X

À La Une

Bassil à Russia Today : Il y a un désaccord entre nous et Washington au sujet du Hezbollah

Liban

"Nous voulons des relations stratégiques avec la Russie", affirme le chef de la diplomatie libanaise qui accompagne le président libanais pour une visite de deux jours à Moscou.


OLJ
25/03/2019

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a affirmé dans une entrevue publiée lundi par Russia Today que le Liban était en désaccord avec les Etats-Unis qui considèrent que le Hezbollah est un groupe terroriste. 

Lors de sa visite à Beyrouth, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a appelé vendredi le Liban à se démarquer des "sombres ambitions" de l'Iran et du Hezbollah. Financé et armé par Téhéran, la parti chiite est considéré par Washington comme une organisation "terroriste".

"Les Américains nous demandent des choses que nous ne pouvons pas faire et au sujet desquelles nous ne sommes pas d'accord. Il y a un désaccord entre nous et Washington au sujet du Hezbollah, ils le considèrent comme un terroriste, alors que nous non", a affirmé M. Bassil. 

M. Bassil fait partie de la délégation qui accompagne le président libanais Michel Aoun lors de son voyage à Moscou. M. Aoun s'est envolé lundi matin pour la Russie pour une visite officielle de deux jours. Il doit s'entretenir avec son homologue russe Vladimir Poutine et d'autres officiels.

"Le Liban est un pays d’équilibres, il est dans son intérêt d’avoir des équilibres internes et externes. Il peut être un pays ouvert et tisser des relations tout en préservant sa spécificité, a ajouté le chef de la diplomatie. Nous sommes de ceux qui bâtissent des ponts et nous ne pouvons distinguer entre les catégories de notre peuple. Israël ne respecte pas les principes internationaux et les Etats-Unis soutiennent Israël malgré cela. Rien n’empêche toutes les parties libanaises de traiter avec le Hezbollah, car c’est une composante libanaise", a-t-il ajouté.

Dimanche, des responsables du Hezbollah et du mouvement Amal ont critiqué les positions "belliqueuses" des Etats-Unis qui menacent, selon les deux partis chiites, la sécurité du Liban et de la région, en référence notamment au souhait exprimé par le président Donald Trump qui s'est dit favorable à la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan.

Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Bahram Qassemi, a lui aussi dénoncé les propos tenus par le chef de la diplomatie américaine affirmant qu'elles étaient "insolentes". "Comment le secrétaire d’État américain s’autorise-t-il, lors d’une visite au Liban, à faire des déclarations insolentes et des accusations absurdes contre une partie politique et légale importante dans ce pays et qui bénéficie d'un soutien considérable du peuple libanais et apporte une contribution majeure au gouvernement et au Parlement " libanais, a-t-il affirmé.

M. Bassil a par ailleurs indiqué que "les Américains offrent des aides (au Liban) et elles ne les ont pas conditionnées". "Si le contraire arrivait, (ses aides) ne seraient pas acceptées, a-t-il ajouté. Toute tentative de lier les aides à la naturalisation des réfugiés et des déplacés est (également) refusée". 

"Nous voulons des relations stratégiques avec la Russie, a affirmé M. Bassil. Je renouvelle mon appel en faveur d'une alliance entre des entreprises américaines et russes sur la question du gaz. Au niveau militaire, la Russie se trouve en Syrie et le Liban n'est pas en mesure d'acheter des armes. Si la Russie souhaite aider (le Liban), comme les Etats-Unis, nous n'avons pas d'objection tant qu'il s'agit d'une aide non conditionnée et nous sommes convaincus que la Russie ne demandera rien au Liban qui nuira à ses intérêts " "Nous vivons sous pression et nous voulons empêcher des attaques d'Israël et assurer un équilibre", a encore dit M. Bassil. 




Lire aussi

Pompeo : Les États-Unis "prêts à aider" pour éviter le danger que représente l'Iran pour la démocratie libanaise

Entretien Aoun-Pompeo : aucune entorse au protocole, se défend la présidence libanaise

Pompeo au Liban : ce qu'en dit la presse locale

Bourbon ou vodka ?, l'éditorial d'Issa GORAIEB

À Beyrouth, Pompeo assure le service après-vente de Trump



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LE HEZBOLLAH ET L'IRAN ? AUCUNE. LE JOUR VIENDRA BIENTÔT OÙ LE HEZBOLLAH MET LA MAIN SUR TOUT LE LIBAN. CE JOUR LÀ, ACCEPTER DE VIVRE À L'IRANIENNE OU SAUVE QUI PEUT.

Eleni Caridopoulou

Oui le Hezbollah fait parti du paysage Libanais , malheureusement, jusqu'au jour qu'il prendra le pouvoir et ça sera la fin car Israel n'acceptera pas e ça sera la fin du pays de Cèdres

HABIBI FRANCAIS

Certainement les Usa et la Russie sont des amis du Liban ,quand l Iran l utilise comme boucher a canon.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN SEUL DESACCORD MAIS BEAUCOUP D,ACCORDS QU,ON VEUT GARDER CONFIDENTIELS... MAIS REVELES PAR POMPEO !

Bustros Mitri

"....Le Liban est un pays d' équlibres internes...."
Effectivement, équlilbres crées par la terreur et les assassinats politiques répétés...

Bery tus

il suffit d'arreter de chanter la destruction d'israel or que TOUT LE MONDE LE SAIT CETTE DESTRUCTION SURVIENDRA D'ABORDS AU LIBAN ET DES LIBANAIS AVANT CELLE DES ISRAELIENS ….. ON OUBLIE PAS NON PLUS QU'APRES LA DESTRUCTIONS NOUS NOUS ALLONS MEME POUVOIR RECONSTRUIRE UN PONT ET CE MEME SI LES DONS SONT ASSORTIE DE CONDITIONS (ET CES CONDITIONS NE SERAIENT PAS SUR LA TABLE SI A LA BASE GUERRE N'AI PAS LIEU) OR QU'EUX PRESQUE TOUS LES PAYS RICHES PARTICIPERONT ET CE MEME SANS DEMANDER UNE CONTRE PARTIE

FAUT ETRE REALISTE DES FOIS, MEME SI ON ARRIVE A ENTRER DANS JERUSALEM MEME PENSEZ VOUS QUE CERTAINS PAYS ET LES USA EN PREMIER RESTERONS LES BRAS CROISER !?!?!

MAIS JE REVE DES PERSONNES QUI SE DISENT FORT DANS TOUS LES DOMAINES JE COMPREND PAS COMMENT ILS ONT OUBLIE CETTE PETITE QUESTION

BOSS QUI BOSSE

Rappelions que israel a occupé de façon barbarique le Liban pendant 20 ans.

La guerre gagnée de 2006 a ramené plus de 100 prisonniers libanais des prisons israéliennes à la maison .

FAUT PAS OIBLIER NI IGNORER.

Honneur et Patrie

Si vous voulez empêcher les attaques d'Israël, empêchez que l'on enlève ses soldats à l'intérieur de leur territoire ainsi que le percement de tunnels sous leurs terres. Ce n'est pas compliqué.

BOSS QUI BOSSE

Un libanais digne.

Ça change des autres dont on entend les niaiseries et les sottises à longueur de temps.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le CPL songe sérieusement à rester en dehors du prochain gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Les changeurs, nouveaux rois des dollars

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants