Rechercher
Rechercher

Économie - Comptes publics

Dans une lettre à Aoun, Siniora se défend de tout détournement de fonds

Photo Hassan Assal

L’ancien Premier ministre (2005-2009) et ministre des Finances (2002-2004) Fouad Siniora (courant du Futur) a adressé une lettre ouverte au président de la République Michel Aoun (fondateur du CPL), dans laquelle il s’est défendu de tout détournement de fonds publics, en mentionnant clairement l’affaire dite des « onze milliards » (de dollars).

Le président de la commission des Finances, le député Ibrahim Kanaan, et le CPL avaient longtemps fait de la reddition des comptes leur cheval de bataille politique contre le courant du Futur. Dans un livre intitulé Le quitus impossible, M. Kanaan accuse Fouad Siniora d’avoir manipulé les comptes et détourné des fonds publics, à hauteur de onze milliards de dollars. Ce dernier lui répond aussi dans un ouvrage en l’accusant de calomnie. Pour mettre fin à la polémique, le premier gouvernement de Saad Hariri (courant du Futur) charge alors le ministère des Finances de reconstituer tous les comptes de l’État depuis 1993. Ce chantier titanesque vient d’être achevé, comme l’ont confirmé la semaine dernière à L’Orient-Le Jour plusieurs sources au sein de ce ministère.


(Lire aussi : Audit des finances publiques : bientôt la fin de décennies de violations ?) 


« Il s’agit de rumeurs et d’amalgames dénués de toute vérité qui concernent la question relative aux lois de règlement (clôture des comptes budgétaires) et à la préparation des lois de finances, et celle des onze milliards de dollars. Ces rumeurs résultent du fait qu’on ne distingue pas entre les comptes budgétaires et les comptes du Trésor », a écrit Fouad Siniora.

Pour l’ancien Premier ministre, ces fameux onze milliards de dollars « dépensés sur quatre ans sont dus au fait que le Trésor avait assumé le coût des transferts à Électricité du Liban, le coût des variations des taux d’intérêt sur la dette publique, des ajustements du coût de la grille des salaires et des traitements de la fonction publique, du coût engendré par la hausse des prix ainsi que des dépenses différées de budgets précédents, sans parler des dépenses engendrées par les travaux de reconstruction après la guerre de 2006 ». « Toutes ces dépenses sont entièrement répertoriées dans les registres du ministère des Finances, contrairement à ce que prétendent certains », renchérit Fouad Siniora.


Lire aussi

Ibrahim Kanaan révèle les grandes lignes du projet de budget 2018


L’ancien Premier ministre (2005-2009) et ministre des Finances (2002-2004) Fouad Siniora (courant du Futur) a adressé une lettre ouverte au président de la République Michel Aoun (fondateur du CPL), dans laquelle il s’est défendu de tout détournement de fonds publics, en mentionnant clairement l’affaire dite des « onze milliards » (de dollars). Le président de la...

commentaires (5)

QUI SE SENT MORVEUX SE MOUCHE §§§§§§

FRIK-A-FRAK

15 h 23, le 04 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • QUI SE SENT MORVEUX SE MOUCHE §§§§§§

    FRIK-A-FRAK

    15 h 23, le 04 novembre 2018

  • Si tous les gouvernants étaient "fabriqués" avec le même moule que M. Sinioura le Liban serait noté AAA. Cet homme est exceptionnel.

    MGMTR

    11 h 55, le 04 novembre 2018

  • Tous ces messieurs responsables, absolument tous, s'accusent réciproquement de corruption, détournements de fonds etc. Mais alors, s'ils sont tous innocents, honnêtes à 100%, dévoués à leur patrie...où ont disparu les sommes évoquées par chacun d'eux ? Et pourquoi l'Etat libanais n'a plus un sou dans ses caisses ? Sauf, bien-entendu, pour envisager le paiement des salaires de...32...!!!...ministres... Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 18, le 04 novembre 2018

  • C'est normalement lui qui devrait finir au fond du trou en 1er . Et sur ses aveux les autres suivront .

    FRIK-A-FRAK

    10 h 50, le 04 novembre 2018

  • On veut bien vous donner le bénéfice du doute, Mr Siniora, mais votre réponse n’est pas convaincante! Si toutes ces fameuses dépenses sont répertoriées dans les registres du ministère des finances, il faudrait les rendre disponibles au public de manière transparente et indépendante pour lever tout doute! De plus, il est grand temps que tous ces Messieurs appliquent la loi du « min ayna laka haza », avec déclaration obligatoire de patrimoine et expliquer l’origine de leurs fortunes... On a bien le droit de rêver en couleurs, car ce n’est pas demain que les choses vont changer dans notre république bananière!

    Saliba Nouhad

    01 h 35, le 04 novembre 2018

Retour en haut