Rechercher
Rechercher

ÉCLAIRAGE

Quand la francophonie, au Liban, trébuche aux portes de l’université

L’engouement pour les études supérieures en anglais représente un défi, et pas des moindres, pour les universités francophones du Liban. Elles s’adaptent, mais doivent faire preuve de souplesse.

Illustration par Art of Boo

Le français n’a plus la primauté à l’université au Liban. Une fois leur bac en poche, de plus en plus d’élèves libanais optent pour des universités anglophones, ou même des cursus anglophones au sein d’institutions supérieures francophones. Cet engouement croissant pour l’anglais, confirmé par des experts du monde éducatif et universitaire, reflète-t-il pour autant une fracture entre l’apprentissage du français à l’école et la pratique de la langue de Molière à l’université ?

Les faits sont là, confirmés par des chiffres. Selon le père Salim Daccache, recteur de l’Université Saint-Joseph, « aujourd’hui, 55 % des bacheliers du bac français et des filières scolaires dites francophones rejoignent les universités anglophones du pays ou à l’étranger ». Une réalité qui, estime-t-il, est liée au caractère « trop scolaire des universités francophones », à « l’attirance de la jeunesse pour la langue anglaise » et à « l’importance de cette langue dans le monde professionnel ».

L’attrait qu’exerce l’enseignement anglophone sur les élèves et sur leurs parents commence, en fait, dès l’école et modifie progressivement le paysage scolaire traditionnel libanais. « Alors que 70 % des élèves étaient scolarisés dans le réseau des écoles francophones il y a 20 ans, seulement la moitié des écoliers du pays poursuivent aujourd’hui leur scolarité dans ce réseau », reconnaît Véronique Aulagnon, conseillère de coopération et d’action culturelle à l’ambassade de France et directrice de l’Institut français du Liban.

L’école anglophone en nette progression

En comparant les statistiques annuelles publiées par le Centre de recherche et de développement pédagogiques (CRDP), on ne peut que constater l’important recul de la langue française à l’école, d’une année à l’autre. Durant l’année scolaire 2017-2018, sur 1 069 627 écoliers, 549 633 suivaient l’enseignement francophone et 519 994 l’enseignement anglophone. Un an plus tard, le nombre d’élèves scolarisés grimpe à 1 076 616 (selon des chiffres préliminaires), mais le nombre d’écoliers dans l’enseignement francophone baisse à 543 401, alors que dans l’enseignement anglophone, on compte 533 215 élèves.

Face à cette nouvelle tendance, les universités francophones n’ont d’autre choix que de s’adapter en développant, en sus de l’apprentissage de l’anglais, des cursus complets dans la langue de Shakespeare. Certaines, comme l’Université Saint-Esprit de Kaslik, deviennent carrément anglophones, tout en revendiquant leur multilinguisme. Même l’USJ, forte de 12 650 étudiants et connue pour être l’université francophone par excellence du Liban, « dispense désormais 15 % de ses cours en anglais », explique le père Salim Daccache. « Nous avons aussi créé des filières de licence exclusivement en anglais, dans les facultés de gestion, d’études bancaires, d’hospitalité, d’orthophonie… dont une bonne dizaine de masters, et nous continuerons cette dynamique », promet le recteur. Cette décision, selon lui, « ne mettra pas en danger l’identité francophone de l’institution », qui revendique haut et fort son « trilinguisme », mais aussi son « excellence ». Car il faut bien pallier le désintérêt des étudiants pour certaines filières.

Le problème est encore plus ardu pour les étudiants issus de milieux socio-économiques moins privilégiés, n’ayant pas été scolarisés dans les grandes écoles francophones du pays. « Les cours donnés en français sont désertés, alors que les cours en anglais font salle comble », observe Karim el-Mufti, chercheur et universitaire, enseignant de droit à l’Université Saint-Joseph et l’Université La Sagesse. Pire encore, « la plupart du temps, c’est au bénéfice de l’arabe que se fait le recul du français », note-t-il.

Dans ce contexte, les professeurs doivent « faire preuve de souplesse » et optent pour « la solution de facilité » pour éviter de pénaliser des élèves faibles en langues étrangères. « Nous autorisons les étudiants à présenter certains examens en arabe ou en anglais, lorsqu’ils ont trop de difficulté à s’exprimer en français, précise M. Mufti. Nous constatons alors que la majorité des copies sont rédigées en arabe. Un recours qui est systématique pour les rapports de stage, précédant de loin l’usage de l’anglais. » Et lorsque l’épreuve écrite doit nécessairement être rendue en français, « la copie est truffée de fautes et de mots arabes ». « Souvent même, les étudiants rendent une feuille blanche, espérant se rattraper à l’oral, où ils ont le droit de s’exprimer en arabe », regrette-t-il.


(Dans le même dossier : Promouvoir les études universitaires en France : la politique ambivalente de Paris)


1 700 nouveaux étudiants libanais en France par an

Refusant d’être alarmistes, les représentants de la francophonie au Liban se veulent plutôt pragmatiques, rappelant que la France demeure le premier pays de destination des étudiants libanais, avec près de 1 700 nouveaux étudiants libanais par an (5 000 au total), dont la majorité en cursus master et doctorat.

Le fait que de plus en plus d’élèves issus d’écoles à programme français optent pour un enseignement supérieur anglophone est « le résultat, selon notre analyse, d’un calcul rationnel des parents d’élèves qui veulent le meilleur pour leurs enfants », estime Mme Aulagnon. « Ils les scolarisent à l’école francophone, et privilégient ensuite un autre réseau, l’université anglophone en l’occurrence », ajoute-t-elle. Car l’objectif des familles « est aussi de permettre à leurs enfants de s’expatrier, en leur assurant la carte de visite française et une autre anglo-saxonne », précise la conseillère de coopération, évoquant l’étroitesse du marché local de l’emploi. Si elle reconnaît que « le vivier francophone est plus faible dans des milieux sociaux moins privilégiés », Mme Aulagnon fait remarquer, en revanche, que « les élèves francophones peuvent s’adapter facilement au système anglo-saxon, alors que l’inverse n’est pas vrai ». « Seuls les francophones sont porteurs du plurilinguisme », assure-t-elle, regrettant toutefois l’absence d’une politique libanaise linguistique qui mette le français et l’anglais à égalité dans l’enseignement scolaire.

La francophonie table sur l’Afrique

Si Hervé Sabourin, directeur du bureau Moyen-Orient de l’Agence universitaire pour la francophonie (AUF), reconnaît « l’emprise certaine » de la langue anglaise à l’université, il relativise la gravité de la situation. « Ce n’est pas si grave et ce n’est surtout pas un scandale. Cela fait partie du monde d’aujourd’hui, affirme-t-il. Et au niveau universitaire, la langue devient plus un passage de savoir-faire que de formation de l’individu. » C’est pourquoi il estime « qu’il n’y a pas vraiment de rupture entre l’école et l’université, mais un passage à d’autres enjeux ». Et le directeur d’observer que la francophonie ne peut être résumée à l’usage et la maîtrise de la langue comme moyen de communication. « C’est beaucoup plus que cela », souligne-t-il, invitant à réfléchir sur « ce qu’apporte l’espace francophone au monde entier et en particulier au Moyen-Orient », en termes de « savoir-faire », de « diversité », de « multilinguisme » et de « lieu où l’on défend les valeurs universelles comme les droits de l’homme ». M. Sabourin va encore plus loin. « La langue française ne va pas disparaître », assure-t-il. Bien au contraire, avec l’essor démographique de l’Afrique et la perspective qu’elle devienne une plaque tournante pour l’investissement mondial, la langue de Molière entend bien devenir un facteur de dialogue et de développement économique. « Je suis certain, conclut M. Sabourin, que les évolutions prochaines du monde donneront raison à la ténacité et au travail de la francophonie. »


Dans le même dossier

À l’école publique de Tebnine, le français a malgré tout le vent en poupe 

Aux origines de la lutte d’influence entre le français et l’anglais au Liban 

Franbanais et libanismes : à prendre avec des pincettes ?



Le français n’a plus la primauté à l’université au Liban. Une fois leur bac en poche, de plus en plus d’élèves libanais optent pour des universités anglophones, ou même des cursus anglophones au sein d’institutions supérieures francophones. Cet engouement croissant pour l’anglais, confirmé par des experts du monde éducatif et universitaire, reflète-t-il pour autant une...

commentaires (5)

Le père Daccache est défaitiste - ce n'est pas en abandonnant la langue française qu'on protégera la langue française ! C'est par l'excellence et l'exigence des ses filières que l'USJ va continuer à attirer les étudiants, et non pas en abandonnant ce qui constitue la diversité de son offre. Voit-on la moindre réciprocité de la part de l'AUB ou de LAU, créent-elles des filières françaises ? L'enjeu et de rendre le français attractif par l'excellence de ce qui est fait en français, et non pas en suivant le vent publicitaire du moment.

Jean abou Fayez

00 h 24, le 05 avril 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Le père Daccache est défaitiste - ce n'est pas en abandonnant la langue française qu'on protégera la langue française ! C'est par l'excellence et l'exigence des ses filières que l'USJ va continuer à attirer les étudiants, et non pas en abandonnant ce qui constitue la diversité de son offre. Voit-on la moindre réciprocité de la part de l'AUB ou de LAU, créent-elles des filières françaises ? L'enjeu et de rendre le français attractif par l'excellence de ce qui est fait en français, et non pas en suivant le vent publicitaire du moment.

    Jean abou Fayez

    00 h 24, le 05 avril 2019

  • Le pere Daccache a absolument raison, mais il oubli d'ajouter que les faculties et institutions francaises ferment leurs portes des qu'un eleve commet le peche de s'angliciser.

    SATURNE

    16 h 17, le 03 avril 2019

  • Je trouve que c'est exageré de dire « Seuls les francophones sont porteurs du plurilinguisme ». C'est un peu arrogant et aussi incorrect. En fait, les francophones sont en géneral très mauvais pour parler une autre langue ou s'adapter à une autre culture. N'oublions pas que le français a aussi des mauvaises connotations au Liban où c'est la langue de l'oppression et associé à une petite élite libanaise qui est mauvais regardé par une autre partie importante de la population libanaise. Personellement je ne suis pas francophone, et je trouve que c'est un grand avantage de parler plusieurs langues, et aussi de comprendre les sensibilités linguistiques. Par exemple à Tripoli et dans la vallée Bekaa, certains gens se fâchaient quand je parlais français, et surprise pour moi, à Hermel (c'est presque la Syrie et je pensais une région où on ne parlait pas du tout français), une coincidence faisait que je pouvais me reseigner sur tourisme dans la région de Hermel et on m'a aidé (les gens locaux) dans un français très décent. Le libanais de Hermel était en train de s'excuser qu'il ne parlait pas bien français, mais c'était très décent comme niveau. En tous cas, il faut donc apprendre plusieurs langues, espagnol, grecque, arménien, anglais, français, libanais et autres et essayer de dialoguer avec politesse et comprendre pourquoi l'autre préfère français ou anglais ou espagnol, italien, grecque ou autre langue, donc en tous cas l'apprentissage de langues est importante.

    Stes David

    12 h 45, le 03 avril 2019

  • MALHEUREUSEMENT... CAR L,ANGLAIS EST EXCLUSIVEMENT DEVENU LA LANGUE DU BUSINESS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 47, le 03 avril 2019

  • Il est important que les parents choisissent les écoles Françaises pour l’éducation de leurs enfants car, en effet, le cursus francophone permet un multilinguisme performant et réel alors que les étudiants anglophones, eux, ont plus de mal a le faire. De plus, une fois cette facilitée de langage acquise, il y a beaucoup plus de portes ouvertes a ces jeunes et leur multilinguisme leur permet de s'adapter plus vite a leur environnement professionnel et social a travers le monde. Parler français n'est peut être pas un plus dans le monde des affaires en tant que tel mais surement un facteur de supériorité a tous les niveaux et a travers le monde. De par mon expérience personnelle, j'ai constaté combien les étrangers adorent entendre le français... Ça ouvre des portes car la langue française est considérée comme aristocratique. Pourquoi? Qui sait, peut être parce que c'est la langue de la politique, adoptée comme telle a cause de sa richesse...

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 17, le 03 avril 2019