X

Liban

Lutte du Hezbollah contre la corruption : derrière l'attaque contre Siniora, Hariri père et fils en cibles privilégiées

Partis

L’ancien Premier ministre tient une conférence de presse demain pour répondre aux accusations lancées contre lui par le député Hassan Fadlallah.

Yara ABI AKL | OLJ
28/02/2019

Il est vrai que les houleuses séances du vote de confiance ont représenté une parfaite occasion pour l’écrasante majorité des groupes parlementaires d’affirmer leur détermination à s’engager dans une lutte sans merci contre la corruption. Mais c’est surtout le Hezbollah qui a créé la surprise en passant rapidement aux actes. Il n’a même pas tardé à instrumentaliser cette cause « noble » pour s’en prendre à Fouad Siniora, pilier du courant du Futur et grand compagnon de route de Rafic Hariri et adresser des messages politiques au Premier ministre Saad Hariri et à sa formation, mais aussi et surtout à la communauté sunnite.


Une guerre de longue date

Il convient de rappeler, objectivité oblige, que le slogan de la lutte contre le fléau de la corruption a toujours été brandi par les divers gouvernements de l’après-guerre. Mais une constante persistait : le camp Hariri était la seule cible de ces attaques politiques. C’est en tout cas dans ce cadre qu’il conviendrait d’inscrire les accusations lancées contre les haririens, soupçonnés d’œuvrer pour la mise en place d’incinérateurs à Bourj Hammoud, avec l’arrivée à Baabda du président de la République Émile Lahoud et du gouvernement Hoss. La chasse aux sorcières à l’époque s’était concentrée sur le ministre haririen Chahé Barsoumian en victime propitiatoire, et il y avait déjà eu une tentative à l’époque de griller Fouad Siniora. Le régime syrien jouait, comme à son habitude, au maître de marionnettes.

Une étape suivante de la campagne de l’axe syro-iranien contre le camp Hariri sous le slogan de la lutte contre la corruption a été le fameux Quitus impossible, publié par le Courant patriotique libre, couronnement d’une longue campagne menée par le parti de Michel Aoun contre Saad Hariri en plein milieu de la confrontation 14 Mars/8 Mars sur la vocation stratégique du Liban. Publié en 2013, cet ouvrage est un réquisitoire contre la gestion des finances publiques par l’équipe Hariri dans l’après-guerre. Naturellement, le compromis présidentiel d’octobre 2016 – conclu entre Michel Aoun, chef du CPL et député du Kesrouan à l’époque, et Saad Hariri, leader du courant du Futur – a voué cet ouvrage aux oubliettes. Le CPL avait fait ainsi table rase de ses accusations de naguère. C’est à l’heure où Saad Hariri mène des efforts pour préserver l’entente élargie de 2016, dans la mesure où il s’agit selon lui de l’un des piliers de stabilité politique interne, que le Hezbollah a décidé de donner le coup d’envoi de la nouvelle phase de lutte contre la corruption. Le secrétaire général du parti chiite, Hassan Nasrallah, avait déjà affirmé à plusieurs reprises que le fléau de la corruption sera à la tête des priorités de sa formation après les législatives. C’est donc à la faveur de cette ferme détermination que Hassan Fadlallah, député de Bint Jbeil, n’a pas tardé à se lancer dans la bataille. Deux semaines après les séances du vote de confiance, pendant lesquelles il avait évoqué quelques dossiers jugés « corrompus », M. Fadlallah a tenu une conférence de presse lundi dernier, l’occasion pour lui d’évoquer l’épineuse question des comptes de l’État, notamment durant la période 1993-2012, et de s’attarder sur la somme de onze milliards de dollars, dont l’usage avait fait l’objet d’une grave polémique.


(Lire aussi : Corruption : Hassan Fadlallah parle de documents qui vont "mener de nombreuses personnes en prison")


Le symbole Siniora...

Perçus sous cet angle, les propos du député de Bint Jbeil ne sauraient être cernés à la stricte dimension liée au vœu pieux du Hezbollah de mener une guerre contre la corruption et les corrompus. Et pour cause : l’attaque menée par le parlementaire du parti chiite cible surtout un faucon du courant du Futur, l’ancien Premier ministre Fouad Siniora, figure de proue du mouvement souverainiste du 14 Mars, et qui avait tenu tête jusqu’au coup de force de mai 2008 à toutes les tentatives de renverser son cabinet. Cet ancien chef du gouvernement est également celui qui a mené bataille contre le Hezbollah pour que soit mis sur pied le Tribunal spécial pour le Liban (en 2007) chargé de juger les assassins de Rafic Hariri. Plus récemment, M. Siniora n’a pas manqué de s’opposer à la nouvelle loi électorale taillée, selon lui, à la mesure du Hezbollah et de ses alliés. Il a opposé un veto catégorique au compromis politique de 2016, avant de choisir de boycotter le scrutin de mai 2018, contre la volonté du leader du Futur.


(Lire aussi : CEDRE : le gouvernement attendu au tournant pour le budget 2019)


Hariri dans le collimateur

Mais bien au-delà des relations perturbées avec l’ex-chef du gouvernement, l’attaque implicite de Hassan Fadlallah est à interpréter comme un message politique à Saad Hariri, portant directement atteinte à l’héritage politique, économique et social de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri. Expliquant ce constat, des observateurs politiques interrogés par L’Orient-Le Jour soulignent que les propos de Hassan Fadlallah interviennent à l’heure où le Hezbollah est parvenu à imposer l’élection de son propre candidat à la présidence de la République et à intégrer son allié druze (le Parti démocrate libanais de Talal Arslane) à la nouvelle équipe ministérielle dirigée par… Saad Hariri lui-même. Allant plus loin, les observateurs précités rappellent que la formation de Hassan Nasrallah est même parvenue à s’imposer dans les rangs de la communauté sunnite, envers et contre tous les efforts du Premier ministre. On en veut pour preuve l’intégration au cabinet d’un ministre sunnite relevant des six députés sunnites du 8 Mars gravitant dans l’orbite syro-iranienne.

À la faveur de cette logique, un observateur politique qui a requis l’anonymat estime que le Hezbollah tente de compléter son hégémonie sur la scène locale. D’autant qu’à l’heure où il est question pour lui d’un retour de Syrie (où il s’était impliqué dans le conflit pour soutenir le régime de Bachar el-Assad), le parti chiite a besoin d’une couverture locale. D’où sa décision de s’impliquer davantage dans les dossiers les plus compliqués, tels que la corruption, à même de redorer son blason.


(Lire aussi : Ils ont dit... sur la lutte contre la corruption)


Attaque contre « le sunnisme politique »

Mais pour Farès Souhaid, ancien député et président du Rassemblement de Saydet el-Jabal, la confrontation directe entre le Futur et le Hezbollah ainsi que l’attaque dirigée contre Fouad Siniora intervient dans le cadre d’une tentative « du parti chiite majoritaire d’incriminer le sunnisme politique (symbolisé par le courant du Futur) en l’accusant de corruption pour détruire l’image économique et sociale de Rafic Hariri et son puissant héritage », comme il le souligne à L’OLJ. Et de poursuivre : « Il faut lutter contre la corruption et en identifier les auteurs. Mais cela relève des prérogatives du pouvoir judiciaire. Un parti politique ne peut donc pas lancer des accusations contre un autre, dans la mesure où cela pourrait porter atteinte aux fondements de la société libanaise. »

Quant au courant du Futur, et contrairement à ce que l’on serait tenté de croire, il reste attaché contre vents et marées à l’entente conclue avec Michel Aoun. Mais un proche de la Maison du Centre assure à L’OLJ que son parti est en confrontation directe avec le parti chiite, notamment au sujet de la corruption. La démarche du Hezbollah risque en tout cas d’avoir pour effet collatéral de fédérer la rue sunnite.

En attendant sa conférence de presse prévue demain au siège de l’ordre de la presse pour mettre les points sur les i, Fouad Siniora s’est ainsi vu bénéficier de l’appui de l’ancien ministre Achraf Rifi, fortement critique du camp haririen depuis 2016. Contactés par L’OLJ, les milieux de M. Rifi dénoncent ce qu’ils appellent « une campagne systématique pour phagocyter le courant du Futur et affaiblir Saad Hariri », assurant que M. Rifi est « prêt à tout ce que demande M. Siniora pour lui venir en aide »...


Lire aussi

Kanaan va demander une enquête à la Cour des comptes

Recrutements abusifs dans la fonction publique : le point sur les chiffres

Les responsables politiques au défi de la lutte contre la corruption

Débat de confiance au Parlement : réformes et corruption au centre des interventions

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bustros Mitri

On ouvre le dossier de lute contre la corruption, mais on abolit le ministère de lute contre la corruption...Est-ce pour retirer ce dossier de certaines mains et le placer dans d' autres? Probablement. Mais ou est donc passée la loi sur l' enrichissement illicite, sorte de: tu fais ta declaration, elle reste secrete, et si risque il y a, je te donne l' accès aux clefs du coffre ou tu l' as toi-meme deposée ! Hahahaha...
Et qu' en est-il de l' utilisation de l' argent légitime, à des fin illégitimes ?
L' exception libanaise touche à sa fin...Bientot il sera difficile de convaincre le monde que les roues au Liban sont carrées, et qu' il suffit de porter des lunettes pour s' en convaincre..

gaby sioufi

en verite je vs le dis...( ca va ne me critiquez pas pr ca ), en verite donc, heureux celui qui va croire quoi que ce soit a plus de 25 % de ce qui sera "raconte".
mais la n'est pas la question , elle reside a savoir SI & QUI est responsable devant la loi libanaise de ces "crimes" commis durant l'ere de plusieurs guv successifs- je veux dire est ce que les ministres des epoques ou ces crimes auraient ete commis- tous les ministres ne seraient ils pas incrimines de meme, pour avoir joue le jeu?
pour avoir commis le crime du silence , de n'avoir pas demande a la justice d'intervenir ?
les deputes aussi peut etre ?

Homsy Christian

Nous n'avons pas confiance dans notre système judiciaire, encore moins dans nos politiques. A quand un journalisme d'investigation digne de ce nom? L'Orient-Le Jour prendra t il la balle au bond?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET QU,EN EST-IL DE L,AEROPORT ET DES PORTS? DE L,EDL ET DES BARGES ? DE TOUT LE SECTEUR PUBLIC ? QUI SONT PLONGES JUSQU.AU COU ? LA GUERRE CONTRE LA CORRUPTION OUI CERTES MAIS CONTRE TOUT ET TOUS.

Chucri Abboud

Une belle question :
La Justice libanaise aura-t-elle le courage de prendre en charge un diossier aussi explosif sans y laisser des plumes ?

Marionet

Étonnant que la journaliste prenne ouvertement parti alors même qu'il n'y a pas encore eu d'enquête, M. Siniora ne s'est pas même exprimé. On voudrait clouer le bec aux lanceurs d'alerte contre la corruption qu'on ne s'y prendrait pas autrement. Certes, c'est le Hezbollah qui est à la manœuvre - et son coup d'éclat n'est certainement pas dénué d'arrières-pensées - mais toute info est bonne à prendre, s'agissant de corruption. Car comment éradiquer le mal si chaque personnalité politique peut trouver refuge auprès de ses supporters? C'est à la justice de faire son travail. Le citoyen lambda entend des rumeurs sur des personnes qui en auraient "croqué", jusqu'au plus haut sommet de l'Etat, y compris dans les entourages d'anciens présidents de la république, du chef du Parlement, etc. Vrai? Faux? Seule la justice peut apporter toute la lumière et blanchir ou non ces personnes montrées du doigt.

BOSS QUI BOSSE

Et voilà nous y sommes!

Au Liban on vous dira toujours pourquoi lui et pas moi?

Saliba Nouhad

C’est très intéressant, ce déballage d’accustations et de salissage anti-haririen en rappelant le dossier économique de l’après guerre par le Hezbollah!
L’ironie de cette histoire, c’est qu’il y avait eu beaucoup d’irrégularités et de soupçons de corruption à large échelle dans la soit-disant reconstruction du pays à coup de dizaines de milliards de $ gaspillés sans aucun contrôle sérieux, sans compter le scandale Solidere dont on ne parle plus... Et qui furent dénoncés et seulement ignorés...
Que de fois, je me rappelle pourquoi beaucoup de personnes intègres avaient rejoint le camp CPL, simplement outrés par ces comportements, et me disant que le camp chiite semblait plus modeste et honnête pour l’avenir du pays...
Certes, mais là où on n’achète plus cette ouverture d’un dossier aussi sensible à ce moment précis par le Hezbollah, ce n’est certainement pas dans un but d’honnêteté, mais carrément pour discréditer les haririens et renforcer leur mainmise sur le pays, et ceci est très grave!
Comme l’a mentionné Mr Souhaid, c’est à la justice de s’en occuper et non à un parti politique car ça peut mener à des conséquences graves pour la paix civile et l’économie du pays!

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants