Arabie saoudite

Des Saoudiennes poursuivies pour avoir pris contact avec des journalistes et diplomates étrangers, déplore HRW

"S'il est illégal de partager des informations concernant les droits de la femme avec des journalistes et diplomates, alors la plupart des responsables saoudiens devrait être en prison à l'heure qu'il est", dénonce Michael Page, directeur adjoint de l'organisation pour le Moyen-Orient.

La militante féministe saoudienne Loujain al-Hathloul. Photo d'archives AFP

L'organisation Human Rights Watch (HRW) a déploré jeudi que des Saoudiennes soient poursuivies en justice simplement pour avoir défendu les droits des femmes et avoir pris contact avec des journalistes et diplomates étrangers.

Dans un communiqué, l'ONG a noté que pendant près d'un an ces femmes avaient été qualifiées d'"agents de l'étranger", mais que les accusations portées aujourd'hui contre elles "ne semblent retenir que leurs efforts pour promouvoir le droit des femmes".
"Cela ne peut pas venir d'un gouvernement qui mène des réformes, comme le prétendent (le prince héritier) Mohammad ben Salmane et ses partisans", a souligné Michael Page, directeur adjoint de l'organisation pour le Moyen-Orient.

Le procès d'au moins dix militantes saoudiennes de la cause des femmes s'est ouvert le 13 mars devant un tribunal pénal de Riyad. Loujain al-Hathloul, Hatoon al-Fassi et Aziza al-Yousef figurent parmi ces militantes arrêtées il y a près d'un an, a déclaré le président de la cour Ibrahim al-Sayari à des journalistes et à des diplomates occidentaux, sans préciser les charges pesant contre elles. Seules les familles de ces femmes ont été autorisées à assister à l'audience.

Selon le communiqué de HRW, les militantes sont accusées d'avoir eu des contacts avec des journalistes étrangers basés et accrédités en Arabie saoudite, des diplomates et militants étrangers et des organisations internationales militant pour les droits de l'homme. Des accusations qui sont en contradiction avec ce que le prince héritier avait déclaré à Bloomberg en 2018 lorsqu'il avait assuré qu'aucune des femmes arrêtées ne serait poursuivie en justice pour être entrée en contact avec des journalistes et diplomates étrangers. "Elles sont poursuivies pour avoir communiqué avec des services secrets" étrangers, avait-il alors déclaré, ajoutant : "Nous avons des vidéos de certaines d'entre elles, nous pouvons vous les montrer". 

"S'il est illégal de partager des informations concernant les droits de la femme avec des journalistes et diplomates, alors la plupart des responsables saoudiens devrait être en prison à l'heure qu'il est", a dénoncé M. Page.



(Lire aussi : L’Arabie, ce pays où la femme n’est jamais majeure...)



Plus d'une douzaine de militants avaient été arrêtés en mai 2018, un mois à peine avant la levée historique d'une mesure interdisant aux femmes de conduire en Arabie saoudite. La plupart de ces militants, qui ont défendu le droit des femmes à conduire ou demandé la levée du système de tutelle imposant aux femmes d'avoir la permission d'un parent masculin pour de nombreuses démarches, ont été accusés de porter atteinte aux intérêts nationaux et d'aider les "ennemis de l'Etat". Certains ont été relâchés depuis.

Certaines militantes, dont Loujain al-Hathloul, ont été victimes de harcèlement sexuel et de torture pendant les interrogatoires, selon sa famille et des groupes de défense des droits humains. Ces accusations ont été rejetées par le gouvernement saoudien. Loujain al-Hathloul avait été déjà détenue pendant plus de 70 jours en 2014 pour avoir tenté d'entrer au volant d'une voiture en Arabie saoudite à partir des Emirats arabes unis.

La répression des militants des droits humains a entraîné de nombreuses critiques à l'international à l'égard de l'Arabie saoudite, dont l'image a été fortement ternie depuis l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en octobre dans l'enceinte du consulat saoudien à Istanbul. Le 7 mars, 36 pays ont condamné à l'ONU le meurtre du journaliste saoudien et réclamé à Riyad une enquête "rapide et approfondie" afin que les responsables soient jugés.



Lire aussi
Le procès de la militante Loujain el-Hathloul débute dans l’opacité

La Saoudienne réfugiée au Canada veut se battre pour la libération des femmes

Droits de la femme en Arabie saoudite : état des lieux

Les Saoudiennes seront notifiées par texto de leur éventuel divorce

Émancipation des Saoudiennes : le changement doit venir de l’intérieur

Chocs électriques et coups de fouet : Riyad accusé de torture sur des femmes par Amnesty

"Abaya à l'envers": des Saoudiennes protestent contre le port de ce vêtement




L'organisation Human Rights Watch (HRW) a déploré jeudi que des Saoudiennes soient poursuivies en justice simplement pour avoir défendu les droits des femmes et avoir pris contact avec des journalistes et diplomates étrangers.

Dans un communiqué, l'ONG a noté que pendant près d'un an ces femmes avaient été qualifiées d'"agents de l'étranger", mais que les accusations...

commentaires (4)

LE FREIN EST LACHÉ ! POINT DE STOP !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

20 h 27, le 21 mars 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • LE FREIN EST LACHÉ ! POINT DE STOP !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 27, le 21 mars 2019

  • pays rétrograde l'avancement sur les droits des femmes est de la poudre aux yeux honte et déshonneur qui défende ce pays terroriste

    Talaat Dominique

    19 h 51, le 21 mars 2019

  • Il est temps que les dirigeants saoudiens se dotent d'un peu de courage et cesse d'avoir terriblement peur de la femme. Il faut qu'ils comprennent que la femme n'est ni un diable ni un monstre à cacher et s'en servir uniquement pour les besoins de procréation... Courage ya rijal. L'égalité hommes-femmes vous honnorera un jour...le plus vite est meilleur pour vous.

    Sarkis Serge Tateossian

    15 h 00, le 21 mars 2019

  • Voilà où ça conduit de leur permettre de conduire! Lol

    Tina Chamoun

    14 h 53, le 21 mars 2019