X

À La Une

Budget 2019 : la commission des Finances tiendra neuf séances la semaine prochaine

Liban

"Peut-être serait-il préférable que Saad Hariri soumette à nouveau le texte du budget au vote en Conseil des ministres", a écrit sur Twitter un conseiller du Premier ministre.

OLJ
07/06/2019

La commission parlementaire des Finances va tenir neuf séances la semaine prochaine afin d'examiner le projet de budget pour l'année en cours, approuvé par le gouvernement le 27 mai dernier, alors que plusieurs responsables politiques ont critiqué le texte ces derniers jours.

Selon le calendrier publié vendredi par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), deux séances, dont une séance de questions-réponses avec le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, auront lieu lundi prochain. Mardi, mercredi et jeudi, la commission tiendra deux séances par jour, l'une à 10 heures et l'autre à 17 heures. Vendredi, une dernière séance aura lieu à 16 heures.

La première réunion de la commission consacrée à l'étude du projet de budget avait eu lieu lundi dernier. Lors de cette séance, à laquelle ont pris part plus d’une cinquantaine de députés, une extension du 31 mai au 15 juillet de l’autorisation accordée début mars par le Parlement pour permettre à l’État de collecter les impôts et décaisser les dépenses selon la règle du douzième provisoire, en l’absence d’une loi de finances pour l’année en cours, avait été votée.

A cette occasion, le président de la commission, le député Ibrahim Kanaan, avait rappelé la nécessité d’approuver les lois de règlement (les bilans de l’État) de 2004 à 2017 et les comptes publics des années 1993-2017. Conformément à la Constitution, le gouvernement est censé soumettre les bilans sous forme de projets de loi au Parlement, avec le projet de budget pour l’exercice 2019, comme s’y était engagé le ministre des Finances Ali Hassan Khalil en mars dernier.


(Lire aussi : Moody’s pas vraiment convaincue par le projet de budget pour 2019)



Un étalage de forces
Ces réunions de la commission parlementaire risquent de se dérouler dans une atmosphère particulière, plusieurs députés et ministres ayant critiqué ces derniers jours le texte du budget 2019. Lors d'une émission télévisée jeudi soir, le ministre de l’Économie et du Commerce, Mansour Bteich, affilié au Courant patriotique libre, a estimé que certains points proposés par le CPL n'avaient pas été pris en compte, exprimant l'espoir que les députés fassent passer des amendements au texte.

L'ancien député Ammar Houry, l'un des proches conseillers du Premier ministre et chef du courant du Futur, Saad Hariri, a répondu dans la matinée sur Twitter à ces critiques. "Ceux qui écoutent certains ministres et députés de parties participant au gouvernement peuvent penser que le projet de budget qui a été approuvé en Conseil des ministres n'est pas celui qui a été transmis au Parlement, a écrit M. Houry. Nombre de ces députés et ministres annoncent qu'ils iront au Parlement avec l'intention d'amender le texte afin qu'il corresponde aux propositions de ces parties, jusqu'à peut-être proposer d'autres textes du budget", a-t-il ajouté. "La prochaine séance du Parlement consacrée au vote du budget se transformera de facto en une séance où les parties participant au gouvernement vont se livrer à un étalage de forces à caractère économique et financier. Peut-être serait-il préférable que Saad Hariri soumette à nouveau le texte du budget au vote en Conseil des ministres", a conclu le conseiller du Premier ministre.

Samedi dernier, le commandant en chef de l'armée, le général Joseph Aoun, a critiqué certaines dispositions prévues par le budget d'austérité du gouvernement, pointant un gel des recrutements qui concerne son institution. Cette prise de position publique du chef de l'armée est assez rare. "Ce que le budget a prévu sur l'interdiction d'enrôler des soldats ou des élèves officiers, et l'interdiction de licenciement, aura des conséquences négatives sur l'institution militaire", a prévenu le général Aoun dans un communiqué publié sur le site de l'armée.

Le nouveau budget d'austérité devrait inclure une hausse de la taxe sur l'épargne bancaire de 7 à 10%, l'instauration d'une taxe de 2% sur les importations, une réduction des salaires des fonctionnaires et le gel des recrutements dans le secteur public. Les fonctionnaires, notamment des militaires à la retraite craignant de voir leurs pensions réduites, ont régulièrement manifesté ces dernières semaines contre les mesures d'austérité.


Le Liban s'était engagé à adopter des réformes structurelles et à réduire son déficit budgétaire lors d'une conférence internationale parrainée en avril 2018 par Paris (CEDRE), en contrepartie de promesses de prêts et de dons à hauteur de 11,6 milliards de dollars (10,4 milliards d'euros).



Lire aussi

La loi de finances de 2019 votée au mieux fin juin

Budget 2019 : le Liban « sur les bons rails », assure Choucair

Les chiffres-clés du projet de budget de 2019

Le gouvernement prévoit un déficit de 4,53 milliards de dollars en 2019

Deux réunions quotidiennes pour boucler le budget début juillet, selon Kanaan, le décryptage de Scarlett Haddad 

Pois-chichale billet de Gaby NASR

Après l’adoption du budget... les décisions de la conférence de Paris seront bientôt palpables

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LES MOIS PASSENT. ET LE TEMPS FUIT. ET LE PAYS SE DESINTEGRE ECONOMIQUEMENT ET FINANCIEREMENT. ET NOS MEMES ABRUTIS CORROMPUS, IGNORANTS, INCOMPETENTS, M,ENFOUTISTES ET CRIMINELLEMENT RESPONSABLES DES DEBOIRES DU PAYS CONTINUENT A DECIDER DE SON AVENIR EXISTENTIEL. ET LE PEUPLE EN SOUFFRE, SE PLAINT MAIS SE TAIT.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants