X

À La Une

Première messe dans la cathédrale arménienne d'Alep restaurée

Syrie

Cette messe est un signe que "la communauté arménienne continuera à reconstruire la Syrie", s'est félicité Aram 1er, le catholicos de Cilicie de l'Église apostolique arménienne (primat de cette église au Proche-Orient), qui présidait la cérémonie religieuse.

OLJ/AFP
30/03/2019

Une messe a été célébrée samedi dans la cathédrale de l'église apostolique arménienne d'Alep (nord) en Syrie, la première depuis la restauration de ce monument historique endommagé par la guerre qui déchire le pays depuis 2011.

Les fidèles se sont massés sur les bancs de bois ciré de l'église des "Quarante-Martyrs", fondée au XIVe siècle, pour cet office religieux, a constaté un correspondant de l'AFP. A l'extérieur, les flammes des cierges dansaient au gré du vent, avant que les prêtres n'entrent dans la cathédrale par l'allée centrale en répandant de l'encens. Certaines femmes étaient coiffées d'un traditionnel voile de dentelle blanche, d'autres immortalisaient le moment en filmant la cérémonie avec leurs téléphones portables.

Cette messe est un signe que "la communauté arménienne continuera à reconstruire la Syrie", s'est félicité Aram 1er, le catholicos de Cilicie de l'Église apostolique arménienne (primat de cette église au Proche-Orient), qui présidait la cérémonie religieuse.

Située dans la Vieille ville d'Alep, la cathédrale des "Quarante-Martyrs" avait été endommagée, comme d'autres églises, lors de combats acharnés entre le régime de Bachar el-Assad et les rebelles entre 2012 et 2016. Fin 2016, le régime soutenu par l'armée russe a repris les quartiers insurgés d'Alep à l'issue d'une violente offensive.

Voûtes en pierre de taille, grands lustres en cristal, arcades abritant des icônes restaurées: désormais, l'intérieur de l'église ainsi que sa façade extérieure ne portent plus de trace des violences passées.

Le pasteur Harout Selimian, à la tête de l'église arménienne évangélique, a vu cette messe comme un signe d'espoir: "Nous allons reconstruire une nouvelle Syrie".


(Lire aussi : "On vit de nouveau ensemble": le timide espoir d'une religieuse en Syrie)


Pour Jirair Reisian, membre arménien du Parlement syrien, cette cérémonie signifie surtout que la minorité arménienne de Syrie "est là pour rester".

La communauté chrétienne représentait 10% de la population d'Alep avant le début du conflit --soit 250.000 personnes-- dont une moitié d'Arméniens, selon le géographe français Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie à l'Université de Lyon. Fin 2016, il avait estimé à quelques 100.000 le nombre de chrétiens encore sur place. "Peu d'entre eux sont retournés" à Alep depuis, a-t-il indiqué à l'AFP samedi.

Des dizaines de milliers d'Arméniens se sont exilés en Syrie et au Liban dans la foulée des massacres commis contre leur communauté dans l'empire ottoman en 1915. Ces massacres ont été reconnus comme un génocide par plusieurs pays, une qualification que la Turquie rejette.

La guerre en Syrie, déclenchée en mars 2011, a fait plus de 370.000 morts et déplacé plusieurs millions de personnes.


Pour mémoire

En Syrie, des chrétiens syriaques accueillent leur nouvel évêque emplis d'espoir

« Si nous reconstruisons les églises, nous prierons de nouveau à Raqqa »

Après avoir été otage de l'EI, le père Mourad se met au service des réfugiés de Qaraqosh

Les deux évêques d'Alep enlevés sont toujours en vie, veut croire l'Église syriaque-orthodoxe

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Une grande spiritualité dans cette reconstruction de l'église armenienne d'Alep.

C'est une belle victoire des justes et faiseurs de paix, et un échec flagrant pour ceux qui ont franchie la frontière turque pour venir détruire la Syrie et ce qui leur semblaient des descendants des rescapaient du génocide perpétré par les turcs.

Espérons une paix durable et une démocratie croissante dans tous les pays arabes et de la région.

La liberté doit prévaloir chez tous les humains.

AIGLEPERçANT

La communauté arménienne renaîtra toujours des malheurs dont elle est victime depuis un siècle . Dieu pardonne aux comploteurs il ne savent pas ce qu'ils font, enivrés par l'odeur du gain bas et bestial.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants