X

Liban

Frangié à Saïfi aujourd’hui : la fin de plusieurs décennies d’inimitié

Partis

Les Marada et les Kataëb ne cachent pas que leur rapprochement vise à faire face à « la confiscation des voix chrétiennes » par les aounistes.

Claude ASSAF | OLJ
24/04/2019

Après des décennies de luttes, de haines accumulées et de sang, les Marada de Sleiman Frangié et les Kataëb de Samy Gemayel couronneront aujourd’hui leur réconciliation, lors d’un événement historique qui sera incarné par une visite du leader de Zghorta au siège central des Phalanges à Saïfi, un lieu hautement symbolique de la conscience politique chrétienne libanaise.

M. Gemayel recevra donc à 13 heures le chef des Marada, accompagné d’une délégation ministérielle et parlementaire. La délégation sera composée notamment de ministres et anciens ministres des Marada, dont Youssef Fenianos, Rony Arayji et Youssef Saadé, ainsi que de députés du bloc parlementaire de M. Frangié, selon des informations recueillies par L’Orient-Le Jour.Cette rencontre intervient après une tournée qu’a effectuée, il y a environ deux semaines, le chef du Courant patriotique libre (CPL) Gebran Bassil dans le caza de Zghorta où il s’était réuni avec le député Michel Moawad, rival traditionnel de M. Frangié. À cette occasion, M. Bassil avait lancé implicitement un défi à M. Frangié en réclamant un siège de député pour le CPL aux prochaines législatives, sachant que Sleiman Frangié a toujours été hostile à tout ancrage d’un parti politique non zghortiote dans son fief. On serait donc tenté de voir dans la réunion entre MM. Gemayel et Frangié une riposte aux ambitions affichées du chef du CPL. Mais dans les milieux des parties concernées, on affirme qu’elle s’inscrit plutôt dans une action visant à faire face à la monopolisation de l’opinion chrétienne pratiquée par le camp aouniste.La visite de M. Frangié à Saïfi n’est donc pas une réponse du tac au tac à celle de Gebran Bassil à Zghorta, mais constitue une nouvelle étape d’un long chemin que les deux formations parcourent vers la réconciliation et d’une action commune au plan de la communauté chrétienne, abstraction faite de leur désaccord sur les questions stratégiques du pays.

Déjà en 2009, Samy Gemayel s’était rendu à Bnechii, résidence secondaire de M. Frangié. Ce dernier avait affirmé à l’issue de leur rencontre que « la divergence est grande au niveau politique, mais nous pouvons nous unir sur les principes chrétiens ». En septembre 2018, Nadim Gemayel, député Kataëb, s’était rendu auprès du député Tony Frangié, fils du leader des Marada, avant de se recueillir devant la tombe de son grand-père homonyme, tué lors du massacre d’Ehden, imputé aux Kataëb, le 13 juin 1978. Une autre initiative dans le sens d’un rapprochement avait eu lieu plus récemment, lorsqu’une délégation Kataëb s’était rendue à Bnechii pour convier M. Frangié à la célébration de la journée des martyrs du parti, le 13 avril dernier.


(Lire aussi : Kataëb-Marada : les grandes dates)


« Une visite institutionnelle »

Contacté par L’Orient-Le Jour, le vice-président des Kataëb, Salim Sayegh, rappelle qu’« entre les Gemayel et les Frangié, il y a toujours eu un échange de visites », précisant toutefois que « c’est bien la première fois que le leader des Marada se rend à la maison centrale de Saïfi, alors que par le passé les rencontres s’effectuaient à Bnechii ou à Bickfaya ». « Il s’agit aujourd’hui non plus d’une visite familiale ou personnelle, mais d’une visite institutionnelle », fait observer M. Sayegh, mettant l’accent sur le fait qu’« il n’est pas question d’une rencontre de chefs de clan mais d’une visite faite à un chef de l’opposition ».Pour le vice-président des Kataëb, « il faut inscrire la rencontre dans une volonté de réagir à la confiscation de l’opinion publique chrétienne imposée par certaines parties », dans une allusion au CPL. Et de déplorer que l’arrangement politique qui a conduit à l’accession de Michel Aoun à la présidence de la République « ait donné lieu à une pratique unilatérale qui ne tient pas compte de l’existence de la pluralité dans les rangs chrétiens ». M. Sayegh affirme, à cet égard, que « les Kataëb renouent avec les forces vives du pays et montrent que l’opposition représentée par les Kataëb n’est pas isolée ». « À ceux qui ont voulu écarter notre parti et sonner son glas, nous montrons que celui-ci est toujours présent dans l’équation nationale et qu’il entreprend une action pour changer le statu quo et construire progressivement une réelle alternative à la situation actuelle. »À la question de savoir si l’on pourrait s’attendre à une alliance prochaine entre les Kataëb et les Marada, M. Sayegh affirme que « les visions stratégiques sont différentes même s’il n’y a pas d’opposition idéologique et doctrinale sur les questions liées à l’indépendance du pays, à sa pluralité et à la défense de sa Constitution ». « L’important est de se déployer en coopérant avec les autres forces, à un moment où il faut prendre position face aux grandes échéances », a-t-il souligné, citant comme exemple « les sanctions qui vont frapper l’Iran et se répercuter sur le Liban ».


Agressivité et hégémonie

Une position partagée par un proche du chef des Marada, qui affirme qu’« en présence d’une différence de principes et de vues, le dialogue se maintient sans qu’on puisse parler d’une quelconque alliance ». Cette source met toutefois l’accent sur « le caractère historique » de la visite, affirmant qu’« il s’agira d’une concertation entre les représentants de deux partis politiques qui ne sont pas satisfaits de la manière agressive et hégémonique dont le camp aouniste, à travers un président de la République et dix ministres, gouverne le pays ». Et d’ajouter : « Parmi les quatre partis chrétiens qui dominent la scène locale, trois sont mécontents du comportement du CPL. » Le troisième parti insatisfait auquel cette source fait allusion étant les Forces libanaises qui, estime-t-il, « feront bientôt partie du front d’opposition (au courant aouniste) ». La rencontre intervient quelques mois après la normalisation des relations entre les FL et les Marada, consacrée par une réconciliation historique en novembre dernier, à Bkerké, sous les auspices du patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, entre M. Frangié et le chef des FL, Samir Geagea.Pour Sami Nader, analyste politique, l’ouverture entre Saïfi et Zghorta est bénéfique, d’autant qu’elle « protège la diversité chrétienne ». Il rappelle à cet égard que le camp chrétien a « toujours été marqué par une pluralité rattachée à divers pôles, ce qui a toujours donné une vitalité politique ». « Au-delà de la scène chrétienne, cette pluralité participe de la démocratie au niveau national », estime M. Nader.


Pour mémoire

Le « petit pas » de Nadim Gemayel à Zghorta

À Bkerké, Geagea et Frangié mettent fin à une discorde vieille de 40 ans

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LIBAN D'ABORD


suite


au sujet de M Bassil meme dans les blagues de MINNA WOI JUR emission populaire de mtv il y a une pique enorme de corruption: Bassil a encore une maison a Batroun dit le comique et l'animateur lui demande si M Bassil a achete une maison a Batroun
le comique repond

NON C'EST LA SEULE MAISON QU'IL N A PAS ENCORE ACHETEE A BATROUN

Quand on arrive a ce point dans des emissions televisees populaires et tres suivies a parler d'un membre du gouvernement et gendre du president en exercise
CELA MONTRE COMBIEN SA REPUTATION EST AU PLUS BAS CHEZ TOUS LES LIBANAIS CAR SON TRAIN DE VIE , SES DEPENSES DURANT TOUS SES VOYAGES A L'ETRANGER SONT SI HONTEUSES QUE MEME LES EMISSIONS POPULAIRES S'EN GAUSSENT



LIBAN D'ABORD

la realite es que tous commence a penser a l'apres Aoun
il y a trois candidats declares ou pas
1) BASSIL
2) GEAGEA
3) FRANGIE
D'apres l'accord secret de Meraab c'est a Geagea apres Aoun de devenir president mais HB s'oppose et la promesse etait avant la montee en puissance du gendre
Le gendre est le favori car il sera soutenu probablement par HB mais tout n'est pas gagne d'avance car il s'est fait beaucoup d'ennemis et Frangie est encore avec HB
3) Frangie a quand meme ete ecarte au profit de Aoun donc peut etre y a t il une promesse de HB de le mettre a lui cette fois ci donc il essaye d'avoir le plus de voix en se reconciliant avec qui peut l'aider
POUR LE LIBAN D'ABORD BASSIL EST DISCALIFIE CAR SA POSITION PRO HB ET PRO SYRIE EST NEFASTE POUR L'INDEPENDANCE DU LIBAN
POUR FRANGIE SON ALLIANCE DEPUIS TOUJOPURS AVEC LE PRESIDENT SYRIEN LE DISCALIFIE POUR METTRE LE LIBAN D 'ABORD
POUR GEAGEA SES POSITIONS LIBAN D'ABORD ( ET SON ANCIENNE ALLIANCE AVEC ISRAEL MEME SI ELLE A SAUVE LE LIBAN DE L'EMPRISE PALESTINIENNE ) SERONT DIFFICILES A ACCUMULER LE NOMBRE NECESSAIRE DE DEPUTES POUR ETRE ELU SUTOUT SI HB ET AMAL SONT CONTRE

RESULTAT: UN ENORME INCONNU CAR L'ANTIPATHIE QU'INSPIRE BASSIL A LA PLUS PART DES LIBANAIS N'AIDENT PAS SON ELECTION

PEUT ETRE FAUDRA T IL CHERCHER AILLEURS ?

a

Wlek Sanferlou

Vivement pour les ententes entre chefs de clans mais pas pour des raisons de clans mais pour des raisons de patriotisme.
Toutes ces rencontres et ententes à l'eau de rose manquent de vision libanaise et nous nous retrouvons tous écartelés entre kataeb, fl, marada, Hezbollah, tayarr, futur, psp, joumblattiste et arslanistes et et et etc.
L'avenir du Liban dans tout ça?
On a tous souffert:
Les jeune chrétiens contre le plan americain et les forces de Arafat,
Les chiites qui ont vus leurs foyers dynamités par Israel sous prétexte qu'ils protégeaient les palestiniens
Les Druzes qui ont peur de perdre leur foyer libanais
Les sunnites qui voyaient leur rôle erodé par les autres communautés...

Quand viendra le jour où ces leaders se mettrons ensemble pour planifier l'avenir des jeunes de ce pays, qui excellent dans le.monde entier, pour qu'ils puissent prospérer sur cette terre qui nous a été donner en cadeau par nos dieux a tous.

Israël, depuis sa création, avait parié sur le démantèlement du Liban par ses propres fils, à cause de leurs égoïsmes, et je crains qu'il risque bien de gagné son pari...

Kil miin bighanée aala mouwélo!

Wlek Sanferlou

Tribalisme triomphant!
Dommage!

Gebran Eid

EST CE QU,IL LE SAIT SAMI, POURQUOI LES MARADA ONT INSISTÉ À AVOIR LE MINISTÈRE DES TRAVAUX PUBLICS ET L'ONT EU ? NON IL NE LE SAVAIT PAS ? AHHHHH.....OK . SACRÉ SAMI VA....ALLEZ CONTINUEZ VOTRE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION. LAISSEZ MOI VOUS RACONTER CETTE HISTOIRE SUR "GÉHÉ": DEHORS LA NUIT SOUS UNE LAMPE ÉLECTRIQUE ALLUMÉ, GÉHÉ TOURNE SOUS LA LAMPE ET CHERCHE. UN QUI PASSE ET LUI DEMANDE, TU FAIS QUOI LÀ ? GÉHÉ LUI RÉPOND, JE CHERCHE UNE PIÈCE QUI EST TOMBÉE. L'AUTRE LUI DEMANDE, TOMBÉE OÙ ? GÉHÉ LUI DIT, LÀ BÀS. POURQUOI TU CHERCHES ICI ALORS. GÉHÉ LUI DIT, LÀ BÀS C'EST SOMBRE ET ICI JE VOIS BIEN.

TROLL & PSEUDONYMES

…""au siège central des Phalanges à Saïfi, un lieu hautement symbolique de la conscience politique chrétienne libanaise.""



Dommage que Game of thrones est à son ultime épisode, car il aurait pu s’inspirer de cette visite, non pas de courtoisie, mais de réconciliation provisoire, en attendant les prochaines alliances électorales. Quant à ""la confiscation des voix chrétiennes"", j’en suis presque sûr, que par ""conscience"" professionnelle, on s’est interdit par le passé de telles tentations… dans un lieu hautement symbolique... Ce passé qui ne passe pas.

AIGLEPERçANT

Les intérêts politiques qui consistent dans un amarrage sur les forces des vainqueurs actuels de la politique du Liban , priment sur tout ce qui a été écrit sur l'unité des chrétiens libanais .

Les kataeb aussi rêvent d'une place au soleil, tout comme geagix béni oui oui à cette force politique .

Cadige William

Tout ce qui n’unit pas l’Ensemble de toute la Communiate Chretienne est nocif a long terme.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RENCONTRE DES HERITIERS... DE3ANAK YIA LEBNEN !

Sarkis Serge Tateossian

Les rapprochements ne doivent pas faire peur, les divisions et les tensions si.

Gebran Eid

LA PETITE FLAME QUI RESTE ALLUMÉE CHEZ LES KATAEBS, SERA ÉTEINTE RAPIDEMENT PAR CETTE RENCONTRE AVEC SLEIMAN 2. AU LIEU DE REJOINDRE DEPUIS UNE ÉTERNITÉ LES RANGS DES FL.

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Idleb n’est pas Alep, mais...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants