Moyen Orient et Monde

« Si nous reconstruisons les églises, nous prierons de nouveau à Raqqa »

Reportage

Sawsan Karapetyan et sa famille ont fui la capitale de l'EI en Syrie, aidées par des combattants chrétiens.

OLJ/Delil SOULEIMAN/AFP
10/08/2017

Un rosaire dans une main et une cage avec deux perroquets dans l'autre, Sawsan Karapetyan et sa famille ont fui Raqqa, aidées par des combattants chrétiens engagés dans la bataille pour chasser les jihadistes de leur grand fief en Syrie.

Après avoir vécu pendant des années dans la peur, cette Arménienne de 45 ans, son mari et cinq de leurs proches, qui font partie des rares chrétiens restés dans Raqqa, l'ont finalement quittée mardi à pied sous le couvert de la nuit. Ils ont emprunté une route ouverte et sécurisée par des combattants syriens chrétiens du Conseil militaire syriaque (CMS), qui les ont ensuite transportés dans l'arrière d'un camion jusqu'à la banlieue de Jazra, à l'ouest de Raqqa.

« Je ne voulais pas partir, mais les bombardements étaient si forts que nous avons fui », dit cette femme toujours couverte du manteau noir imposé par les jihadistes du groupe État islamique (EI) qui s'étaient emparés de Raqqa en 2014. Comme les milliers d'autres qui ont échappé à l'EI, ils sont partis en n'emmenant pratiquement rien. Mais Mme Karapetyan ne pouvait se séparer de son rosaire et de ses perroquets, des inséparables. « J'ai tout laissé sauf eux », dit-elle, en sirotant du thé offert par les membres du CMS, une unité chrétienne engagée aux côtés de l'alliance arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui ont pu déloger l'EI de la moitié de Raqqa.

 

(Lire aussi : Les FDS freinées par les mines et les tireurs embusqués de l'EI à Raqqa)

 

« Célébrer dans le secret »
Soutenue par la coalition internationale dirigée par les États-Unis, l'offensive antijihadistes des FDS a ravagé Raqqa, où les civils sont pris sous le feu : tirs d'obus, franc-tireurs ou raids aériens de la coalition.

« Quand Raqqa était bombardée, nous nous rassemblions pour prier Dieu que cela s'arrête, dit Mme Karapetyan, en égrainant son chapelet gris-vert. Nous avons vécu les plus durs moments ces derniers jours en raison des bombardements intensifs. J'avais peur pour mon mari et ma famille. » Des milliers d'Arméniens et de chrétiens syriaques vivaient à Raqqa, où ils constituaient environ 1 % de la population en majorité arabe sunnite. Les Arméniens présents en Syrie sont les descendants de ceux qui ont fui les massacres en Anatolie durant la Première Guerre mondiale. Ces massacres sont dénoncés comme un génocide par les Arméniens, un terme rejeté par la Turquie.

Quand l'EI s'est emparé de Raqqa, la plupart des chrétiens et des Kurdes ont fui la ville. Sous le joug des jihadistes, les chrétiens devaient soit se convertir à l'islam, soit payer « une taxe » pour rester chrétiens. Ou alors ils fuyaient sous les menaces de mort.
« Lorsque l'EI est entré, ses combattants ont brûlé les églises, les livres de prière, les anges, les statues de la Vierge Marie et de Jésus », se rappelle Alexey, 50 ans, une des proches qui a fui avec Mme Karapetyan.

L'église arménienne-catholique des Martyrs et celle grecque-catholique de Notre-Dame de l'Annonciation ont été détruites par l'EI. « Nous célébrions nos fêtes en secret à la maison, ajoute Alexey, habillée elle aussi du foulard et de la robe imposés par l'EI. Nous faisions brûler juste un peu d'encens pour sentir que c'était une fête religieuse. »

 

(Pour mémoire : L'EI chassé d'un nouveau quartier à Raqqa)

 

 

« Les combattants chrétiens »
« Nous avons tout laissé à Raqqa. C'est pénible. Nous avons essayé de rester mais nous ne pouvions plus supporter la situation », dit-elle, en couvrant son visage de ses mains, l'air épuisée. De Jazra, les sept proches entendent se rendre à Alep, plus à l'ouest, afin d'être réunis avec des membres de leurs familles avec lesquels ils ont perdu le contact depuis un mois. Une grande communauté arménienne réside à Alep. En raison des combats acharnés, des dizaines de milliers de personnes ont fui Raqqa.

Matay, un combattant chrétien de 22 ans, a affirmé que le CMS avait sécurisé une route pour aider les civils dans leur fuite. Kardij Kirdian, 50 ans, a fui mardi par cette route, au lendemain de la sortie de son frère.

« Je ne peux pas décrire ce que j'ai ressenti quand nous avons vu les combattants chrétiens », dit M. Kirdian, habillé d'un long vêtement ample gris. Il a finalement décidé de partir après avoir initialement choisi de rester dans sa ville natale et de payer aux jihadistes des dizaines de milliers de livres syriennes en « taxe », ou « jizia ». L'EI « a fait exploser les églises, je n'ai pas prié dans une église depuis 2013 », se lamente cet homme à la barbe poivre et sel et aux épais sourcils noirs. Mais il garde l'espoir. « Si nous les reconstruisons, nous prierons de nouveau à Raqqa », dit-il.

 

 

Pour mémoire

Cerné à Raqqa, l'EI multiplie les contre-attaques

Vendues par l'EI à Raqqa, des combattantes yazidies de retour pour se venger

Sur le front de Raqqa, plats faits maison et glaces pour les combattants

La détresse d'une famille revenue à Raqqa pour enterrer ses morts

Rosaires et armes automatiques : les combattants chrétiens de Raqqa

Qui gouvernera Raqqa une fois les jihadistes chassés?

A Raqqa, des enfants ouvrent la voie aux adultes pour fuir les jihadistes

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.