Rechercher
Rechercher

FOCUS

Franbanais et libanismes : à prendre avec des pincettes ?

Un exemple de libanisme fréquent au Liban. Photo Anne Ilcinkas

Quel enseignant de français au Liban n’a-t-il pas eu droit au célèbre « Mon ami est en train de rigoler sur moi », prononcé par un élève vexé d’avoir été la cible des moqueries d’un camarade de classe ? Cette traduction littérale d’une tournure syntaxique du dialecte libanais peut faire sourire un bon francophone de chez nous, mais prononcée devant un étranger, elle n’a sans doute pas beaucoup de sens.

Les exemples de libanismes saugrenus et insolites ne manquent pas. « Il a crié sur lui », « Il est monté en haut », « J’ai descendu une application sur mon téléphone » ou encore « Il a quitté » sont autant de libanismes qu’on peut entendre à Beyrouth et qui sortent des clous de la langue française. Ils font bon ménage avec le « franbanais », pratiqué par une grande partie des Libanais francophones, qui n’est autre qu’un mélange d’arabe dialectal et de français dans une même conversation, une même phrase. Les libanismes et le franbanais sont donc monnaie courante au Liban. Faut-il pour autant s’en réjouir ? Ces pratiques constituent-elles une source d’appauvrissement de la langue française ou, au contraire, sont-elles susceptibles de l’enrichir ?

Tirer la sonnette d’alarme

« Le libanisme est une expression arabe reproduite en français. C’est un calque du dialecte libanais », explique le linguiste et traducteur, le professeur au département de Lettres françaises à l'Université Saint-Joseph Serge Gélalian, qui considère que les libanismes ne devraient en aucun cas constituer une source de fierté. « Il faut tirer la sonnette d’alarme face à leur usage, car ils ne sont pas un facteur d’évolution de la langue française », estime-t-il. Quant à l’usage des « yaané », « habibi », « tayyeb » ou « yalla », souvent insérés dans des phrases en français, M. Gélalian explique que « ces termes font partie de la fonction phatique du langage (dont l’objet est d’établir ou de prolonger la communication entre le locuteur et le destinataire sans servir à communiquer un message, NDLR) et du terroir libanais ». Ils n’ont pas un rôle d’information, mais servent plutôt l’interaction sociale entre le locuteur et la personne qui l’écoute.

Quant au franbanais, le linguiste considère tout bonnement qu’il « n’existe pas comme langue à part entière ». « Ce que nous avons au Liban, c’est une alternance entre le français et le libanais, mais jamais un mixage des deux », constate-t-il. Et d’expliquer, par ailleurs, que le franbanais est à distinguer du bilinguisme. « Être bilingue, c’est maîtriser deux langues et passer d’une langue à une autre sans problème, ce qui n’empêche pas les calques. »

Que l’on parle de libanismes ou de franbanais, M. Gélalian est formel : « Non seulement ces phénomènes ne sont pas enrichissants et ne s’inscrivent pas dans une évolution de la langue française, mais ils empêchent la progression de la francophonie », dit-il. Estimant que « l’évolution de la langue se fait à partir du territoire français », il met en garde contre une volonté d’envisager les libanismes comme une évolution de la langue française. « Ce serait catastrophique. Cela dénaturerait le français, lance-t-il, d’où la nécessité de renforcer l’apprentissage du français à l’école et l’université. »


(Dans le même dossier : Quand la francophonie, au Liban, trébuche aux portes de l’université)


Source de richesse

Jarjoura Hardane, professeur d’arabe, de traductologie et de didactique au département de Lettres françaises à l'USJ, définit pour sa part le franbanais comme une sorte de « va-et-vient continu » entre le français et le libanais. « C’est un dérapage », observe-t-il. « Le franbanais naît de l’utilisation d’une structure syntaxique française à laquelle s’ajoutent des syntagmes de structure arabe », explique encore le directeur de l’école doctorale des sciences humaines et sociales à l’USJ. « Il s’agit de phrases dans lesquelles on mélange les deux langues. Un mélange un peu spécifique, un bilinguisme non équilibré. Mais ce n’est pas réellement un registre de langue », souligne l’expert.

Le discours que tient Emmanuel Khoury, professeur de langue française, de stylistique et de rhétorique, est nettement plus favorable au franbanais et aux libanismes. M. Khoury, coordinateur du département de Lettres françaises à l'USJ au Liban-Nord, estime que ces phénomènes linguistiques peuvent être « source de richesse, car ils permettent d’élargir les horizons de la langue et de créer de nouveaux mots et de nouveaux concepts ». « Les langues évoluent naturellement, contre la volonté humaine, assure le professeur. Les linguistes considèrent que les langues évoluent, quoi qu’il arrive. » Étoffant ses propos d’exemples, M. Khoury explique que « pour certains Libanais, une langue française teintée de libanismes paraît non achevée ». Il constate à ce niveau « une compétition entre les Libanais vers ce qui est considéré comme une excellence ». En revanche, conclut-il, « pour certains Français, les libanismes pourraient donner de la saveur à la langue ».



Dans le même dossier

Promouvoir les études universitaires en France : la politique ambivalente de Paris 

À l’école publique de Tebnine, le français a malgré tout le vent en poupe 

Aux origines de la lutte d’influence entre le français et l’anglais au Liban 



Quel enseignant de français au Liban n’a-t-il pas eu droit au célèbre « Mon ami est en train de rigoler sur moi », prononcé par un élève vexé d’avoir été la cible des moqueries d’un camarade de classe ? Cette traduction littérale d’une tournure syntaxique du dialecte libanais peut faire sourire un bon francophone de chez nous, mais prononcée devant un étranger,...

commentaires (4)

quelques points, si quelqu'un ecoute. la paucite de la langue arabe oblige a utilizer des libanismes. la langue arabe classique , qui n'a peu evolue depuis le 9ieme siècle, n'est pas une langue parlee les dialectes vernaculeres empechent une reelle communication il faudrait differentie l'accent, canadien par example, avec la langue parlee. l'academoe francaise est entrain de decider s'il faudrait feminizer le francais. l'example"auteur" en est un. l'arabe, comme le latin l'Arameen et le grec ancient, est une langue vouee a disparaitre, comme toutes les langues lithurgiques.

SATURNE

16 h 10, le 03 avril 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • quelques points, si quelqu'un ecoute. la paucite de la langue arabe oblige a utilizer des libanismes. la langue arabe classique , qui n'a peu evolue depuis le 9ieme siècle, n'est pas une langue parlee les dialectes vernaculeres empechent une reelle communication il faudrait differentie l'accent, canadien par example, avec la langue parlee. l'academoe francaise est entrain de decider s'il faudrait feminizer le francais. l'example"auteur" en est un. l'arabe, comme le latin l'Arameen et le grec ancient, est une langue vouee a disparaitre, comme toutes les langues lithurgiques.

    SATURNE

    16 h 10, le 03 avril 2019

  • Et alors! Je trouve que ces phrases ont un charme fou! Ne tirez la sonnette d’alarme! N’appelez pas les linguistes au secours! Ces phrases fabriquées avec des mots français mais un esprit libanais ne sont-elles pas uniques et originales? Nous devons être les seuls à pouvoir construire des phrases pareilles! Soyons-en fiers! Gardons notre originalité libanaise! Le monde ne devient-ils pas de plus en plus uniforme? Ces phrases font tout simplement le charme unique des Libanais qui aiment causer en langue française. Elles sont porteuses d’une tendresse, d’une sensibilité, d’une douce ingénuité qui nous réchauffe le cœur. Elles nous font voyager le temps d’un instant et nous font sourire en nous rappelant que nous écoutons la langue de Molière mais en terre d’Orient! Quelle joie!

    Agenor

    13 h 59, le 03 avril 2019

  • « l’évolution de la langue se fait à partir du territoire français » Est ce vrai? Car a entendre, les chroniqueurs ou les animateurs français, la manière dont ils parlent et les termes qu'ils utilisent journellement, c'est a en pleurer! Les programmes télévisés tels que les Marseillais, les Anges, etc... ou une pléthore d'ignares s'exhibent et vomissent des inepties et des mots débiles a longueur de programme, nous laissent franchement douter d'une telle déclaration. C'est en plus adressé a des jeunes qui s'y identifient. Je préfère encore nos "Libananisme" ou le Franbanais que ce qui se déroule a la télé-réalité Française! Au moins cela donne une connotation régionale sympathique comme le Belge, le canadien ou autre...

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 33, le 03 avril 2019

  • Alors que je me trouve dans un état d'indignation permanente face aux massacres que subit la langue française en France même (Le mot "auteure" est un barbarisme et l'expression "tri sélectif" un pléonasme), je suis beaucoup plus indulgent envers les libanismes. Le français parlé en Belgique, en Suisse, et surtout au Québec a ses particularités qui, à mon sens, lui ajoutent une couleur locale non dénuée de charme. Partageant l'avis du professeur Khoury je me reconnais dans ces français pour qui "les libanismes pourraient donner de la saveur à la langue".

    Yves Prevost

    07 h 01, le 03 avril 2019