Proche-Orient

Le Hezbollah menace la stabilité du Moyen-Orient, affirme Pompeo en Israël

Les déclarations du chef de la diplomatie américaine interviennent quelques heures avant son arrivée à Beyrouth pour une visite officielle.

Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo (d), s'est recueilli jeudi avec Benjamin Netanyahu face au Mur des Lamentations, le site de prière le plus sacré pour les juifs. AFP / POOL / Abir SULTAN

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a estimé jeudi en Israël, avant de poursuivre sa tournée régionale par Beyrouth, que le Hezbollah était une menace pour la stabilité du Moyen-Orient.

Reçu par le président israélien Reuven Rivlin à Jérusalem, le chef de la diplomatie américaine a dit considérer le Hezbollah, le mouvement palestinien Hamas et la milice yéménite des houthis - qui bénéficient tous du soutien de Téhéran - comme "des entités représentant des risques pour la stabilité du Moyen-Orient et pour Israël". "Ils sont résolus à rayer ce pays de la carte et nous avons l'obligation morale et politique d'empêcher que cela advienne. Vous devez savoir que les Etats-Unis s'y tiennent prêts", a dit Mike Pompeo lors de son entretien avec le président israélien.
Les Etats-Unis considèrent le Hezbollah comme une organisation "terroriste" et un supplétif de Téhéran.


Une image symbolique
Par ailleurs, Mike Pompeo est devenu jeudi le premier haut responsable américain à visiter le Mur des Lamentations avec un Premier ministre israélien, une image symbolique et un coup de pouce à Benjamin Netanyahu, engagé dans une bataille incertaine pour sa réélection.

L'administration américaine de Donald Trump semble vouloir mettre tout son poids dans la balance pour soutenir le Premier ministre d'Israël à l'approche des élections législatives du 9 avril. En plein déplacement de son secrétaire d'Etat, M. Trump s'est prononcé sur Twitter pour la reconnaissance de "la souveraineté d'Israël" sur la partie du Golan syrien occupée en 1967 par Israël puis annexée. "Merci président Trump!", a aussitôt réagi Benjamin Netanyahu sur Twitter, en saluant une décision "courageuse".

Le chef du gouvernement israélien avait encore réclamé la veille, en présence de Mike Pompeo, que la communauté internationale fasse ce pas au nom de sa sécurité. Reconnaître formellement l'annexion du Golan serait une nouvelle entorse à la tradition diplomatique américaine et au consensus international.  La semaine dernière, il avait réitéré que le Hezbollah tentait d'établir un réseau militaire secret dans le Golan syrien près du territoire sous son contrôle, pour réclamer que la communauté internationale reconnaisse que ce plateau stratégique "resterait toujours une partie de l'Etat d'Israël".

Mike Pompeo a en tout cas rompu avec la pratique lors de sa visite à Jérusalem. Devant les caméras, il s'est recueilli avec Benjamin Netanyahu face au Mur des Lamentations, le site de prière le plus sacré pour les juifs. Les deux hommes ont ensuite, chacun à leur tour, glissé leur prière inscrite sur un petit papier entre les pierres de l'imposante muraille. "Il est important" et "symbolique qu'un haut responsable américain s'y rende avec un Premier ministre d'Israël", a expliqué le chef de la diplomatie américaine, évoquant un "lieu très important pour de nombreuses religions".

Une aura
Mais ce geste apparaît surtout comme une nouvelle étape dans la révision de la position américaine à l'égard de Jérusalem engagée par Donald Trump, qui avait lui-même été en 2017 le premier président des Etats-Unis en exercice à se rendre au Mur des Lamentations. Ce site se trouve en effet à Jérusalem-Est, dont Israël s'est emparé en 1967 avant de l'annexer.

La communauté internationale juge illégale cette annexion, et renvoie le statut final de la Ville sainte à des négociations de paix. Mais Donald Trump a, lui, reconnu unilatéralement fin 2017 Jérusalem comme capitale d'Israël, ce qui lui vaut les remontrances de nombreux autres pays, la colère des Palestiniens, mais aussi une aura particulière auprès des Israéliens.

Le sort de la ville est une des clés de toute résolution du conflit israélo-palestinien, puisque l'Etat hébreu la considère comme sa capitale "indivisible" alors que les Palestiniens revendiquent sa partie orientale comme capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Netanyahu à Washington
Tous ces gestes américains "devraient être accompagnés de déclarations montrant que les Etats-Unis envisagent aussi qu'à l'issue d'éventuelles négociations, la capitale d'un Etat palestinien puisse voir le jour dans Jérusalem-Est", estime Dan Shapiro, ambassadeur en Israël de l'ex-président Barack Obama. Ce qui n'est pas le cas.

Aaron David Miller, ancien diplomate américain, juge que la visite Pompeo-Netanyahu au Mur des Lamentations vise à montrer clairement "que cette administration est la plus pro-israélienne de l'histoire". "A moins de trois semaines des élections israéliennes, pas besoin d'être un grand spécialiste du Moyen-Orient pour comprendre que l'administration fait tout son possible, en surfant sur la popularité de Trump en Israël, pour démontrer que Netanyahu est indispensable", dit à l'AFP cet expert du cercle de réflexion Wilson Center à Washington.

Le Premier ministre israélien, au pouvoir depuis une décennie, multiplie de son côté les occasions de s'afficher auprès des dirigeants américains, et se rendra la semaine prochaine à Washington auprès du locataire de la Maison Blanche. Ce nouveau voyage sera aussi l'occasion pour Benjamin Netanyahu de s'afficher à la grand-messe du puissant lobby pro-Israël Aipac.



Lire aussi
Pompeo et Netanyahu unis contre l'Iran, les élections israéliennes en toile de fond

Pompeo à Beyrouth : trois dossiers à hauts risques, le décryptage de Scarlett HADDAD

L’Irak, nouvel « eldorado » diplomatique du Moyen-Orient

Pompeo vendredi prochain à Beyrouth, porteur d’un dossier lourd, celui du Hezbollah


Pour mémoire
Les USA et l’influence du Hezbollah au Liban...
, le décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo : Au Liban, la présence du Hezbollah reste majeure. Mais nous n’accepterons pas ce statu quo


Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a estimé jeudi en Israël, avant de poursuivre sa tournée régionale par Beyrouth, que le Hezbollah était une menace pour la stabilité du Moyen-Orient.

Reçu par le président israélien Reuven Rivlin à Jérusalem, le chef de la diplomatie américaine a dit considérer le Hezbollah, le mouvement palestinien Hamas et la milice yéménite...

commentaires (4)

Que le moyen-Orient tu dis Pompéi?? C'est un peu réducteur, le hezb libanais de la résistance menace la terre entière jusqu'en amérique latine. Voyons un peu de considération tout de même.

FRIK-A-FRAK

21 h 07, le 21 mars 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Que le moyen-Orient tu dis Pompéi?? C'est un peu réducteur, le hezb libanais de la résistance menace la terre entière jusqu'en amérique latine. Voyons un peu de considération tout de même.

    FRIK-A-FRAK

    21 h 07, le 21 mars 2019

  • ATTENDONS VOIR SON SOUTIEN POUR LE SECTEUR BANCAIRE, LE PROBLEME DES REFUGIES ET L,ARMEE NATIONALE POUR NOUS PRONONCER.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 21, le 21 mars 2019

  • Surtout que les USA ne viennent pas jouer au sauveur big hero! Quant à ceux qui ont peur et ben tant pis pour eux. Ils continuent de se tromper d'ennemi. Ya mami!

    Tina Chamoun

    16 h 55, le 21 mars 2019

  • Que le Hezbollah soit une menace pour la stabilité du Moyen-Orient, on s'en contre-fout, mais qu'il le soit pour le Liban, la est tout le problème.

    Pierre Hadjigeorgiou

    16 h 37, le 21 mars 2019