Rechercher
Rechercher

À La Une - Diplomatie

Pétrole iranien : les alliés de Washington "mécontents", selon Téhéran

"Personne n'apprécie le fait que les Etats-Unis essaient d'imposer leur volonté au reste de la communauté internationale. C'est de la contrainte, pure et simple", dénonce Zarif.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif le 24 avril 2019, à New York. REUTERS/Carlo Allegri

Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a affirmé dimanche que les alliés des Etats-Unis étaient "mécontents" de la décision américaine de mettre fin aux dérogations permettant à huit pays l'achat de pétrole iranien.

A partir du 2 mai, ces pays --la Chine, l'Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l'Italie et la Grèce-- seront exposés à des sanctions américaines s'ils continuent d'acheter du pétrole iranien.

"Les alliés des Etats-Unis sont mécontents (...) et disent qu'ils trouveront des moyens d'y résister", a dit M. Zarif dans un entretien à la chaîne américaine Fox, citant la Chine, la Turquie, la Russie et la France dans le lot des "mécontents".

"Personne n'apprécie le fait que les Etats-Unis essaient d'imposer leur volonté au reste de la communauté internationale. C'est de la contrainte, pure et simple", a-t-il dénoncé.

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche John Bolton lui a répondu dimanche sur la même chaîne.

"Je suis touché que M. Zarif s'inquiète que nos alliés soient parfois impatients avec nous sur ce point", a-t-il ironisé.

"Nous travaillons très étroitement avec tous nos alliés européens et je pense que la lueur de désaccord qu'il évoque n'existe vraiment qu'à ses yeux", a ajouté M. Bolton, estimant que l'Europe était "la région la plus menacée à l'heure actuelle par les capacités balistiques de l'Iran".

La Chine et la Turquie ont toutes deux protesté dans la semaine contre les "sanctions unilatérales" annoncées lundi par les Etats-Unis.

"Des entreprises chinoises qui importaient du pétrole iranien ont fait savoir qu'elles allaient arrêter", a souligné M. Bolton, qui a par ailleurs assuré avoir "clairement exposé (la) position" américaine sur le sujet lors de sa rencontre au début du mois avec le ministre turc des Affaires étrangères.

Les Etats-Unis ont rétabli en novembre de dures sanctions économiques contre Téhéran, ainsi que contre tous les pays qui ne les respectent pas, après son retrait de l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien.

Cette campagne de "pression maximale" contre l'Iran vise selon Washington à mettre fin aux "activités déstabilisatrices" de Téhéran au Moyen-Orient.

"La volonté du président Trump de mettre une pression maximale sur l'Iran afin de nous mettre à genoux et de nous faire céder est condamnée à échouer", a déclaré M. Zarif sur Fox.


Pour mémoire

Selon Trump, Riyad "et d'autres" sont prêts à augmenter leur production de pétrole

Sanctions contre l'Iran : Moscou n'augmentera pas sa production de pétrole immédiatement, selon Poutine

Pétrole iranien : Ankara tente de conserver son exemption


Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a affirmé dimanche que les alliés des Etats-Unis étaient "mécontents" de la décision américaine de mettre fin aux dérogations permettant à huit pays l'achat de pétrole iranien.A partir du 2 mai, ces pays --la Chine, l'Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l'Italie et la Grèce-- seront exposés à des sanctions...

commentaires (3)

Le plus navrant avec cette guerre entre deux puissances, les USA et l'Iran qui veulent imposer leurs volontés, chacune sur leur "terrain" de batailles"...c'est qu'en définitive ce sont les citoyens ordinaires qui en subissent les conséquences néfastes pour leur économie etc. Mais ces deux "grands" (en tous cas ils s'imaginent l'être) américains et iraniens s'enfoutent royalement de cela ! Irène Saïd

Irene Said

09 h 35, le 29 avril 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Le plus navrant avec cette guerre entre deux puissances, les USA et l'Iran qui veulent imposer leurs volontés, chacune sur leur "terrain" de batailles"...c'est qu'en définitive ce sont les citoyens ordinaires qui en subissent les conséquences néfastes pour leur économie etc. Mais ces deux "grands" (en tous cas ils s'imaginent l'être) américains et iraniens s'enfoutent royalement de cela ! Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 35, le 29 avril 2019

  • Mr Zarif arrêter de vous immiscer dans les affaires des pays du moyen orient ... ce n est qu à partir de ce moment la que vous pourrez donner votre avis sur les autres

    Bery tus

    05 h 50, le 29 avril 2019

  • ET L,IRAN QUI VEUT IMPOSER SA VOLONTE PAR TOUS LES MOYENS A TOUS LES PAYS DE LA REGION N,EST-CE PAS DE LA CONTRAINTE ET DE LA PROVOCATION ? OU SEULEMENT LES ACTIONS ET FAUTES DES AUTRES COMPTENT ET LES NOTRES SONT DE LA DOUCEUR MONSIEUR ZARIF ?

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION !

    00 h 38, le 29 avril 2019

Retour en haut