X

Liban

Le Hezbollah céderait enfin sous les pressions de Moscou, Washington et Paris

Éclairage
31/01/2019

Le nouveau cabinet verra-t-il enfin le jour dans les délais fixés par le Premier ministre désigné Saad Hariri, c’est-à-dire à la fin de la semaine, alors que le Liban entre dans son neuvième mois de blocage gouvernemental ? Selon des milieux politiques proches du processus de formation de la nouvelle équipe ministérielle, les contacts menés par Saad Hariri ont réussi à aplanir les obstacles. Partant, la naissance du gouvernement serait imminente, selon des sources proches du palais de Baabda. « Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué », a affirmé hier en revanche le vice-président de la Chambre Élie Ferzli à l’issue de la réunion du bureau de la Chambre des députés, précisant que « nous avons mis en place un filet de sécurité en tant qu’alternative si le gouvernement n’était pas formé ».

Mais qu’est-ce qui a modifié la donne ? Quelles sortes de pressions ont poussé les différentes forces politiques à assouplir leurs positions et à renoncer à leurs conditions rédhibitoires ? Selon une source ministérielle, plus d’un facteur serait entré en jeu pour donner un coup de fouet à la genèse du nouveau cabinet. Le mot d’ordre serait venu de l’extérieur, accompagné de fortes pressions en faveur d’un dénouement à la crise.

Plusieurs capitales de décision, notamment Washington, Moscou et Paris, auraient coordonné leurs efforts sur le Liban face à la politique du bord du gouffre des composantes politiques locales. Une forte pression russe aurait ainsi été exercée sur l’Iran, le Hezbollah et les forces politiques alliées pour accélérer le processus de formation du gouvernement, en plus de la tension entretenue par Washington à travers les sanctions US contre l’Iran et le Hezbollah – et qui est amenée à monter d’un cran dans les jours à venir. Quant à Paris, il n’a jamais cessé d’inciter toutes les parties à s’entendre pour débloquer le processus, pour ne pas courir le risque de voir s’évaporer l’aide de la conférence CEDRE.

Les menaces d’escalade militaire israélienne ont également joué un rôle déterminant, Tel-Aviv utilisant sans doute la scène libanaise pour adresser des messages à certaines parties régionales. Sans oublier le danger grandissant d’un effondrement économique, à l’ombre de rapports alarmants d’institutions financières internationales. Bkerké, la société civile, les milieux syndicaux et les instances économiques ont aussi mis chacun son grain de sel pour pousser la machine à se mettre en marche. Bref, aucune partie ne peut plus se permettre de maintenir le statu quo, qui risque de dégénérer en crise.


(Lire aussi : Gouvernement : encore « un petit nœud » sunnite à trancher...)


Des milieux proches du président de la République rapportent que ce dernier aurait insisté pour qu’un gouvernement soit formé à la fin du mois, sans quoi il serait contraint de prendre position, dans la mesure où il ne saurait accepter les atermoiements dans le processus de formation. N’avait-il pas dit, avant les législatives de 2018, que le cabinet issu du scrutin serait symboliquement le premier de son mandat ? Or voilà qu’il se rapproche désormais de la mi-mandat, avec un blocage qui devient de plus en plus coûteux politiquement pour lui. Saad Hariri, qui attendait que les différentes parties approuvent sa mouture, s’est fixé des délais pour mener le navire à bon port, menaçant cette fois de n’écarter aucune option au cas où ses efforts ne sont pas couronnés de succès. Le Premier ministre désigné s’est retrouvé récemment sous le feu de ses détracteurs, qui l’ont accusé de céder sur les prérogatives du président du Conseil et d’affaiblir ce poste. Certains ont même été jusqu’à l’appeler à se récuser, après des mois de tentatives avortées qui seraient un aveu d’impuissance face aux forces de facto.

Les développements régionaux en Syrie, en Irak, au Yémen ont également contribué, avec les positions de Washington, Moscou et Paris et les pressions accrues sur le Hezbollah à travers les sanctions – c’est dans ce cadre que s’inscrit d’ailleurs la visite que mène actuellement le secrétaire adjoint américain au Trésor pour la lutte contre le financement du terrorisme, Marshall Billingslea –, à abattre les différents obstacles. Le Hezbollah a compris les enjeux actuels et le danger de ces développements, qui pourraient lui coûter cher dans l’étape à venir. Le gouvernement serait donc devenu pour le parti chiite un moyen de s’assurer une couverture légale face à la campagne dont il est la cible et de préparer son retour de ses équipées militaires dans le monde arabe. Le secrétaire général du Hezbollah a ainsi adopté une posture positive et des positions souples lors de son entrevue sur la chaîne al-Mayadeen, samedi, évoquant sa disposition à entamer l’étude d’une stratégie défensive mise sur pied par l’État, ce à quoi il s’opposait depuis belle lurette – et alors que plusieurs pays et l’ONU encouragent sans cesse Baabda à ressusciter la table de dialogue national pour l’établissement de cette stratégie défensive fondée sur le monopole par l’État de la violence légitime.

Ce sont donc principalement les angoisses et les craintes du Hezbollah face à ce qui pourrait se profiler à l’horizon qui ont été déterminantes dans la balance et qui l’ont poussé à interagir positivement avec le mot d’ordre international en faveur d’un déblocage de la crise. Le parti chiite ferait donc pression sur ses alliés de la Rencontre consultative sunnite pour qu’ils acceptent la formule de participation qui leur est proposée : leur représentation ferait partie de la quote-part du président Aoun et du groupe parlementaire du « Liban fort », comme cela était auparavant le cas pour le chef du Parti démocrate Talal Arslane et le député du Tachnag Hagop Pakradounian.



Lire aussi

Vers une « normalisation » par la remise à flot du cabinet sortant ?

Hariri ne se récusera pas, mais pourrait prendre des décisions courageuses d’ici la fin du mois

La guerre verbale se corse entre Amal et le CPL

Dans la forme et le fond, des messages de Nasrallah dans plusieurs directionsle décryptage de Scarlett Haddad

Le gouvernement libanais dans la tourmente des enjeux régionaux et internationaux

Gouvernement : non content de bloquer la situation, le Hezbollah appelle... à la prière

La déclaration musclée de Le Drian : un message français au Hezbollah ?

Gouvernement : les sunnites du 8 Mars douchent l’optimisme de Hariri et de Bassil

Gouvernement : de l’optimisme à nouveau dans l’air, mais toujours rien de concret

Gouvernement libanais : qu'est-ce qui bloque, encore, aujourd'hui?


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

QUE DU BAVARDAGE ET RIEN DU CONCRET.

Fredy Hakim

On espère que l’Orient Le Jour ne va pas
devenir le porte parole du Sommet de Varsovie!!!!
Il y’a comme une impression que l’obsession
est de retour! Tout doit tourner autour du Hezbollah!
On en est à inventer des histoires qui rappellent
tristement l’échec et le désarroi de l’équipe qui a
mener le mouvement du 14 mars au désastre!

Le point

Pardon: prière de lire "de ne pas"

Le point

Le meilleur moyen de ne avoir un gouvernement est de dire que le Hezb a cédé aux pressions. A présent, moins on écrit des articles de ce genre, mieux c'est !

gaby sioufi

LA QUESTION :
de quelle sorte de moyen de pression Putin peut il esperer pouvoir user aux fins de forcer la main au hezb
au cas ou vali fakih n'est pas du meme bord que putin !

L’azuréen

La force d’un parti ou d’un leader on la tire de ses propres concitoyens ( la totalité toutes obédiences confondues ) du pays concernés , naturellement et sans abus de la force . C’est une évidence ! Qui a cette cette force ? Ça fait 8 mois qu’on attend un gouvernement...
La force réelle résidera dans celles et ceux qui mettront un petit peu de côté les intérêts de leur communauté au profit de l’intérêt supérieur de la nation . Le reste ça vaut pas grand chose et ça ne dure pas très longtemps sans que les problèmes n’arrivent en escadrilles .

Bustros Mitri

‘ Le Hezbollah ferait pression sur ses partenaires de la rencontre ‘consultative’ pour qu’ils acceptent....’.
Hahaha... Comme si le supposé groupuscule avait un quelconque poids politique sans l’appui, le soutien et l’instrumentalisation du Hezbollah...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUELLE HONTE QUE NOUS NE PUISSIONS PAS NOUS ENTENDRE ENTRE NOUS... ET NOTRE PAYS EST AU BORD DE LA DESTRUCTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE... ET QUE NOUS AYONS BESOIN DE PRESSIONS ETRANGERES POUR LE FAIRE. CHOU 3AYB !

Gros Gnon

On peut rêver au jour où nous aurons un gouvernement purement Libanais, c’est à dire sans "influence extérieure" (dans un sens ou dans l’autre d’ailleurs).
Bon, je retourne vite me coucher...

Yves Prevost

Je vois mal en quoi le Hezbollah a cédé. Il me semble, au contraire, avoir gagné sur tous les tableaux. Il a prouvé que ni le premier ministre, ni le président de la république sont incapables de rien faire sans son aval. Quant à "l’étude d’une stratégie défensive mise sur pied par l’État", pourquoi s'y opposerait-il puisque, désormais, l'Etat, c'est lui? Au contraire, cette étude aboutira à la légalisation de son arsenal. Nasrallah pourrait-il rêver mieux?

C.K

Quel gloubiboulga, mais bien tant que ça calme les enturbannés de tous poil, soit.

AIGLEPERçANT

Si les russes s'y mêlent je veux bien croire que le hezb resistant libanais puisse obtempérer.

Pour tout le reste c'est pouet pouet !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants