X

À La Une

Des Libanais manifestent à Beyrouth : "Pas de confiance au nouveau gouvernement"

Liban

"N'avez-vous pas honte du peuple que vous pillez et auquel vous imposez de nouvelles taxes?", lance le président de l’Union nationale des syndicats des travailleurs.

OLJ
12/02/2019

Sous le slogan "Pas de confiance au nouveau gouvernement", des dizaines de manifestants, issus notamment du Parti communiste libanais, des mouvements syndicaux et de la société civile, se sont rassemblés à 17h place Riad el-Solh, à proximité du siège du Parlement libanais dans le centre-ville de Beyrouth, où les députés étaient réunis pour débattre de la déclaration ministérielle du nouveau cabinet.

"Nos responsables poursuivent les mêmes pratiques et les mêmes politiques. Toute taxe et toutes mesures qui profitent aux détenteurs des capitaux seront refusées", a prévenu une porte-parole des manifestants. Elle a appelé à "constituer une force politique populaire pour exprimer notre refus (...) de vos politiques qui ont échoué".

"Pas de confiance à vos politiques qui nous ont amenés en-dessous du seuil de pauvreté", a martelé pour sa part le président de l’Union nationale des syndicats des travailleurs (Fenasol), Castro Abdallah. "N'avez-vous pas honte du peuple que vous pillez et auquel vous imposez de nouvelles taxes?" s'est-il interrogé. "Nous ferons face à vos politiques et vos complots jusqu'à obtenir la justice sociale".
Il a appelé à une massive participation à la nouvelle manifestation prévue le 17 février à Beyrouth.

Le Parlement libanais était réuni mardi pour une séance de débats, à l'issue de laquelle sera votée la confiance au nouveau gouvernement baptisé "Au Travail !" en raison des nombreuses réformes, notamment économiques, auxquelles il devra s'attaquer. Ces réformes sont inscrites dans la déclaration ministérielle, approuvée vendredi dernier par le gouvernement, et dont le Premier ministre Saad Hariri a donné lecture en début de séance. Le vote de la confiance par la majorité des députés semble acquis.

Le texte introduit notamment le nouveau cabinet comme étant "un gouvernement qui va s’attaquer aux causes des failles administratives, à la corruption financière et à l’évasion fiscale". Il engage la nouvelle équipe ministérielle à "l’application rapide et efficace d’un programme économique de réforme, d’investissement, de service et social qui se base sur la vision du gouvernement libanais présenté à la conférence de Paris et sur les recommandations du Conseil économique et social". Au cours de la réunion d'avril 2018 à Paris (intitulée la CEDRE), la communauté internationale s'était engagée à fournir des aides au Liban, à hauteur de 11 milliards de dollars, en échange de la mise en œuvre de réformes structurelles.



Pour mémoire
Des centaines de manifestants à Beyrouth contre l'effondrement économique et la corruption

"Nous sommes tous lésés " : des dizaines de manifestants mobilisés à Beyrouth

Au Liban, un ras-le-bol unanime, mais une grève non générale


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Lorsque Riyad reprend la main au Liban...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.