Liban

Budget : le face-à-face Gebran Bassil-Ali Hassan Khalil

Décryptage
24/05/2019

Dans le feuilleton des discussions au sujet du projet de loi sur le budget, deux ministres sont en première ligne. Il s’agit du ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, et du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil. Dès que le premier annonce la fin des discussions et l’adoption du projet final, le second s’empresse de le contredire et de présenter au gouvernement de nouvelles idées destinées à réduire le déficit et à augmenter les recettes du Trésor.

Indépendamment de l’absence d’atomes crochus entre les deux hommes, le conflit entre eux n’est pas personnel. Il résume en réalité les deux approches totalement différentes au sujet du budget.

Ali Hassan Khalil considère que le facteur temps est primordial, d’abord pour la situation interne, et ensuite pour la crédibilité internationale de l’État libanais face à ses bailleurs de fonds internationaux. Pour lui, l’essentiel est donc d’adopter le projet de budget le plus rapidement possible, tout en donnant des signaux positifs à la communauté internationale, en vue de l’obtention des crédits promis dans le cadre de la conférence de Paris, dite CEDRE. De son côté, M. Bassil estime que l’heure n’est plus aux petits arrangements provisoires et qu’il faut désormais prendre des mesures plus profondes et sérieuses. S’il n’a pas dès le début soumis ses propositions, c’est que le processus logique est d’attendre d’abord le projet préparé par le ministre des Finances. Tout au long des premières séances de discussions, le ministre des Finances promettait à chaque fois des modifications. Ce qu’il a d’ailleurs fait puisqu’il a changé le projet initial à plusieurs reprises, sur la base des débats en Conseil des ministres. Le chef du CPL a donc attendu jusqu’au bout avant de soumettre à son tour ses propositions, élaborées d’ailleurs avec la collaboration de plusieurs collègues du bloc du Liban fort, notamment le ministre de l’Économie, Mansour Bteich. Celles-ci se veulent équitables, c’est-à-dire ne touchant pas aux classes défavorisées, tout en apportant des sommes considérables aux caisses de l’État. M. Bassil a aussi pris soin de ne pas laisser les discussions au cours des séances gouvernementales prendre un tour politique ou personnel, même si, à ses yeux, certaines parties ont tenté et tentent toujours de l’entraîner, lui et son camp, dans des polémiques inutiles. En tant que ministre des Affaires étrangères, il sait aussi que les bailleurs de fonds internationaux attendent du Liban des décisions crédibles.

Toutefois, ce qui paraît étrange dans les discussions budgétaires, c’est que la plupart des composantes politiques du gouvernement se tiennent en retrait, laissant le chef du CPL seul, face au ministre des Finances. Est-ce une façon de dire que la bataille pour le budget ne les concerne pas ou une volonté de laisser le conflit s’aggraver entre Gebran Bassil et Ali Hassan Khalil ?

Les autres composantes du gouvernement ne sont en effet pas en train de participer aux débats de façon marquante. Les Forces libanaises affirment attendre la mouture finale avant de se prononcer, tout en précisant que la situation est trop délicate pour prendre position sans avoir suffisamment étudié le sujet. Le Premier ministre lui aussi se tient en retrait, soucieux de voir le projet de budget adopté le plus rapidement possible, mais ne voulant pas non plus créer un nouveau conflit avec le chef du bloc du Liban fort et son camp. Il préfère donc garder une position neutre, d’arbitre, tout en poussant les différentes parties à ne pas perdre de temps.

Les ministres du PSP adoptent aussi une position dite « de neutralité positive », ne voulant pas être accusés d’entraver l’adoption du projet de loi sur le budget, tout en donnant la priorité à la rapidité car, dans les circonstances actuelles, le budget est indispensable pour lancer enfin les activités du gouvernement dont les Libanais ont besoin. Même le ministre des Marada, Youssef Fenianos, n’est pas en train d’intervenir de façon marquante, en dépit du froid qui règne actuellement dans les relations entre ce courant et Gebran Bassil.

Plus étonnante encore est la position du Hezbollah, qui a fait de la lutte contre la corruption sa priorité sur le plan interne, après la fin des législatives et la formation du gouvernement. Le Hezbollah considère en effet que la corruption est, avec les sanctions économiques qui lui sont imposées, l’arme avec laquelle ses ennemis comptent réduire sa popularité au sein de sa propre communauté et le mettre en difficulté auprès de sa base populaire. Suivant cette logique, il devrait donc appuyer les propositions de M. Bassil qui sont en principe destinées à faire des changements réels dans les dépenses et les méthodes de l’État. Malgré cela, le Hezbollah reste très discret sur la question et évite de prendre clairement position. Des sources proches de la formation précisent que le Hezbollah est pris entre deux feux : d’un côté, il veut ménager son allié le président de la Chambre Nabih Berry à travers l’appui au ministre des Finances, qui a d’ailleurs fait des efforts réels dans le cadre de son projet de budget. De l’autre, il est favorable aux propositions de M. Bassil qui vont plus loin dans la lutte contre le gaspillage et la corruption institutionnalisés. Le Hezbollah se tient donc un peu en retrait et il ne compte intervenir que si le conflit s’envenime. Pour l’instant, il mise sur la détermination de Gebran Bassil qui est convaincu que la gravité de la situation exige des mesures plus sévères et fondamentales et sur la sagesse de Nabih Berry.



Lire aussi

Pois-chicha, le billet de Gaby NASR

Bassil continue de défendre l’option d’une baisse plus drastique du déficit

Le bras de fer entre Bassil et Khalil appelé à se dénouer

Morgan Stanley « en partie » rassurée par l’évolution des débats sur le budget

Plus qu’un cri d’alarme, un cri de détresse

« Sans paiement de nos dus, la rentrée prochaine est compromise ! »

L’examen du budget reporté par Hariri jusqu’à vendredi

 « Nous arrivons à peine à boucler le mois », lancent, devant la BDL, les militaires à la retraite

« Au lieu d’imposer une taxe sur le narguilé, mieux vaut appliquer la loi ! »



À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

Le gendre en veut encore au ministre des finances pour avoir refusé d’ajouter la TVA sur un contrat signé et qui était. peut être une commission que le parti voulait peut être
On en saura rien sauf des rumeurs persistantes
Mais c est évident que le courant ne passe pas entre eux
Mais de la à se disputer pendant des jours c est honteux

Gebran Eid

LE PREMIER MINISTRE LUI SE TIENT EN RETRAIT. IL PRÉFÈRE DONC GARDER UNE POSITION NEUTRE. IL N'EST PAS CONCERNÉ DANS CET AFFAIRE QUOI !
IL EST FORT, IL A LES NERFS SOLIDES. ET C'EST LE CHEF D'ORCHESTRE, LE GENDRE QUI GOUVERNE ET MÈNE LA DANSE.

Honneur et Patrie

Tous les jours, les mêmes nouvelles avec les mêmes personnages. Le face-à-face Gébran Bassil-Ali Hassan Khalil serait-il un scénario pour un prochain organigramme entre un un futur "fakhamat" et un futur "ooutoufat" ou vice versa ?

gaby sioufi

je ne puis omettre 2 notes tres tres sympa :
1-- Ali Hassan Khalil est mentionne comme tel,
Jobran Bassil est mentionne comme MR. BASSIL....
ce qui laisse deviner l'affection / le manque d'affection demontres par cet article pour l'un & l'autre de ces 2 personnages .
2--tout aussi sympa article a justifier MR BASSIL qui "soumet" ? - "essaie d'imposer" de nouvelles idees, non pas d'une seule fois.... mais a chacune des reunions des 30+1, comme pour desarconner son monde surtout ALI HASSAN KHLAIL.

VIVE LA REPUBLIQUE.

Charles Fayad C. F.

Madame Haddad écrit :
""Plus étonnante encore est la position du Hezbollah, qui a fait de la lutte contre la corruption sa priorité sur le plan interne, après la fin des législatives et la formation du gouvernement. Le Hezbollah considère en effet que la corruption est, avec les sanctions économiques qui lui sont imposées, l’arme avec laquelle ses ennemis comptent réduire sa popularité au sein de sa propre communauté et le mettre en difficulté auprès de sa base populaire.""

Vous n’êtes pas sans savoir ce qui se publie dans la presse internationale à propos du Hezbollah. Pris à la gorge par le marasme économique iranien, n’ayant plus le choix, que d’appuyer ""certaines propositions"", il se débat, après avoir eu des relations conflictuelles même avec ses amis. A la lecture de tout ce qui se publie, je ne veux pas être du Hezb, et c’est injuste vu les sacrifices qu’il a offert.
Alors qu’on a toujours présenté les sanctions économiques qu’elles sont rarement sans résultat (l’exemple de Cuba). On voit bien que dans le cas iranien, elles commencent à produire leur effet.
Il n’est pas question de reprendre tous les détails de cette publication d'hier, mais l’heure est grave :
http://www.lefigaro.fr/international/liban-le-hezbollah-mis-a-la-diete-par-une-chute-de-l-aide-iranienne-20190522

A vous lire avec plaisir et admiration.
En confiance, C. F.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants