Rechercher
Rechercher

Liban - Interview express

Ziad Itani : Une décision « pour le moins surréaliste »

Ziad Itani étreignant sa fille à sa sortie de prison, en mars 2018, après avoir été innocenté des accusations de collaboration avec Israël fabriquées de toutes pièces. Photo d’archives Anwar Amro/AFP

Après l’arrêt des poursuites à l’encontre de la colonelle Suzanne el-Hajj ordonné hier par le tribunal militaire dans le cadre de l’affaire de fabrication de fausses preuves contre le dramaturge Ziad Itani, ce dernier nous livre sa première réaction et ses commentaires sur une décision qu’il juge « pour le moins surréaliste ». Malgré sa « déception », M. Itani affiche sa détermination à faire valoir sa cause et ses droits et à poursuivre la bataille.

Comment réagissez-vous au jugement émis aujourd’hui par le tribunal militaire dans une affaire qui vous a porté préjudice ?

La décision (...) prononcée en faveur de Suzanne el-Hajj est, le moins qu’on puisse dire, surréaliste, puisque le tribunal l’a considérée comme simple témoin d’un crime. Plus absurde encore, le fait qu’elle ait écopé de deux mois de prison seulement, une peine qui est bien plus courte que la durée de ma détention, moi qui suis la victime (du complot). Quant à Élie Ghabach, que je ne connais pas personnellement, il s’est avéré être l’auteur des faits relatifs à la fabrication du dossier. La question que je me pose à ce propos est de savoir si le fait de recourir à la manipulation de dossiers qui touchent à une affaire de sécurité nationale peut faire l’objet de circonstances atténuantes, comme le démontre la peine prononcée contre lui (un an de prison).


(Lire aussi : L’entourage de Hariri fustige la décision de blanchir Suzanne el-Hajj)

Cette décision a-t-elle érodé votre confiance dans le système judiciaire libanais, plus précisément dans la pratique des tribunaux d’exception ?

En règle générale, toute personne qui subit des sévices comme ceux que j’ai endurés n’a qu’une envie, faire ses valises et quitter définitivement le pays. Moi je n’ai pas opté pour cette solution, parce que la bataille pour la récupération de mes droits s’est quasiment imposée à moi. Je poursuivrai obstinément mon objectif en dépit du désespoir que nous ressentons tous en ce moment en tant que citoyens libanais, que ce soit au niveau des prestations de la justice, sur le plan socio-économique ou autre. Je suis le père d’une petite fille et si je me bats, c’est pour elle parce que je ne voudrais pas lui léguer le désenchantement et la lassitude.

Espérez-vous obtenir des compensations à la lumière d’un tel verdict ?

J’ai porté plainte contre Suzanne el-Hajj, Élie Ghabach et plusieurs enquêteurs de la Sécurité de l’État, sur la base de 61 violations et irrégularités commises à mon encontre dans cette affaire. La procédure judiciaire que j’ai engagée ne se résume pas uniquement aux sanctions qui devaient être infligées aux coupables, mais comprend également des dommages et intérêts que j’ai réclamés.



Pour mémoire
Ziad Itani : Je resterai mobilisé jusqu’à l’application de la loi contre la torture

HRW révèle les détails des allégations de tortures subies par Ziad Itani

Affaire Suzanne el-Hajj : Itani affirme avoir été battu lors de son interrogatoire

Suzanne el-Hajj nie une nouvelle fois toute implication

La colonelle Suzanne Hajj dément avoir été au courant de la fabrication du dossier de Ziad Itani

Après l’arrêt des poursuites à l’encontre de la colonelle Suzanne el-Hajj ordonné hier par le tribunal militaire dans le cadre de l’affaire de fabrication de fausses preuves contre le dramaturge Ziad Itani, ce dernier nous livre sa première réaction et ses commentaires sur une décision qu’il juge « pour le moins surréaliste ». Malgré sa « déception », M....
commentaires (3)

Les compensations il faut les exiger de M. Hariri et de M. Nouhad Machnouk ministre de l’intérieur de l’époque à la veille des élections législatives, quand le Futur vacillait par manque de fonds et peinait à trouver un soutien populaire digne de ce nom. M. Itani fut la victime innocente des magouilles politiciennes, dont les saletés remontent inéluctablement un jour ou l’autre à la surface. Dommage que chez nous elle n’éclabousseront personne et M. Itani aura été le hero d’un seul jour. Georges Tyan

Lecteurs OLJ 3 / BLF

09 h 19, le 31 mai 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Les compensations il faut les exiger de M. Hariri et de M. Nouhad Machnouk ministre de l’intérieur de l’époque à la veille des élections législatives, quand le Futur vacillait par manque de fonds et peinait à trouver un soutien populaire digne de ce nom. M. Itani fut la victime innocente des magouilles politiciennes, dont les saletés remontent inéluctablement un jour ou l’autre à la surface. Dommage que chez nous elle n’éclabousseront personne et M. Itani aura été le hero d’un seul jour. Georges Tyan

    Lecteurs OLJ 3 / BLF

    09 h 19, le 31 mai 2019

  • JUSTICE OU INJUSTICE ?

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 09, le 31 mai 2019

  • Surréaliste, en effet...

    NAUFAL SORAYA

    07 h 06, le 31 mai 2019

Retour en haut