Rechercher
Rechercher

Liban

Les positions "belliqueuses" des Etats-Unis menacent le Liban et la région, affirme le Hezbollah

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, doit s'exprimer mardi à 17 heures lors d'une allocution télévisée.

Le cheikh Nabil Kaouk, membre du Conseil central du Hezbollah, le ministre Hezbollah de la Jeunesse et des Sports, Mohammad Fneich et le président du conseil exécutif du Hezbollah, le cheikh Ali Daamouch. Photos Ani

Des responsables du Hezbollah et du mouvement Amal ont critiqué dimanche les positions "belliqueuses" des Etats-Unis qui menacent, selon les deux partis chiites, la sécurité du Liban et de la région, en référence notamment au souhait exprimé par le président Donald Trump qui s'est dit favorable à la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan.

"Les positions américaines belliqueuses menacent la sécurité et la stabilité du Liban et de la région. Il est demandé aux autorités libanaises de prendre une position claire et ferme contre 'l'accord du siècle' et la légitimation de l'occupation du Golan car le Liban est la première des victimes de ces prises de position", a affirmé dans la journée le cheikh Nabil Kaouk, membre du Conseil central du Hezbollah.

Jeudi, le président américain avait estimé sur Twitter qu'il était "temps pour les Etats-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan", rompant avec des décennies de diplomatie américaine au Moyen-Orient. Israël a conquis en 1967 une grande partie du Golan et l'a annexée en 1981, annexion jamais reconnue par la communauté internationale.

"En légitimant l'occupation israélienne de Jérusalem et du Golan avec l'accord d'Israël, il peut légitimer demain l'occupation des fermes de Chebaa et les collines de Kfarchouba", a estimé le cheikh Kaouk.

"Le but de la campagne de boycott, de blocus, de sanctions et de dénigrement contre la résistance est de nous forcer à prêter allégeance au projet américain et ses instruments dans la région et d'abandonner nos droits, nos richesses. et notre sécurité", a renchéri  le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammad Fneich, l'un des trois ministres du parti chiite au sein du gouvernement de Saad Hariri.


(Lire aussi : Vague de condamnations après les propos de président US sur le Golan)


"Injonctions"
"Les conspirateurs doivent savoir que la résistance va se poursuivre", a renchéri de son côté le président du conseil exécutif du Hezbollah, le cheikh Ali Daamouch, qui avait déjà pris la parole vendredi après les propos tenus par le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo lors de sa visite au Liban contre le parti chiite.

"A entendre les déclarations du diplomate occidental qui est venu au Liban pour se déchaîner contre la résistance et demander au pays de se soumettre et de se livrer, nous devons en tant que Libanais abandonner les armes de la résistance qui ont rendu dignité et victoire à la Nation. Chaque jour, vous venez avec de nouvelles conditions et injonctions. Certains sont contents de ce type de déclarations tandis que d'autres défendent le pays et son unité", a déclaré pour sa part le député Hani Kobeissi, membre du bureau politique du mouvement Amal dirigé par le président du Parlement, Nabih Berry.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, doit s'exprimer mardi à 17 heures lors d'une allocution télévisée.

Lors de sa visite à Beyrouth, dernière étape de sa tournée régionale qui l'a mené au Koweït et en Israël, M. Pompeo a appelé vendredi le Liban à se démarquer des "sombres ambitions" de l'Iran et du Hezbollah. Financé et armé par Téhéran, la parti chiite est considéré par Washington comme une organisation "terroriste".



Lire aussi

Pompeo : Les États-Unis "prêts à aider" pour éviter le danger que représente l'Iran pour la démocratie libanaise

Entretien Aoun-Pompeo : aucune entorse au protocole, se défend la présidence libanaise

Pompeo au Liban : ce qu'en dit la presse locale

Bourbon ou vodka ?, l'éditorial d'Issa GORAIEB

À Beyrouth, Pompeo assure le service après-vente de Trump

Trump réussit l’exploit de réunir tous les Syriens contre lui


Des responsables du Hezbollah et du mouvement Amal ont critiqué dimanche les positions "belliqueuses" des Etats-Unis qui menacent, selon les deux partis chiites, la sécurité du Liban et de la région, en référence notamment au souhait exprimé par le président Donald Trump qui s'est dit favorable à la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan.

"Les...

commentaires (9)

Tant que la Syrie ne reconnaît pas officiellement l'autorité du liban sur ces terrains alors on peut tjrs courir

Bery tus

16 h 44, le 25 mars 2019

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Tant que la Syrie ne reconnaît pas officiellement l'autorité du liban sur ces terrains alors on peut tjrs courir

    Bery tus

    16 h 44, le 25 mars 2019

  • Les libanais se foutent des fermes de Chebaa....le Liban a suffisamment de territoire et de talents pour etre une puissance comme Israel...il suffit seulement de se debarrasser du Hezbollah,de la corruption et signer la paix avec Israel.

    HABIBI FRANCAIS

    00 h 27, le 25 mars 2019

  • L'Etat du Liban est une nation indépendante depuis 1943. Le Liban est membre fondateur de l'ONU. Le Liban a un chef d'Etat, un chef de gouvernement et un chef du parlement. Concernant sa politique étrangère, seuls le chef de l'Etat et le chef du gouvernement sont, selon la Constitution, habilités à parler de la politique étrangère du pays. Il n'appartient à personne d'autre de discourir sur la politique étrangère sans l'accord du chef de l'Etat ou du chef du gouvernement. Toute personnalité n'importe qui soit-elle qui se permettrait de traiter la politique extérieure du pays, n'engage que lui-même.

    Honneur et Patrie

    21 h 00, le 24 mars 2019

  • LE LIBAN EST MENACE PAR TOUS SES ENFANTS EMBRASSANT DES IDEOLOGIES ETRANGERES QU,ELLES SOIENT IRANIENNES, SAOUDITES OU TOUTES AUTRES. SEULE L,ALLEGEANCE NATIONALE DOIT PREVALOIR POUR SAUVER LE PAYS DES DANGERS QUI GUETTENT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 24, le 24 mars 2019

  • Ceux qui ont des questions à poser aux ministres du Hezbollah ferait bien d’aller aux ministères concernés pour poser leurs questions ou alors ils peuvent varier leurs sources d’informations qu’elles soient télévisées, numériques ou écrites.

    Chady

    19 h 22, le 24 mars 2019

  • Quand on prétend Liban d'abord la liba-niaiserie devrait s'abstenir de parler de chose sans importance. Il faudra comprendre ce que ces messages veulent exprimer. C'est beaucoup plus sérieux que ça. L'amérique du clown fait cavalier seul.

    FRIK-A-FRAK

    19 h 13, le 24 mars 2019

  • Je me démande qui menace le Liban les USÂ ou le Hezbollah ?

    Eleni Caridopoulou

    19 h 00, le 24 mars 2019

  • Il suffit de lire les réactions des lecteurs Occidentaux dans différents média concernant les avertissements de Pompeo pour que niais et niaises comprennent enfin que les USA vont finir bientôt par patauger tous seuls dans leur ketchup!

    Tina Chamoun

    17 h 30, le 24 mars 2019

  • Mohammad Fneich, ministre de la jeunesse et des sports...mis à part des déclarations sur des sujets qui ne cocernent pas son ministère, que fait-il de concret pour la jeunesse et les sports ? Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 41, le 24 mars 2019