X

Liban

Gouvernement : pas aussi rapide que prévu, la dernière ligne droite...

crise

Personne ne veut du ministère de l’Information !

Fady NOUN | OLJ
22/12/2018

« La formation du gouvernement est plus rapide que prévu », a confié hier matin le président de la République à une délégation française conduite par Jean-Christophe Lagarde, le chef du groupe parlementaire UDI à l’Assemblée nationale française, alors que le Premier ministre désigné Saad Hariri s’attendait à une naissance du cabinet hier soir. Hélas, contre toute logique, un puissant coup de frein a ralenti hier le processus, de sorte que la dernière ligne droite qui nous sépare de la formation du gouvernement est moins rapide que prévu.

Du reste, le chef de l’État avait pris soin d’éclairer sur ce point ses visiteurs en leur précisant que ces délais supplémentaires s’expliquent par la nature consensuelle que doit revêtir le gouvernement. À 18 heures, le président Aoun a assisté à une cérémonie jubilaire à l’école des Frères de Gemmayzé, où il a fait ses classes, sans que les promesses d’avancées faites pour la journée se soient tenues. Le ralentissement du processus ne signifie pas qu’il est compromis, mais qu’un surcroît de temps est nécessaire pour que la solution trouvée prenne son cours, assure-t-on de toutes parts. Or, les obstacles surgis hier sont tellement élémentaires qu’on s’interroge sur les raisons pour lesquelles on a attendu jusqu’à la dernière minute pour les aplanir. Ces deux obstacles sont : le problème de l’allégeance politique de Jawad Adra et la répartition définitive des portefeuilles ministériels entre les différents blocs. Toujours est-il que la formation du nouveau gouvernement, attendue hier, a dû être décalée, à la grande déception d’une opinion publique lassée de tant de rebondissements.

Dans les milieux proches du courant du Futur, on reproche au ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, d’être à l’origine de la confusion au niveau de l’attribution des portefeuilles. « Il veut les attribuer tous lui-même », a même affirmé, sur un ton blasé, une source de ce courant sous le couvert de l’anonymat. De fait, une très longue réunion a été consacrée hier après-midi par Saad Hariri et M. Bassil à cette redistribution des cartes, laissant la désagréable impression que l’on en a encore pour longtemps. Un pronostic démenti par l’ancien député et actuel ministrable Moustapha Allouche, qui assure que ce volet du processus de formation du gouvernement n’ira pas plus loin qu’aujourd’hui midi.


(Lire aussi : Le Hezbollah n’a pas réussi à briser le monopole du leadership haririen sur la rue sunnite)


Ministres maronites
De quoi s’agit-il au juste ? Des sources proches du Hezbollah seules ont pris la peine de clarifier ce qui s’est passé. Ainsi, le journaliste Salem Zahran a publié un tweet expliquant qu’au départ, le tandem chiite s’était vu attribuer les portefeuilles des Finances, de l’Agriculture, de l’Environnement (ou de la Culture), de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, ainsi qu’un ministère d’État. « Aujourd’hui (hier), a-t-il ajouté, on lui a proposé les portefeuilles des Déplacés et de l’Information, qu’il a refusés dans un premier temps. Toutefois, réflexion faite, il est revenu sur son refus et a accepté le ministère des Déplacés. Mais entre-temps, on lui avait proposé de lui reprendre l’un des deux portefeuilles de l’Environnement ou de la Culture, en échange de celui de l’Information, ce qu’il refuse. »

Selon la source du courant du Futur précitée, « l’Information, personne n’en veut ! »... Et d’ajouter que si le portefeuille de l’Environnement est convoité, c’est qu’il est au centre d’une série de projets liés au programme de réformes CEDRE dont le montant global de financement atteint un milliard de dollars. C’est la raison pour laquelle, il semble, que le CPL et le courant du Futur se le disputent, en vain, au Hezbollah.

Par ailleurs, c’est dans cet esprit que le bloc de la Rencontre démocratique (Joumblatt) a refusé de lâcher le portefeuille de l’Industrie, également convoité par Nabih Berry et Gebran Bassil, pour celui de l’Environnement.

Sur un autre plan, le courant du Futur, qui compte un ministre chrétien dans son bloc, cherche à attribuer un portefeuille à un chrétien maronite, Ghattas Khoury, plutôt qu’à un orthodoxe. De ce fait, des cinq ministres maronites restants que doit compter le gouvernement, et si l’un d’eux doit normalement relever des Marada, les autres seront nécessairement répartis à égalité entre le CPL et les FL, à la déconvenue de M. Bassil, qui souhaitait avoir plus de ministres maronites que les FL.

Notons enfin qu’un « nœud arménien » surgi lui aussi à la dernière minute a été réglé par les FL, qui ont renoncé au portefeuille du Tourisme au profit du ministre sortant du Tourisme, Avédis Guidanian (Tachnag, rattaché au CPL, arménien-orthodoxe), et ont accepté pour elles-mêmes le ministère des Affaires sociales, qui sera détenu en titre par Ghassan Hasbani, également vice-président du Conseil des ministres, mais exercé effectivement par Richard Kouyoumjian (FL, arménien-catholique), sur le modèle de ce qui eut cours dans les années 90 entre Rafic Hariri, ministre des Finances en titre, et Fouad Siniora, ministre des Finances en exercice. Ainsi, la communauté arménienne sera représentée par deux ministres, comme il est de tradition dans un gouvernement de trente.


Lire aussi

Sous le sapin, l'éditorial de Issa GORAIEB

Le Hezbollah à la Santé : quelles conséquences pour le Liban ?

Jawad Adra, un laïc indépendant pour représenter les sunnites antihaririens

Abbas Ibrahim, l’homme de toutes les médiations

Gouvernement : dernières retouches avant la fumée blanche

Le gouvernement n’attend plus que d’ultimes arrangements de forme, le décryptage de Scarlett Haddad

Gouvernement : le Hezbollah pour trancher le dilemme des sunnites du 8 Mars

Gouvernement : les noms commencent à filtrer


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MA BAA FI MIN I HESS BHAL BALAD...
SI LES ABRUTIS S,EN FOUTENT... LE PEUPLE NE DEVRAIT PAS FAIRE AUTANT ! LA SOLUTION EST DANS SES MAINS.
DEGAGEZ !

Eleni Caridopoulou

Quelle tour de Babèle , il faut faire un gouvernement de technocrates et basta

Menassa Antoine

Tel que l on entend et nous espérons le contrario ... Il est impensable et hilarant de vider les organisations tel que la Chambre de Commerce Et d Industrie de Beyrouth et Mont Liban de ses Dirigeants tel que Le Président Mohammad Choucair qui brille par sa présence au sein de cette Institution assurant la coordination de nos institutions Économiques à l Internationale et auprès des pays du Moyen Orient et tout cela pour en faire : un Ministrable ... Il a de tout temps jusqu à ce jour sut assumer et protéger au mieux les secteurs économiques qui tiennent encore la route .... Please keep the right Man at the right place ...

Menassa Antoine

Un gouvernement réduit formé des Grands Leaders Politiques assiste de Technocrates ou de 12 ou de 14 ministre, epargnera au Trésor les charges énormes que constitue un gouvernement de 30 ou de 32 ministres. On verra naître les premiers pas d une voie constructive de réformes qui devraient renforcer la confiance internationale et les performances du gouvernement ce dernier adoptera la politique de la rationalisation des dépenses publiques, dans l'austérité , supprimant certaines dépenses administratives, l'arrêt du gaspillage consequentes au renforcement de lutte contre la corruption ; rappelons que ces questions representent les bases des recommandations de la conférence (Cèdre) de Paris". ... Et en particulier les objectifs primordiaux du Pouvoir : Changement et Réformes...

Le point

Nos responsables politiques ont élevé la procrastination (almmoumatalla) au niveau d'un art majeur. Le septième art, qui le cinéma, ne vient que loin derrière.

Si ce n'est pas pour Noël ça serait pour l'épiphanie, la fête des rois, c'est plus chic. Pas de problème ils auront toujours des occasions pour nous faire un cadeau en 30 têtes. Les fêtes ne manquent pas tout au long de l'année et du "Ahed" .

Joyeux Noël à tous !

A cette occasion j'aimerais rendre un hommage vibrant à l'OLJ et tout spécifiquement aux modérateurs de nos commentaires qui doivent lire toute la "mayonnaise" qui défile sans cesse sur leurs écrans. Bonnes Fêtes !

Gebran Eid

LES VAUTOURS SE DISPUTENT AUTOUR DE LEUR PROIE. LE LIBAN EST MORT. IL VA SURGIR UN LOUP DE L'INTÉRIEUR OU DE L'EXTÉRIEUR OU MÊME LES DEUX À LA FOIS QUI VONT LEUR PIQUET LA PROIE ET LA PARTAGER EN DEUX. SAUVE QUI PEUT.

gaby sioufi

la verite sort de la bouche des enfants.
Une nouvelle fois, l'enfant/gendre cheri a sorti une verite ....
Tout comme celle donnant "liberte" aux israeliens de diriger leur pays en paix....
mais que cachent elles donc ces verites ?
pour le moins il voulait confirmer l'inutilite de ce nouveau cabinet.Une verite aussi.

Irene Said

La fonction première du palais de Baabda et de son chef:
recevoir à longueur d'année des visiteurs des quatre coins du monde, leur débiter du bla-bla diplomatique donc inutile, sans oublier le café, l'eau et les douceurs libanaises...ou des chocolats.
Et, le plus important pour la bonne marche du Liban, la photo-souvenir !
Irène Saïd

Irene Said

Heureusement que le ridicule ne tue pas !!!
Irène Saïd

Antoine Sabbagha

Pauvre Liban . De nouveau on se dispute sur le sexe des anges et quel est le meilleur portefeuille qui rapporte beaucoup d 'argent . Triste .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA TROUPE SE DISPUTE AVANT DE S,HABILLER POUR LE SHOW ! D,HOMOGENIETE IL N,EN EST QUESTION GUERE...

Wlek Sanferlou

De grâce épargnez les mathématiques et ne l'utilisez pas pour expliquer nos politiques libanaises. Les maths sont la seule chose logique qui nous reste dans cette comédie ridicule. On peut dire la dernière concombre dans le panier, l'ultime chocolat à croquer, le seul poussin dans le poulailler...
Please please

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants