Liban

Mariage civil : Raï en faveur d'une "loi civile unique pour tous les Libanais"

"Parler d'une loi qui autorise le mariage civil facultatif va diviser le pays et créer des problèmes", estime le chef de l'Eglise maronite.

Le patriarche maronite, Béchara Raï, lors d'un point de presse au palais présidentiel de Baabda, le 22 février 2019. Photo Dalati et Nohra

Le patriarche maronite, Béchara Raï, s'est dit vendredi en faveur d'un "mariage civil mais sur la base d'une loi qui soit obligatoire", plaidant pour une "loi civile unique pour tous les Libanais" et exprimant son opposition au caractère facultatif d'un éventuel texte, à la lumière du débat relancé par les propos récents de la ministre de l'Intérieur, Raya el-Hassan, qui soutient le mariage civil facultatif.

"Cette question ne date pas d'aujourd'hui. Elle avait été discutée à l'époque de feu le président Elias Hraoui (en 1998). A l'époque, nous, en tant qu'Eglise, nous avions pris position", a rappelé le prélat maronite.

"Nous ne sommes pas contre le mariage civil dans l'absolu. Mais quelle loi au monde peut être qualifiée de facultative?  Toutes les lois sont contraignantes. Parler d'une loi qui autorise le mariage civil facultatif va diviser le pays et créer des problèmes. Il faut faire une loi civile unique pour tous les Libanais", a plaidé Mgr Raï.

"Le mariage fait partie des sept sacrements de l'Eglise. C'est Dieu qui les a édictés. Ce n'est pas moi. Si l'on est vraiment chrétien et maronite, on est tenu de les respecter. Dans ce cas, le croyant qui respecte sa religion doit se marier religieusement. Dans le cas contraire, la personne peut dire qu'elle n'est pas croyante. Ce n'est pas à moi de la juger, c'est Dieu qui le fera. Mais nous ne pouvons pas instaurer une division entre les gens et accepter que chacun se comporte à sa guise", a-t-il insisté.

"Les propos selon lesquels les hommes de religion (refusent le mariage civil) pour des raisons financières et pour garder leur emprise (sur les croyants) sont honteux", s'est en outre insurgé Béchara Raï.

"Nous sommes en faveur du mariage (civil) obligatoire, et notre devoir est d'entrer en contact avec nos fidèles pour leur expliquer ce qu'ils ont à faire", a conclu le chef de l'Eglise maronite.


(Lire aussi : Noces juteuses, le billet de Gaby Nasr)


La semaine dernière, la nouvelle ministre de l'Intérieur, Raya el-Hassan, a fait part de son intention "d’ouvrir la porte au dialogue pour faire reconnaître le mariage civil facultatif au Liban", dans un entretien à la chaîne Euronews. Rappelée à l’ordre par Dar el-Fatwa, la plus haute instance sunnite libanaise, la ministre – elle-même de confession sunnite – garde, depuis, le silence sur la question. Et le président du Parlement, Nabih Berry, qui l’a soutenue dans un premier temps, s’est rétracté par la suite en affirmant que "ce n’est pas le moment".

En 1951, Raymond Eddé, alors jeune député, et chef du Bloc national, lançait la proposition du mariage civil facultatif, après l’adoption le 2 avril 1951 de la loi qui accordait aux communautés religieuses le droit de légiférer sur tout ce qui a trait au statut personnel. Le débat avait resurgi lors du mandat du président Élias Hraoui en 1998. Mais cette proposition n'a toujours pas abouti.

Les jeunes couples (quelque 800 par an environ qui contractent le mariage civil, selon des estimations) n’ont d’autre choix que d’aller se marier civilement à l’étranger, à Chypre principalement, comme le leur permet la législation libanaise.


Lire aussi

Ibrahim Traboulsi : Le débat sur le mariage civil ne doit pas prendre la forme d’un conflit

Mariage civil : un nouveau coup d’épée dans l’eau ?

Mariage civil au Liban : le « niet » du clergé sunnite à Raya el-Hassan


Pour mémoire

Droits de la femme au Liban : une année marquée par une grande dynamique et peu de réalisations

Droits de l’homme et violence domestique : pour une stratégie « des petits pas »

Kafa fait campagne pour un code civil du statut personnel


Le patriarche maronite, Béchara Raï, s'est dit vendredi en faveur d'un "mariage civil mais sur la base d'une loi qui soit obligatoire", plaidant pour une "loi civile unique pour tous les Libanais" et exprimant son opposition au caractère facultatif d'un éventuel texte, à la lumière du débat relancé par les propos récents de la ministre de l'Intérieur, Raya el-Hassan, qui soutient le...

commentaires (13)

Sa Béatitude s’est Exprimé. Sans rentrer dans les détails et interpréter les intentions , une telle déclaration mérite d’etre Respectée et louée . Ça ne sera pas de sitôt, sûrement ; c’en est une autre paire de manche. La caravane a démarré. Notons l’accompli et à bon entendeur un hourra!

EDDE PAUL

09 h 34, le 24 février 2019

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Sa Béatitude s’est Exprimé. Sans rentrer dans les détails et interpréter les intentions , une telle déclaration mérite d’etre Respectée et louée . Ça ne sera pas de sitôt, sûrement ; c’en est une autre paire de manche. La caravane a démarré. Notons l’accompli et à bon entendeur un hourra!

    EDDE PAUL

    09 h 34, le 24 février 2019

  • qu'on ne sente pas vises, ni offusques : le patriarche Rai peche par "exces" de defense de la loi, et bien entendu de la "societe chretienne" qui a besoin d'etre "guidee". il affirme que - je cite -""Nous ne sommes pas contre le mariage civil dans l’absolu, a plaidé le patriarche Raï. Mais dans quel pays au monde une loi peut être qualifiée de facultative ?"" fin de citation ! ? le patriarche Rai oublie que le Liban n'est QUE contradictions, qu'il n'est batit QUE de facon "surnaturelle", qu'il ne survit QU'A CAUSE de ses particularites geo-socio-politiques, QUE DONC une loi facultative ne serait en rien nefaste, encore moins inoperante.

    gaby sioufi

    18 h 26, le 23 février 2019

  • Cette proposition est incomplete. Si un couple se marie civilement et apres cela a un mariage religieux, quels lois vont etre appliquees si ce couple veut divorcer, ou pour assurer la succession de leurs avoirs? Si les lois civiles restent sous le controle des communautes religieuses, se marier civilement n'a aucun sens.

    Michel N Fayad

    03 h 29, le 23 février 2019

  • Ca ressemble a un enterrement de 1ere classe Il suffit de faire semblant d’approuver une chose impossible a metre en pratique, Mais il est vrai que les prelats ont l’eternite devant eux, alors ca peut attendre.

    Rossignol

    01 h 05, le 23 février 2019

  • Dans tous les ca ceux qu'ils veulent se marier civilement ils vont à Chypre ou en Grece ou même en France

    Eleni Caridopoulou

    21 h 03, le 22 février 2019

  • Cela honore grandement la communauté maronite et les libanais en général. La déclaration de Monseigneur Raï est d'une importance majeure pour la suite de ce projet national, car il en est un. Nous sommes en principe un peuple ouvert et moderne, le mariage civil obligatoire et unique pour tous les citoyens contribuera à élargir le champs des droits de l'homme dans notre pays. Rien n'empêchera le mariage religieux à toutes les confessions et aux citoyens libanais, qui sont traditionnellement respectueux de la spiritualité et de la religion. Un signe très positif de la part de Monseigneur Raï.

    Sarkis Serge Tateossian

    17 h 21, le 22 février 2019

  • EN fRANCE LE MARIAGE CIVIL EST OBLIGATOIRE POUR TOUS ET LE MARIAGE RELIGIEUX EST FACULTATIF c'EST BIEN CE QUE LE CHEF DE L'EGLISE MARONITE SUGGERE C'EST L'IDEAL MERCI MILLE FOIS AU NOM DE TOUS LES LIBANAIS TOUTES CONFESSIONS CONFONDUES

    LA VERITE

    16 h 30, le 22 février 2019

  • Excellent

    Wlek Sanferlou

    15 h 34, le 22 février 2019

  • SI LE FACULTATIF NE PASSE PAS LES MURS DU FANATISME ... UNE LOI OBLIGATOIRE Y PASSEREAIT CHER PATRIARCHE ... VOUS REVEZ ! L,OBSCURANTISME EST TOUJOURS LA ET CERTAINS NOUS EN IMPORTE LES EFFETS TOUS LES JOURS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 30, le 22 février 2019

  • Chapeau bas au Patriarche RAÏ ! Enfin une parole courageuse et sage !

    OMAIS Ziyad

    15 h 15, le 22 février 2019

  • L'un n'empêche pas l'autre, on peut faire un mariage religieux suivi d'un mariage civil par la suite . Monseigneur RAÏ a raison de dire qu'il en faudrait un pareil pour tous . Au Sénégal une forme originale a été instituée pour les mariages civils des musulmans , il leur est demandé d'opter le jour du mariage soit pour la polygamie soit pour la monogamie , ils seront tenus par ce serment le jour où ils signeront face au maire, pour la vie . Imaginez que l'époux qui accepte d'aller au civil , il doit être sûr que l'épouse ne signera que très rarement pour la polygamie .

    FRIK-A-FRAK

    15 h 01, le 22 février 2019

  • C'est carrément impossible en l'état actuel des choses!Le Patriarche a esquivé le taureau !

    Chucri Abboud

    14 h 47, le 22 février 2019

  • Merci Mgr Raï. pour votre accord et votre compréhension à la demande du peuple Libanais

    Georges Zehil Daniele

    14 h 31, le 22 février 2019