X

À La Une

En Syrie, des chrétiens syriaques accueillent leur nouvel évêque emplis d'espoir

Conflit

"Il est vrai que beaucoup de gens sont partis, mais nous sommes toujours là, et ce qui s'est passé aujourd'hui est la preuve que nous sommes encore ici dans ce pays et que nous resterons".

OLJ/AFP
19/08/2017

Les syriaques orthodoxes de Hassaké, ville du nord-est de la Syrie, ont célébré samedi l'arrivée du nouvel évêque de leur communauté, quatre ans après que le dernier eût fui le pays.

Depuis son déclenchement il y a six ans, la guerre en Syrie a déplacé plus de la moitié de la population. Dans certaines régions, les chrétiens ont été particulièrement ciblés par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) qui ont détruit et profané nombre d'églises et de symboles chrétiens.

Pour les fidèles réunis samedi dans la cathédrale Saint-Georges à Hassaké, l'arrivée de l'archevêque Maurice Amseeh est un signe de résistance de leur communauté, malgré la guerre.
"Il est vrai que beaucoup de gens sont partis, mais nous sommes toujours là, et ce qui s'est passé aujourd'hui est la preuve que nous sommes encore ici dans ce pays et que nous resterons", a déclaré Jenny Hakop, étudiante de 23 ans.

L'assemblée a lancé des cris de joie alors que le nouvel archevêque bénissait les fidèles, vêtu d'une imposante chasuble bleue et blanche brodée de fils d'or.
"Sans évêque, un troupeau perd son chemin", a affirmé Georgette, une enseignante de 37 ans, exprimant l'espoir que Mgr Amseeh aidera à revitaliser l'église.

Le mandat officiel du nouvel évêque s'étend à la communauté syriaque orthodoxe dans la région d'al-Jazira et de l'Euphrate (nord-est), y compris la province de Deir ez-Zor, en grande partie sous le contrôle de l'EI.
"Dès que Deir ez-Zor sera libéré du terrorisme, je m'y rendrai en pèlerinage pour reconstruire les bâtiments et soutenir la population", a assuré Mgr Amseeh à l'AFP.

Une grande partie de la province de Hassaké et de la ville éponyme font partie d'une "administration autonome" kurde. Le régime syrien contrôle lui certaines zones.
Une grande photo du président Bachar el-Assad était accrochée à l'extérieur de l'église.

Les syriaques, qui suivent la tradition des chrétiens d'Orient, prient en araméen. Cette communauté se divise en deux branches --orthodoxe et catholique-- et constitue environ 15% des 1,2 million de chrétiens de Syrie.
Avant le début du conflit en mars 2011, les chrétiens, issus de 11 communautés différentes, représentaient environ 5% de la population.
Plus de 330.000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début de la guerre.

 

Lire aussi

« Si nous reconstruisons les églises, nous prierons de nouveau à Raqqa »

Après avoir été otage de l'EI, le père Mourad se met au service des réfugiés de Qaraqosh

Les deux évêques d'Alep enlevés sont toujours en vie, veut croire l'Église syriaque-orthodoxe

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA SYRIE DEMOCRATIQUE EN GESTATION... COMME LA VEUT SON PEUPLE MUTINE CONTRE LE DESPOTISME... SERA UNE SYRIE POUR TOUS...

MIROIR ET ALOUETTE

Dieu fera qu'ils reviendront tous dans la Syrie libérée des bactéries wahabites manipulées, sous la protection de leur héros national. Bashar El Assad .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants