X

Liban

Gouvernement : la mésentente Baabda-Amal de plus en plus audible

crise

Bkerké poursuit son forcing en faveur d’un cabinet de technocrates.

Yara ABI AKL | OLJ
10/01/2019

C’est un Liban sans gouvernement qui devrait accueillir le sommet économique arabe, prévu en principe les 19 et 20 janvier. Une hypothèse qui ne fait que se confirmer au fil des jours. D’autant que les tractations en vue de la mise sur pied du futur gouvernement continuent de buter sur l’obstacle sunnite né de l’insistance de la Rencontre consultative – regroupant les six députés sunnites opposés au Premier ministre désigné Saad Hariri et bénéficiant de l’appui indéfectible du Hezbollah – pour prendre part au futur cabinet. Une bataille articulée autour du tiers de blocage qui continue d’opposer le Hezbollah au leader du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, le parti chiite prenant soin de garder le chef de l’État Michel Aoun loin de ce différend.

À cela est venue s’ajouter la querelle autour d’une éventuelle invitation de la Syrie au sommet économique de Beyrouth, que certains lient étroitement à la formation du cabinet. C’est en tout cas dans ce cadre qu’il conviendrait de placer des propos tenus hier par le président de la Chambre Nabih Berry. S’exprimant au cours des audiences du mercredi à Aïn el-Tiné, M. Berry a ouvertement plaidé pour un report du meeting arabe de Beyrouth en l’absence d’une équipe ministérielle, insistant en outre sur l’importance de la participation syrienne à ce sommet. Se voulant plus clair, il a fait savoir que le cabinet ne sera pas mis sur pied prochainement. Une position qu’il réitérait pour la deuxième fois en l’espace d’une semaine. « La question d’une formation prochaine du gouvernement fait désormais partie du passé. Et tous les projets de solutions dont il a récemment été question étaient voués à l’échec », a déclaré sans détour le chef du législatif, dans ce qui sonne comme une critique des propositions du chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, à Saad Hariri afin de sortir le pays de la léthargie actuelle. Des propos qui interviennent à l’heure où certains milieux proches du 8 Mars ne manquent pas d’accuser M. Bassil d’avoir mis en échec l’initiative lancée peu avant les fêtes par le directeur général de la Sûreté générale Abbas Ibrahim afin de permettre au gouvernement de voir le jour, et ce dans le but de détenir le tiers de blocage.

Outre le pessimisme qu’ils reflètent, c’est surtout par leur timing que les déclarations de Nabih Berry ont toute leur importance. Elles interviennent deux jours après des propos tenus par le président de la République, dans lesquels il avait assuré que le sommet de Beyrouth se tiendra en temps voulu, même si le gouvernement est en phase d’expédition des affaires courantes.

M. Berry réagissait aussi à l’optimisme que Michel Aoun a tenté de distiller lors de son discours annuel devant le corps consulaire et diplomatique hier. Le chef de l’État a ainsi saisi l’occasion pour réitérer son attachement à un cabinet fruit d’un consensus avec Saad Hariri. « L’essence de la démocratie libanaise réside dans le consensus. Partant de là, nous œuvrons en vue de réaliser un consensus large et complet afin de former le gouvernement en concertation avec le Premier ministre désigné », a souligné Michel Aoun. Et d’ajouter : « La formation du gouvernement n’aurait pas dû traîner en longueur si l’on avait adopté d’emblée des critères de représentation justes et précis, issus des élections et qui permettent de trancher en cas de conflit. » Une position en parfaite harmonie avec celle du CPL, dont le chef a longtemps brandi le slogan de la juste représentation gouvernementale afin de justifier toutes ses demandes, dont notamment le tiers de blocage, comme l’a insinué Gebran Bassil depuis Bkerké à l’issue de son entretien avec le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, vendredi dernier.


(Lire aussi : La formation du cabinet entre les obstacles internes et les influences régionales, le décryptage de Scarlett HADDAD)



Modifier Taëf ?

« M. Bassil a mis en échec l’initiative Abbas Ibrahim parce qu’il cherche à obtenir le tiers de blocage », déplorait également un proche de la Maison du Centre interrogé par L’Orient-Le Jour, soulignant par la même occasion que « c’est le Hezbollah qui prend le cabinet en otage, dans la mesure où c’est lui qui a créé l’obstacle sunnite, se livrant ainsi à une épreuve de force contre le courant du Futur ». « Le Futur est convaincu que ce n’est pas à Saad Hariri seul qu’incombe la responsabilité d’un déblocage. D’autant que le Premier ministre a déjà fait beaucoup de sacrifices pour faciliter la mise sur pied du cabinet », ajoute cette source.

Mais bien au-delà de la querelle autour de la question sunnite, certains milieux du Futur ne cachent pas leurs craintes quant à un éventuel forcing que pourrait effectuer le Hezbollah dans le sens d’une Constituante qui modifierait les équilibres politiques instaurés par le système en vigueur, dans la mesure où l’accord de Taëf ne serait plus en harmonie avec le poids politique des chiites au Liban.

Quoi qu’il en soit, et dans une optique strictement liée à la politique politicienne, le « nœud sunnite » semble toujours loin d’être défait prochainement. C’est ce que l’on peut déduire des propos de Abdel Rahim Mrad, député de la Békaa-Ouest, à l’issue de sa rencontre hier avec Nabih Berry à Aïn el-Tiné. « Une des principales entraves à la formation du gouvernement réside dans la représentation de la Rencontre consultative. Celle-ci devrait certainement avoir un ministrable, conformément à ses demandes, c’est-à-dire la nomination d’un des candidats qu’elle a appuyés », a-t-il lancé, martelant que « le cabinet ne verra pas le jour si cette condition n’est pas satisfaite ».


(Lire aussi : Un sommet chrétien prévu à Bkerké pour aider à débloquer la crise gouvernementale)


Un gouvernement de spécialistes

Face à cette guerre d’influence qui n’en finit pas de retarder la genèse de l’équipe Hariri, Bkerké continue de plaider en faveur d’un gouvernement de technocrates, à l’heure où l’on s’attend à une prochaine réunion des leaders maronites sous l’égide du patriarche Béchara Raï. À l’issue de leur réunion mensuelle, les évêques maronites ont réitéré leur appel « à la formation d’un gouvernement restreint de technocrates à même de sauver le pays avant son effondrement », comme on peut lire dans un communiqué rendu public hier. L’occasion pour les évêques de stigmatiser « le recours à des précédents visant à faire adopter le budget, au lieu de se focaliser sur la nécessité de se doter de personnes qui s’acquitteraient de leurs responsabilités ». Une critique implicite au forcing de Nabih Berry pour pousser le cabinet sortant à avaliser le budget 2019 en période d’expédition des affaires courantes.



Lire aussi

Les "porte-voix de Damas" entravent la formation du gouvernement, selon Joumblatt

Les haririens se disent déterminés à ne pas céder aux diktats du Hezbollah

Raï : Les responsables s’arrachent le cadavre de la patrie

L’État veut-il « éradiquer le sunnisme modéré ? », s’interroge Ahdab

Gouvernement : le Hezbollah continue de distiller le chaud et le froid

Salamé : Le blocage gouvernemental rend difficile le maintien de la stabilité monétaire

Raï juge « impossible » qu’un cabinet ordinaire de 30 sauve le pays

Gouvernement : le Hezbollah promet un proche déblocage

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Cherif Bedran

Les tapis sont caucasiens, du temps ou les relations avec la Perse n’avait pas encore évolué. Ce ne sont bien sûr pas celles de Camille, le roi des rois mendiait alors une sépulture.

Aujourd’hui, sous le règne présent, mettre des pieds chaussés (chaussures pas chaussettes) sur des tapis Persans serait un crime de lèse majesté.

En attendant que le Caucase (ou le peuple libanais) reprenne ses droits, admirez des chefs-d’œuvre rarement égalés. Et ne piétinez surtout pas, qui que vous soyez !

Ici et ailleurs

A un certain moment il faut faire une pesée d'intérêts et former le gouvernement avec une ou 2 personnes de plus.

Alkohl ahsane min al'ama

Honneur et Patrie

Les six députés anti-Hariri insistent à faire partie du gouvernement de Saad Hariri ! Même chez les Mau-Mau on n'a pas vu cela. Ils sont contre le chef du gouvernement et insistent à faire partie de son équipe... Dans toutes les démocraties du monde, il y a un gouvernement et une opposition , leur place est dans l'opposition. Un point c'est tout. Arrêtez de prendre les Libanais pour des imbéciles.

Ici et ailleurs

Ils mettent leurs pieds sur les bords de ces magnifiques tapis persans depuis des années déjà. Y-a-t-il quelqu'un de la présidence qui nous lit, pour dire aux responsables de l'entretien du palais, d'avancer les fauteuils jusqu'au bord des tapis pour que les visiteurs mettent pleinement leurs pieds sur les tapis pour ne pas les abîmer? et ça fait plus chaleureux en plus!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON N,EST PAS A UNE, DEUX OU TROIS QUERELLES A RESOUDRE. LE HEZB EST LA POUR EN CREER DE NOUVELLES ET DE MULTIPLES POUR GARDER LE PAYS SANS GOUVERNEMENT ET DETRUIRE SON ECONOMIE, SES FINANCES, SON SYSTEME BANCAIRE ET SON DEVENIR... TOUT, POUR LA MAINMISE !

Antoine Sabbagha

En effet seul un cabinet de technocrates pourra sauver le pays avec toute cette folie tribale confessionnelle .

Beauchard Jacques

A quand la Constituante en vue de la Grande Syrie sous l'autorité de Bachar Assad?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AMAL EST A LA REMORQUE DU HEZBOLLAH ! OU : LES DEUX MILICES... BIEN QUE NOUS AVONS UNE TROISIEME ET UNE QUATRIEME DE MINI ENVERGURE !

Gebran Eid

LES TECHNOCRATES, VOUS ALLEZ LES TROUVER OÙ ? QUI VA LES NOMMER ? MICHEL AOUN ET BASSIL VIA L'IRAN ? OU SAAD HARIRI VIA L'ARABIE SAOUDITE ? OU BIEN 50/50 ? AVEC LA PARTICIPATION DU TAYMOUR JOUMBLATT ET TONY FRANGIÉ ? ET LE GROUPE DU 6 PRO ASSAD ? ET BIEN SÛR AVEC L'ACCORD DU BERRI. GEAGEA A SON MOT À DIRE AUSSI ? DONC CA SERA DES TECHNOCRATES MERCENAIRES IRANO/SAOUDIENS À 100%. TITI TITI MITEL MA RIHTI, MITEL MA GITI.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement se réunit aujourd’hui, mais la crise de confiance est trop profonde

Commentaire de Anthony SAMRANI

Le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants