Rechercher
Rechercher

Liban

Electricité : le gouvernement approuve le plan Boustani

Hariri affirme que la mise en œuvre de ce plan permettra d'assurer l'approvisionnement en courant 24h/24.

Le gouvernement libanais réuni le 8 avril 2019 sous la présidence du chef de l'Etat, Michel Aoun, au palais de Baabda. Photo Dalati et Nohra

Le gouvernement libanais a approuvé lundi le plan de réforme du secteur de l'électricité préparé par la ministre de l'Energie, Nada Boustani, avec quelques amendements, après s'être mis notamment d'accord sur les procédures d'appels d'offres en vue de la construction de centrales.

S'exprimant devant la presse après la fin du Conseil des ministres, le Premier ministre, Saad Hariri, a annoncé que le plan a été approuvé à l'unanimité, après des discussions qui se sont déroulées dans une "atmosphère positive". Il a déclaré que la mise en œuvre de ce plan permettra d'assurer l'approvisionnement en courant 24h/24, félicitant "les grands efforts" fournis par Mme Boustani au cours des dernières semaines.

Le chef du gouvernement a souligné que les ministres se sont mis d'accord sur un amendement de la loi 288 qui permettait l’octroi de licence de production de l’électricité sur une période de deux ans. L'amendement de cette loi "prend en compte les craintes du Courant patriotique libre (CPL, aouniste), qui avait peur que la mise en œuvre du plan rencontre des obstacles au niveau de la Direction des adjudications (DDA, chargée des appels d'offres, ndlr)", a rapporté l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Le Premier ministre a précisé qu'une équipe technique du ministère de l'Energie travaillerait avec la Direction des adjudications (DDA) pour développer l'appel d'offres.

M. Aoun est ensuite entré en contact avec le président de la Chambre, M. Berry, pour lui demander de mettre à l'ordre du jour de la prochaine séance législative, qui doit avoir lieu mercredi, le projet amendant la loi 288.


"La feuille de route politique pour le nouveau plan de l'électricité est devenue réalité", a twitté Mme Boustani à l'issue de la réunion, appelant les responsables à "travailler ensemble" pour que ce plan réussisse. 


En ce qui concerne la nomination du nouveau Conseil d'administration de l'institution publique Electricité du Liban (EDL), Nada Boutani a appelé les ministres à lui présenter des noms de candidats éventuels.

Dans une déclaration à la LBCI, la ministre a précisé que toutes les remarques ont été prises en compte, ajoutant que la mise en œuvre du plan a commencé dès aujourd'hui. En ce qui concerne l'augmentation de la tarification, Mme Boustani a précisé qu'elle aura lieu au fur et à mesure, simultanément avec l’augmentation de la fourniture du courant.


(Lire aussi : L’électricité plus que jamais au cœur de la lutte pour le leadership chrétien)



"Ils ont fait perdre au Liban des années et cela à coûté cher au trésor. L'important c'est que les actes héroïques imaginaires soient terminés et que le plan demeure une réalité. L'important est la mise en œuvre sans entrave pour que les promesses soient tenues : 24h/24 et déficit zéro", a écrit le chef du CPL Gebran Bassil sur Twitter.



A l'ouverture du Conseil des ministres qu'il a présidé au palais de Baabda, Michel Aoun avait appelé le gouvernement à approuver le plan car "les gens nous attendent". Le chef de l'Etat avait déclaré que la réunion ne pourrait être levée tant que le plan ne serait pas approuvé. 


Présenté le 21 mars, le plan Boustani comprend trois grands axes : hausse des tarifs d’électricité figés depuis 1994, réduction des pertes techniques et hausse de la production à travers le déploiement de centrales temporaires puis durables. Le plan Boustani prévoit notamment de lancer un nouvel appel d’offres pour la signature d’accords pour la construction de centrales et d’achat d’énergie à long terme (Power Purchase Agreement), imposant aux entreprises intéressées de proposer en même temps une solution pour assurer une hausse de la production de 1450 MW. S’agissant de la production temporaire, la ministre a confirmé que la solution des navires-centrales restait d’actualité.

La réforme du secteur de l’électricité est l’un des chantiers les plus urgents que le Liban doit mener dans le cadre des réformes qu’il s’est engagé à lancer lors de la Conférence de Paris (CEDRE) en avril 2018.



Lire aussi
Électricité : la transparence sera-t-elle sacrifiée au nom de la rapidité ?

Électricité : c’est une fois de plus partie remise

Le Conseil des ministres otage de la politique politicienne...

L’ultrasensible dossier de réforme de l’électricité examiné sous l’œil vigilant de la Banque mondiale

Et rebelote pour une nouvelle querelle « électrique » CPL-FL


Le gouvernement libanais a approuvé lundi le plan de réforme du secteur de l'électricité préparé par la ministre de l'Energie, Nada Boustani, avec quelques amendements, après s'être mis notamment d'accord sur les procédures d'appels d'offres en vue de la construction de centrales.

S'exprimant devant la presse après la fin du Conseil des ministres, le Premier ministre, Saad...

commentaires (2)

Ce Basilius prend les gens vraiment pour des pauvres cons!! C'est bien lui qui a fait perdre des milliards au tresor avec la location des barges. Les FL l'ont coince avec leurs objections. A present il veut s'allouer le merite de l'accord finalement obtenu. Quel hableur!

Jean Michael

20 h 29, le 08 avril 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Ce Basilius prend les gens vraiment pour des pauvres cons!! C'est bien lui qui a fait perdre des milliards au tresor avec la location des barges. Les FL l'ont coince avec leurs objections. A present il veut s'allouer le merite de l'accord finalement obtenu. Quel hableur!

    Jean Michael

    20 h 29, le 08 avril 2019

  • IL EST REGRETTABLE QUE LA POSSIBILITE DE LOUAGE DE BARGES RESTE D,ACTUALITE. IL Y A TANT D,AUTRES POSSIBILITES A MOINDRE FRAIS ET PLUS RENTABLES ET FIABLES EN PRODUCTION ELECTRUQUE. TOUTEFOIS IL EST BON DE VOIR QU,ON COMMENCE LES REFORMES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 48, le 08 avril 2019