X

Culture

Beiteddine fête ses 35 ans d’arts et de culture avec un grand éventail musical

Conférence de presse

Ce n’était pas une conférence de presse traditionnelle ni même habituelle, mais bien une fête qui a eu lieu hier soir au restaurant Beit Amir, pour lancer le programme de la 35e édition du Festival de Beiteddine qui se déroulera du 18 juillet au 10 août.

21/03/2019

Il régnait une ambiance douce et conviviale dans ce hall de style oriental où s’étaient assemblés la presse, les artistes et les habitués du Festival de Beiteddine. Un piano planté en arrière-plan laissait présager les surprises que la présidente du festival Nora Joumblatt avait annoncées auparavant. « Nous célébrons trente-cinq ans de festival. Trente-cinq ans à brandir l’arme de l’espoir contre celle du désespoir, dira Nora Joumblatt, celle de l’ouverture contre le cloisonnement et de la joie face à la peine. » Et de poursuivre : « Pour témoigner de cette énergie artistique libanaise, cette édition a voulu présenter, entre autres programmes, des jeunes talents libanais d’ici et de la diaspora. »

Quant aux ministres respectifs du Tourisme et de la Culture, Avédis Guidanian et Mohammad Daoud, ils ont pris la parole pour mettre l’accent sur la crise financière que traverse le pays, tout en avouant qu’ils seraient prêts à joindre leurs efforts afin d’appuyer ces festivals qui sont une bouffée d’oxygène pour le pays. Même discours pour la SGBL qui, de la bouche de son représentant Habib Khoury, a tenu à affirmer ses 20 ans de fidélité au festival.


Langages musicaux divers
Dévoilé par la suite par Nora Joumblatt, le programme était entrecoupé d’intermèdes musicaux annonciateurs qui en mettaient plein la vue, voire plein les oreilles puisque l’édition 2019 décline en grande partie en récitals, concerts ou comédie musicale.

Les surprises étaient nombreuses et de taille à cette conférence. D’abord en ouverture du festival, le 18 juillet, une world première : un grand compositeur libanais, Gabriel Yared, ramène au pays après une absence de 30 ans une chanteuse à la voix d’or, Yasmina Joumblatt, pour chanter trois titres de son arrière grand-mère Asmahan et neuf autres inédites composées par le duo. À cette occasion, Gabriel Yared s’installera au piano de cette scène improvisée et, accompagné par la belle Yasmina, racontera en musique puis en paroles cette folle aventure et surtout cette réconciliation avec les notes orientales. « Et moi, qui avais quitté il y a cinquante ans le Liban en pensant ne plus y revenir », dit-il. Ce concert, organisé en collaboration avec la Fondation Liban Cinéma, sera sous la houlette de l’Orchestre philharmonique libanais, dirigé par le maestro Dirk Brossè. Il est suivi le 20 juillet par une soirée unique, voire magique où l’acteur français Gérard Depardieu chantera Barbara aux sons du piano de Gérard Daguerre.


(Pour mémoire : Carla Bruni dérange les pierres de Beiteddine)


Les 24, 25 et 26 juillet, place à la comédie musicale Broken Wings, écrite et composée par l’Anglo-Libanais Nadim Naaman et par Dana al-Fardan. Inspirée du roman poétique de Gibran Khalil Gibran, ce musical en anglais, interprété d’abord en Angleterre, revient au pays natal de l’écrivain libanais. Après avoir présenté un petit extrait, Nadim Naaman demande : « Pourquoi cette comédie a-t-elle été écrite en anglais ? » Et de répondre sans hésiter : « Parce que l’Occident a besoin de comprendre Gibran. L’Orient l’a déjà compris. »

Le 30 juillet, c’est au tour de la musique classique de faire entendre sa voix par les notes croisées des compositeurs Abdel Rahman el- Bacha et Billy Eidi. Avant de laisser la place à l’incontournable Kazem el-Saher dans trois représentations, les 1er, 2 et 3 août. Le chanteur irakien ne pouvait, en effet, ne pas être présent à cette célébration surtout qu’il fête lui-même ses vingt ans de fidélité avec le festival.

Le 6 août, un nouveau talent perce sous les murailles du palais de Beiteddine. C’est Omar Rahbany, un jeune compositeur qui, accompagné de son ensemble, présentera ses derniers morceaux sous le titre Passport.

L’éventail musical serait incomplet s’il n’y avait pas de jazz ou de blues au programme et c’est le Monday Blues Band, ce groupe formé d’amateurs et de professionnels – dont notamment l’éditorialiste de L’Orient-Le Jour Issa Goraieb – et déjà connu du paysage artistique libanais, qui égaiera la soirée du 8 août car comme le dira le leader du groupe, Kamal Badaro, lors de la conférence : « Donnez-moi deux minutes afin que je vous prouve que le blues n’est pas triste », et de sauter illico derrière le piano. Et d’en faire la preuve.

Beiteddine clôture enfin ses festivités le 10 août par le concert du chanteur marocain Abdou Chérif, surnommé le « nouveau rossignol ». En hommage au grand Abdel-Halim Hafez qui aurait fêté son 90e anniversaire, Chérif interprétera les plus beaux tubes de l’icône du Caire. Tout au long du festival, deux expositions de photos s’affichent comme d’habitude à l’entrée du palais : celle de Jack Dabaghian, intitulée « Les maîtres du Secret » sur la communauté druze. Et les photos de Ammar Abd Rabbo de la « Syrie, mon pays qui n’existe plus ».


Pour mémoire
De passion et de sang, ce fier flamenco d’Antonio Gadès...

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Yasmina chantera, entre autres, trois titres de son arrière-grand-mère Asmahan. J'ose espérer que l'une d'elle serait "Nawet adari alami" que je n'ai plus entendue depuis 1941 (78 ans).

Jack Gardner

Bravo à Beiteddine Art Festival et aux descendants de la princesse Amal Al Atrache; aka Asmahan la sublime et a tous les artistes, Gabriel etc...

Sarkis Serge Tateossian

Quand un peuple traverse une crise aiguë comme la notre, la culture reste le seul rempart contre l'ennui et le désespoir.
Un parfum de bonheur. Bravo aux artistes.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Déchets : de l’urgence de sortir de l’improvisation et d’instaurer un vrai débat

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants