Satterfield devrait apporter une réponse israélienne aux propositions libanaises.

OLJ
12/06/2019

Le sous-secrétaire d'Etat américain David Satterfield, qui mène une médiation entre le Liban et Israël au sujet de leur contentieux frontalier bloquant l'exploration pour les hydrocarbures en Méditerranée, a rencontré mardi le Premier ministre Saad Hariri, le chef du Législatif, Nabih Berry, et la ministre de l''Energie Nada Boustani. Les discussions avec les responsables libanais "ont atteint un stade crucial" et selon notre correspondante Hoda Chédid, le diplomate US, qui effectue depuis quelques semaines des navettes entre le Liban et Israël, devrait apporter une réponse israélienne aux propositions libanaises.



Réunion "positive"
M. Satterfield, qui est arrivé à Beyrouth mercredi soir dans le cadre de cette nouvelle tournée, s'est d’abord entretenu aujourd'hui avec la ministre de l'Energie, Nada Boustani. "Réunion positive avec le sous-secrétaire d'Etat américain David Satterfield qui m'a informée que l'administration américaine encourage les compagnies à investir dans le secteur des hydrocarbures au Liban", a écrit M. Boustani sur Twitter.

Il y a deux jours, le président Michel Aoun avait appelé les compagnies américaines à participer au nouveau round d’attribution des licences d’exploration et de production d’hydrocarbures offshore qui doit débuter dans près d'un mois. Les cinq nouveaux blocs mis en jeu n° 1 (Nord-Ouest), n° 2 (Nord-Est), n° 5 (centre-Ouest), n° 8 (Sud-Est) et n° 10 (Sud-Ouest) s’ajoutent ainsi aux deux déjà attribués au consortium Total-Eni-Novatek – blocs 4 (centre-Ouest) et 9 (Sud). Le forage du premier puits, qui doit confirmer le potentiel prometteur du pays en termes de découvertes commercialisables, doit avoir lieu vers fin 2019.

Le responsable américain s'est par la suite dirigé vers Aïn el-Tiné où il a été reçu par le président du Parlement. Des sources proches de M. Berry ont indiqué que les discussions "ont atteint un stade crucial et l'important à ce niveau est la préservation de l'intégralité des droits libanais". Selon des sources de notre correspondante Hoda Chédid, "l'atmosphère n'est pas négative" et le diplomate US devrait apporter une réponse israélienne aux propositions libanaises.

Toujours selon notre correspondante, la position du Liban n'a pas changé, notamment concernant son refus de séparer la question des frontières maritimes de celle des frontières terrestres. Les points aujourd'hui acquis sont : le principe de négociation entre les deux pays, la participation de l’ONU à ces pourparlers et la médiation US. Restent quelques détails à régler concernant le principe de non séparation dans les discussions entre les frontières maritimes et terrestres.

Il y a quelques mois, les Américains refusaient la participation de l’ONU, et lors de sa rencontre avec la délégation parlementaire libanaise envoyée à Washington, David Satterfield avait tenu des propos très durs sur le sujet, précisant que si les Libanais veulent la participation de l’ONU, ils doivent savoir qu’elle n’aura qu’un rôle logistique, autrement dit différent de celui joué par l’ONU en 2000 qui s’était traduit par le tracé de la Ligne bleue.

David Satterfield s'est ensuite rendu au Grand Sérail pour s'entretenir avec le Premier ministre Saad Hariri. Selon un communiqué du bureau de ce dernier, le responsable américain a évoqué "les développements dans le cadre de sa mission", sans plus de détails.
La veille, le responsable américain avait été reçu par l'ambassadeur Ghadi Khoury, mandaté par le chef de la diplomatie Gebran Bassil qui se trouve à l'étranger.


(Lire aussi : Frontières maritimes, un dossier en suspens malgré la visite de Satterfield, le décryptage de Scarlett Haddad)




"Des conséquences néfastes"
Selon des sources informées citées par la LBCI, M. Satterfield déclaré à ses interlocuteurs que le Liban "doit informer la partie américaine s'il souhaite séparer la question des frontières maritimes de celle des frontières terrestres et se contenter de négocier le tracé des premières, et s'il est en faveur ou non d'une date-limite pour les négociations". Ces sources indiquent enfin qu'une impasse dans les négociations sur le litige frontalier "aurait des conséquences néfastes sur le secteur des hydrocarbures au Liban".


David Satterfield a été nommé ambassadeur de son pays à Ankara et devrait prendre rapidement ses fonctions pour être sur place en vue de la visite du président américain en Turquie prévue (en principe) au début du mois de juillet.

La semaine dernière, un haut responsable israélien avait affirmé s'attendre à ce que les négociations qui doivent avoir lieu avec le Liban sous l'égide de l'ONU, se déroulent d'ici quelques semaines. Selon ce responsable cité par Reuters, les pourparlers se tiendraient au quartier général de la Force intérimaire de l'ONU au Liban-Sud (Finul) à Naqoura. Le responsable, qui avait requis l'anonymat, avait toutefois précisé qu'en cas de négociations, Israël ne discuterait que de la frontière maritime, pas de la démarcation de la frontière terrestre, ce à quoi est attaché Beyrouth.

Le litige frontalier maritime entre le Liban et Israël a pris une nouvelle dimension avec la découverte de gaz en Méditerranée orientale ces dernières années, qui a fait naître de grands espoirs, et attisé les tensions dans une région déjà explosive. Le Liban a signé en février 2018 son premier contrat d'exploration offshore avec un consortium dominé par le groupe français Total. Deux blocs sont concernés, notamment le bloc 9, dont une partie se trouverait dans une zone maritime disputée avec Israël. Au Liban, les travaux de forage dans le bloc 4 doivent débuter en décembre, et ceux du bloc 9 quelques mois plus tard. Le pays a aussi lancé en avril un appel d'offres pour l'exploration de cinq autres blocs, dont deux adjacents à l'espace maritime israélien. Selon le groupe Total, la dispute frontalière entre le Liban et Israël concerne "moins de 8% de la surface du bloc 9". Il a assuré en 2018 que les travaux de forage ne se dérouleraient pas dans ce secteur.



Lire aussi
La mission Satterfield et la prudence libanaise
, le décryptage de Scarlett Haddad

Le Pentagone et la CIA ont désormais la haute main sur le dossier libanais


Pour mémoire

Frontières maritimes : le Liban devra attendre la réponse israélienne à ses propositions

Tracé des frontières : Aoun propose ses « idées » à Richard, Berry les endosse

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le sort des consultations parlementaires tributaire de Hariri... et de la rue

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants