X

Économie

Budget 2019 : la nouvelle version prévoit un déficit à 7,6 % du PIB

Conseil des ministres

En honorant cet objectif, l’exécutif respectera un de ses principaux engagements pris lors de la conférence de Paris (CEDRE).

21/05/2019

Le gouvernement, réuni pour la dix-septième fois depuis fin avril au Grand Sérail afin de plancher sur l’avant-projet de loi de finances pour l’année en cours, censé prévoir des mesures d’austérité sans précédent, va présenter un budget prévisionnel dont le déficit public sera autour de 7,6 % du PIB, conformément aux recommandations de la conférence de Paris (CEDRE). « Nous avons terminé (hier) l’examen de toutes les dispositions. Les chiffres, notamment ceux des dépenses et des recettes, ainsi que les dispositions juridiques, sont finalisés. Le déficit prévu sera autour de 7,6 % du PIB », a ainsi déclaré le ministre de l’Information, Jamal Jarrah, à l’issue de la réunion du Conseil des ministres.

Beyrouth s’est en effet engagé durant la CEDRE à baisser de cinq points de pourcentage le ratio déficit public/PIB sur une durée de cinq années consécutives. Le gouvernement avait présenté, à ce moment-là, un budget prévisionnel pour 2018 dont le déficit public ne dépassait pas les 9 % du PIB (alors qu’en réalité, il a fini par atteindre 11,2 % cette même année), ce qui signifie que celui de 2019 devrait baisser à au moins 8 % du PIB. Toutefois, les estimations du ratio déficit public/PIB pour 2019 reposent sur une prévision de croissance de 1,5 % pour la même année, alors que la Banque mondiale table sur une croissance de 0,9 %, et le Fonds monétaire international sur 1,3 %.

Le déficit réel pour 2018 devrait se situer à 6,3 milliards de dollars, selon plusieurs estimations convergentes, alors que le ministère des Finances n’a toujours pas publié les comptes publics de décembre 2018. Dans la première version de l’avant-projet de budget de 2019, le ministre des Finances prévoyait officiellement un déficit public de 4,68 milliards de dollars, mais qui atteignait les 5,4 milliards de dollars si on prenait en compte les 793 millions de dollars d’avances du Trésor déjà débloquées par le Parlement cette année pour payer le carburant commandé par Électricité du Liban.

Depuis le début de l’examen du texte en Conseil des ministres fin avril, cette baisse du déficit public de l’ordre de 900 millions de dollars a alors été jugée insuffisante par les autres membres du gouvernement. Ils s’étaient alors engagés le 9 mai à identifier de nouvelles sources d’économies budgétaires supplémentaires allant de 660 à 800 millions de dollars, de manière à aboutir à un ratio déficit public/PIB situé entre 7 et 8 % et honorer ainsi l’engagement pris par Beyrouth à la CEDRE. Mais estimant que cela ne permettait pas d’atteindre les objectifs souhaités en matière de réduction du déficit public, le ministre des Affaires étrangères et chef du CPL, Gebran Bassil, a remis le 14 mai à ses collègues une quarantaine de mesures visant à intervenir sur les retraites, les allocations sociales, les salaires, le service de la dette, l’évasion fiscale et la contrebande, les dépenses courantes et les recettes fiscales. La plupart d’entre elles ont été approuvées en Conseil des ministres.


(Lire aussi : Le gouvernement veut émettre des bons du Trésor à 1 %)



Dernière réunion aujourd'hui ?

Par ailleurs, M. Jarrah a indiqué que le gouvernement avait examiné hier la question de la rémunération et des indemnités des ministres et des députés qui sera tranchée lors d’une nouvelle réunion du Conseil des ministres aujourd’hui à midi. Celle-ci pourrait être la dernière. « Je crois que la séance (d’aujourd’hui) sera la dernière consacrée à l’examen du texte. Nous avons examiné aujourd’hui le dossier des rémunérations des ministres et des députés. Nous prendrons une décision demain (aujourd’hui) sur ce point », a-t-il ajouté, indiquant que le gouvernement n’avait pas « touché aux salaires dans la fonction publique ». De son côté, Gebran Bassil a affirmé avoir « besoin de plus de temps » pour finaliser le texte du budget. Une fois adopté en Conseil des ministres, le projet de budget devra être examiné par la commission parlementaire des Finances et du Budget, avant d’être voté en session plénière.

Le budget aurait dû en principe être adopté avant son année d’exécution – ou au maximum à la fin du mois de janvier 2019. L’autorisation accordée début mars par le Parlement pour permettre à l’État de se financer selon la règle du douzième provisoire expire, elle, le 31 mai.



Lire aussi

Les militaires à la retraite refoulés à quelques mètres du Grand Sérail

Enseignants : Pas de dissociation « pour l’instant » entre le public et le privé, promet le CPL

Budget 2019 : Bassil et Hasbani contraignent Khalil à revoir sa copie

« Nous arrivons à peine à boucler le mois », lancent, devant la BDL, les militaires à la retraite

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Nous avons donc une équipe de 30 ministres, dont 9 sont des "ministres d'Etat", nommés uniquement pour satisfaire les exigeances de telle communauté ou de tel parti.
Très probablement sans avoir vérifié auparavant se ces ministres d'Etat sont compétents pour le poste attribué...
D'ailleurs, on n'entend jamais parler d'eux, ni de leurs projets ou réalisations !
On les voit juste sur la sempiternelle photo des réunions du gouvernement...autour de l'immense table.

Alors, 9 ministres-bibelots plus ou moins inutiles à la bonne marche de notre pays, cela représente quel montant du BUDGET 2019 ???
Irène Saïd

Wlek Sanferlou

Il faut quand même admirer la précision des chiffres 7,6 pourcent... Je sûr qu'en catimini ils ont 2 ou 3 décimaux après le 6 mais bon ce n'est que par humilité.

Bien sûr ceci ne nous épargnera pas le choc qui se compte en milliards de Sabords le jour où les vrais chiffres sortiront dans un an ou quelque mois ou plutôt dans 6,01 mois!?

LA VERITE

ON COUPE DANS TOUT SAUF LA OU IL FALLAIT VRAIMENT COUPER
CAD LA CORRUPTION GALOPANTE,
LES DOUANES OU DES MILLIARDS SE PERDENT DANS LES ASSOCIATIONS FICTIVES QUI SERVENT A DEDOUANNER LES MARCHANDISES SANS PAYER DE DOUANE AU PROFIT DE CERTAINS GROUPES
LES SALAIRES DES POLITICIENS A VIE , PUIS A LEURS DECENDANTS. LE DEPUTE EST ELU POUR UNE PERIODE PRECISE OU IL DOIT TRAVAILLER PUI SE RETIRE . AUCUNE RAISON DE LUI ALLOUER DES MONTANTS A VIE ET A LUI ET A SES DECENDANTS

LE CONTROLE DES RECETTES DES GROSSES ENTREPRISES SEMI PUBLIC ; MEA CASINO DU LIBAN ( qui est devenu une boite a sous pour le ... ) OGERO ? etc...

enfin et surtout le controle des adjudications a rendre transparentes et claires et LA POURSUITE DE TOUS LES CORROMPUS SANS EXCEPTION EN COMMENCANT PAR LE HAUT ET EN DESCENDANT ET PAS LE CONTRAIRE POUR FAIRE CROIRE QUE LA LUTTE EST COMMENCEE

IL FAUT PRENDRE L'ARGENT LA OU IL EST ET PAS LA OU C'EST FACILE , DANS LA COUCHE DES GENS DEMUNIS

Gebran Eid

QUELLES SONT LES AVANTAGES DES MINISTRES, DÉPUTÉS ET HAUTS FONCTIONNAIRES ??????????? VOITURE, CHAUFFEURS, GARDES DE CORPS, ETC...ETC... SVP

gaby sioufi

COMMENT Y CROIRE ?
APRES LES 2 LOIS PRECEDENTES SUR LES BUDGETS, CHIFFRES ALLÈGREMENT PROUVES FAUX, DEPASSES ETC....

QUANT AUX VRAIES REFORMES , BEN C QUASIMENT IMPOSSIBLE D'Y TROUVER LA TRACE LA PLUS INFIME.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OLJ, NOUS VOULONS SAVOIR LES MESURES ET LES REFORMES DE CE BUDGET SVP POUR POUVOIR COMMENTER. ALLEZ, AU TRAVAIL !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants