Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Comptes publics : Siniora rejette les accusations et s'en prend violemment au Hezbollah

Chiffres à l'appui, l'ancien Premier ministre réfute avoir dilapidé les fameux onze milliards de dollars et affirme que "les corrompus sont ceux qui créent des États dans l’État".


L'ancien Premier ministre Fouad Siniora (centre) lors d'une conférence de presse, le 1er mars 2019. Photo P.H.B.

L'ancien Premier ministre libanais Fouad Siniora, mis en cause par le Hezbollah pour avoir manipulé les comptes et détourné des fonds publics à hauteur de onze milliards de dollars de 1993 à 2005, a affirmé vendredi qu'il s'agissait d'un dossier "fabriqué de toutes pièces" et d'une "tempête dans un verre d'eau", réfutant à grand renfort de chiffres, ces accusations.

Lors d'une conférence de presse, M. Siniora, qui a également été ministre des Finances entre 2002 et 2004, s'en est violemment pris au Hezbollah, affirmant que "ceux qui s'impliquent dans des conflits régionaux", "confisquent l'argent qui devait revenir à l'Etat", "monopolisent la décision de guerre ou de paix" et ont "mené des guerres qui ont détruit le pays, son économie et ses infrastructures, n'ont pas le droit de porter de jugements et lancer des accusations".

"L'affaire des onze milliards est une tempête dans un verre d'eau, basée sur des accusations fabriquées de toutes pièces afin de détourner les regards des vrais problèmes", a déclaré M. Siniora, un des faucons du Courant du Futur du Premier ministre Saad Hariri, lors de sa conférence de presse tenue à l'Ordre de la presse. "Il y a un camp qui essaye d'utiliser ce dossier pour régler des comptes et ses problèmes politiques", a-t-il ajouté, en référence au parti chiite et, dans une moindre mesure, au Courant patriotique libre.

Jeudi, le député Hassan Fadlallah (Hezbollah) avait remis au procureur général financier, Ali Ibrahim, les documents liés au dossier des comptes publics afin qu’il ouvre une enquête sur des milliards de livres libanaises qui auraient disparu, selon lui, notamment durant la période 1993-2012. Le ministère des Finances a finalisé la reconstitution de tous les comptes de l’État depuis 1993. Ils doivent maintenant faire l’objet d’un rapport de la Cour des comptes qui sera transmis au Parlement.

M. Siniora s'est demandé comment le rapport du ministre des Finances à ce sujet s'est retrouvé dans les mains du député du Hezbollah.


(Lire aussi : Comptes publics : le Hezbollah passe à la vitesse supérieure et saisit la justice)


"Dépenses parfaitement légales"
"En 2006, mon gouvernement a transmis au Parlement une projet de loi soumettant l'ensemble des comptes de l'Etat et des institutions au contrôle de la Chambre, tout en préservant le rôle de la Cour des comptes", a expliqué l'ancien ministre des Finances de Rafic Hariri. "Depuis 1993, la gestion de l'argent public a été remise sur les rails. Jusqu'en 2005, les budgets ont été finalisés et transmis au Parlement pour être adoptés conformément aux délais constitutionnels et effectuer la clôture des comptes", a déclaré M. Siniora, notant que la Cour des comptes n'a plus joué son rôle depuis 1979.

L'ancien ministre a ensuite rappelé qu'en 2010, "le président du Parlement, Nabih Berry, avait déclaré que 11 milliards de dollars avaient été dépensés entre 2006 et 2009, sans que l'on sache où cette somme avait été dépensée". "Il y a une volonté de faire croire aux gens que 11 milliards de dollars ont disparu, et cela n'est pas vrai", a-t-il affirmé. "Toutes ces dépenses, qu'il s'agisse de crédits budgétaires ou dépenses de trésorerie, ne sont pas des dépenses illégales. Elles sont parfaitement légales", a-t-il lancé, soulignant que le directeur général des Finances publiques est "en fonction depuis 20 ans et, à ce titre, responsable de tout ce qui concerne les finances publiques". "Ceux qui disent qu'il n'y a pas de document financier font une mauvaise blague", a-t-il jugé. "Clairement, le but de ces accusations est de porter atteinte aux gouvernements de Rafic Hariri", a jugé M. Siniora lors de la conférence en présence de plusieurs responsables politiques dont la cheffe du bloc parlementaire du courant du Futur, Bahia Hariri, le député PSP Marwan Hamadé et le député Kataëb d'Achrafieh, Nadim Gemayel.

M. Siniora avait adressé en novembre dernier une lettre ouverte au président Michel Aoun, dans laquelle il s’était défendu de tout détournement de fonds publics, en mentionnant clairement l’affaire dite des "onze milliards" de dollars. Dans un livre intitulé “Le quitus impossible”, le député Ibrahim Kanaan, membre du Courant patriotique libre (CPL) fondé par le président Aoun, accuse Fouad Siniora d’avoir manipulé les comptes et détourné des fonds publics, à hauteur de onze milliards de dollars. Pour M. Siniora, ces fameux onze milliards de dollars "dépensés sur quatre ans sont dus au fait que le Trésor avait assumé le coût des transferts à Électricité du Liban, le coût des variations des taux d’intérêt sur la dette publique, des ajustements du coût de la grille des salaires et des traitements de la fonction publique, du coût engendré par la hausse des prix ainsi que des dépenses différées de budgets précédents, sans parler des dépenses engendrées par les travaux de reconstruction après la guerre de 2006" contre Israël.

L’audit des comptes par la Cour des comptes puis leur approbation par le Parlement sont un exercice primordial qui permet de contrôler les finances publiques et s’assurer que le budget voté précédemment a été respecté et correctement exécuté. De délivrer donc une sorte de quitus au gouvernement. Or cela n’a pas été fait depuis 1993. Cette année-là, Fouad Siniora, alors en charge des Finances, avait mis les comptes à zéro, en arguant de la disparition des justificatifs nécessaires pour faire un bilan d’ouverture fidèle à la réalité des finances de l’État.


(Lire aussi : Lutte du Hezbollah contre la corruption : derrière l'attaque contre Siniora, Hariri père et fils en cibles privilégiées)


Violente charge contre le Hezbollah
Fouad Siniora s'en est violemment pris sans le nommer au Hezbollah dans une longue charge, largement applaudie. "La plus grande des corruptions et le plus grand des maux est la corruption politique. Doivent être considérés politiquement corrompus ceux qui créent des États dans l’État et paralysent les échéances constitutionnelles", a-t-il déclaré.

"La corruption politique, c'est celle qui utilisé l’État et ses institutions au profit des milices", a ajouté M. Siniora.

"Ceux-là ont entraîné le Liban dans une impasse politique, s'impliquent dans des conflits régionaux et mettent en cause les intérêts du Liban, des Libanais et de l’État. Ils ont confisqué de l'argent qui devait revenir à l'Etat avec des taxes douanières, monopolisé la décision de guerre ou de paix, mené des guerres qui ont détruit le pays, son économie et ses infrastructures. "Ces gens-là n'ont pas le droit de porter de jugements et de lancer des accusations", a-t-il conclu.

"Personne ne doit être protégé mais l’État doit être neutre. Toute cette polémique n'est qu'une tentative de fabriquer de faux dossiers. Il est clair où se trouve la corruption. Lorsque l’État prouvera qu'il se comporte avec neutralité, tous les responsables pourront alors comparaître devant la justice", a-t-il conclu.

Interrogé par une journaliste, M. Siniora a assuré qu'il n'y avait pas de divergences entre le Premier ministre Saad Hariri et lui. "Il est à mes côtés", a-t-il affirmé.



Lire aussi

Corruption : Hassan Fadlallah parle de documents qui vont "mener de nombreuses personnes en prison"

CEDRE : le gouvernement attendu au tournant pour le budget 2019

Kanaan va demander une enquête à la Cour des comptes

Recrutements abusifs dans la fonction publique : le point sur les chiffres

Les responsables politiques au défi de la lutte contre la corruption

Débat de confiance au Parlement : réformes et corruption au centre des interventions



L'ancien Premier ministre libanais Fouad Siniora, mis en cause par le Hezbollah pour avoir manipulé les comptes et détourné des fonds publics à hauteur de onze milliards de dollars de 1993 à 2005, a affirmé vendredi qu'il s'agissait d'un dossier "fabriqué de toutes pièces" et d'une "tempête dans un verre d'eau", réfutant à grand renfort de chiffres, ces accusations.Lors d'une...

commentaires (16)

LES REFORMES ECONOMIQUES ET FINANCIERES ET LA DISTANCIATION AVANT TOUT ET LAISSEZ A LA JUSTICE LE TEMPS DE FAIRE SON TRAVAIL... SINON C,EST DU SABOTAGE D,AVANCE DES PREROGATIVES DE L,ETAT...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

22 h 00, le 01 mars 2019

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • LES REFORMES ECONOMIQUES ET FINANCIERES ET LA DISTANCIATION AVANT TOUT ET LAISSEZ A LA JUSTICE LE TEMPS DE FAIRE SON TRAVAIL... SINON C,EST DU SABOTAGE D,AVANCE DES PREROGATIVES DE L,ETAT...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 00, le 01 mars 2019

  • Comment prétendre bâtir une nation "forte et indépendante"...avec tant de haine et de rejet de "l'autre"...? Irène Saïd

    Irene Said

    21 h 37, le 01 mars 2019

  • L'article dit que M. Siniora a justifié son action "chiffres à l'appui" mais je n'y lis aucun chiffre!! Sans vouloir accuser M. Siniora de quoi que ce soit, je trouve son argumentation courte et fortement politisée. Il faudra pourtant qu'il produise des documents chiffrés à l'appui de ses dires devant la Justice. 11 milliards c'est beaucoup de sous et il ne suffit pas de diaboliser le Hezbollah pour justifier de leur dépense.

    Marionet

    21 h 21, le 01 mars 2019

  • YIFTA7OU KELLON DEFETERON SAWA... ET VOUS VERREZ DANS QUEL BORDEL NOUS VIVONS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 26, le 01 mars 2019

  • Laissons faire la Cour des Compte si celle ci peut travailler en toute sérénité ainsi que la justice saisie . Cependant , il est de notoriété que les aides et finances publiques sont gérées de manière flexible et élastique ! 11 milliards c’est énorme mais le manque à gagner relativement à l’électricité, la tva , les taxes douanières et portuaires est abyssal ... donc il faut que la justice passe de la même maniere pour tout le monde .

    L’azuréen

    20 h 00, le 01 mars 2019

  • M'sieur c'est pas moi c'est lui! Il ne manquerait qu'il y aille de sa petite larme de crocodile. A vos mouchoirs!

    Tina Chamoun

    18 h 21, le 01 mars 2019

  • Encore heureux qu'on ne lui fera pas subir les humiliations BENSAOUDS qu'a subit Saad et ses cousins Il devra PASSER à la caisse.

    FRIK-A-FRAK

    17 h 58, le 01 mars 2019

  • Ok, une fois toute cette comédie terminée est-ce qu'on récupérera des milliards ou est ce qu'on dépensera encore d'autres en frais légaux et autres coûts imprévus... Il faut pas oublier qu'en tant de citoyens normaux c'est nous qui allons casqué en fin de compte...Comme d'habitude

    Wlek Sanferlou

    17 h 56, le 01 mars 2019

  • S’il est innocent alors qu’il laisse l’enquête poursuivre son cours! Qu’ils nous montrent les factures de l’électricité et autre dossier qu’il nous cite vaguement, qu’il se présente et se défende devant le tribunal. Et puisqu’il sait où se trouve la corruption, alors qu’il traduise les personnes qu’ils accusent en justice et qu’ils se défendent eux aussi! Quant au rapport dont il se demande comment il a pu tomber entre les mains du Hezbollah, permettez moi de vous dire que je ne vois pas ce qu’il y a de choquant en cela, ce rapport devrait être rendu publique à tous les citoyens!

    Chady

    17 h 55, le 01 mars 2019

  • Il faudra COMMENCER par un corrompu notoire et ce sera celui là. Hop dans le trou.

    FRIK-A-FRAK

    17 h 29, le 01 mars 2019

  • Mr Siniora a raison

    Eleni Caridopoulou

    16 h 25, le 01 mars 2019

  • La guerre stérile a commencé. Le but était de remuer la fourmilière et non pas de chercher les fraudeurs. On est à nouveau invité au bal des hypocrites. La pièce de théâtre ne fait que commencer.

    Citoyen

    15 h 57, le 01 mars 2019

  • Nous ne pouvons pas porter des jugements tant qu’on ne maîtrise pas le fonctionnement des cours des comptes .... de plus la charité bien ordonnée commence par soi même !!

    Bery tus

    15 h 42, le 01 mars 2019

  • Fouad Siniora accuse un camp dont fait partie le CPL pour régler des comptes... Que le CPL balaye devant sa porte avant d'accuser qui que que ce soit.

    Honneur et Patrie

    15 h 37, le 01 mars 2019

  • Il n'y a pas de fumee sans feu

    Houri Ziad

    15 h 15, le 01 mars 2019

  • Il en a !!!!

    Jean Michael

    15 h 14, le 01 mars 2019

Retour en haut