X

Liban

Gouvernement : dernières retouches avant la fumée blanche

crise

Les sunnites du 8 Mars attendent toujours un rendez-vous pour rencontrer Saad Hariri. Mais cela peut arriver à « n’importe quel moment », assurent les milieux de Baabda. Sans que cela ne soit programmé...


Yara ABI AKL | OLJ
21/12/2018

Après avoir aplani, en principe, les obstacles ayant longtemps entravé la mise sur pied du gouvernement, les protagonistes concernés par les laborieuses tractations ministérielles s’emploient à opérer (ce qui devrait être) les dernières retouches avant la publication des décrets de la genèse du cabinet, attendue incessamment. C’est cette impression que l’on pourrait dégager de la journée d’hier, avant la rencontre, prévue en principe aujourd’hui à Baabda, entre le Premier ministre désigné Saad Hariri et les députés sunnites du 8 Mars sous la houlette du président de la République, Michel Aoun.

Comme prévu, et à quelques heures de l’entretien tant attendu, le Hezbollah serait parvenu à trancher le dilemme opposant les députés sunnites autour du nom de leur représentant au sein de la future équipe. Ainsi, les députés concernés se sont réunis dans la nuit de mercredi à jeudi avec Hussein Khalil, bras droit du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah. La réunion qui s’est tenue en l’absence de Fayçal Karamé, député de Tripoli, et de Kassem Hachem (Marjeyoun), s’est naturellement soldée par une entente autour du nom de Jawad Adra, directeur d’une société de statistiques dont le nom a été proposé par M. Hachem. Il représentera donc les sunnites hostiles au courant du Futur et occupera le poste de ministre d’État.

Mais l’accord conclu avec le Hezbollah autour du nom de M. Adra n’a pas empêché certains députés de la Rencontre consultative de formuler des réserves à l’égard de ce choix. C’est dans ce cadre qu’il conviendrait de placer les propos tenus par Jihad el-Samad, député de Denniyé. Dans une déclaration à la chaîne MTV, il a fait état de « quelques remarques », mais qui « ne sont pas à même de freiner la solution », a-t-il précisé, soulignant que « le nom de Jawad Adra était l’un des noms de ministrables proposés par la Rencontre consultative dans le cadre du compromis (établi par le directeur général de la Sûreté générale Abbas Ibrahim, mandaté par le chef de l’État). Et les députés ne feront pas marche arrière ».


(Lire aussi : Jawad Adra, un laïc indépendant pour représenter les sunnites antihaririens)


Le cas Karamé

C’est surtout Fayçal Karamé qui semble insatisfait de l’accord conclu autour du nom de M. Adra. Citées par plusieurs médias, des sources proches du député de Tripoli avaient d’abord fait savoir que la Rencontre consultative a approuvé la désignation de M. Adra et attend que le palais de Baabda fixe un rendez-vous pour rencontrer le chef de l’État. Mais dans la soirée, le bureau de presse de M. Karamé a publié un communiqué dans lequel il a précisé que le groupe auquel il appartient « a présenté plusieurs noms, dont celui de Jawad Adra », soulignant que « toute personne que choisirait le chef de l’État représentera la Rencontre exclusivement au sein du gouvernement ». Il va sans dire que M. Karamé répondait ainsi aux spéculations médiatiques ayant circulé récemment et selon lesquelles le ministrable des sunnites du 8 Mars relèvera de la quote-part du chef de l’État. Bien au-delà de cette problématique, le communiqué de M. Karamé revêt de l’importance dans la mesure où il pourrait être interprété comme une nouvelle tentative du parlementaire de Tripoli de se démarquer de ses collègues. D’autant qu’au moment où ceux-ci faisaient part dans un communiqué publié lundi de leur volonté de faciliter la tâche à Saad Hariri, M. Karamé s’est livré à une violente attaque contre le Premier ministre désigné. Et en dépit de ces désaccords, les députés concernés teindront une réunion ce matin à 10 heures au domicile de... Fayçal Karamé lui-même. Une façon pour ces parlementaires d’assurer la solidité de leur alliance à quelques heures de la genèse de l’équipe ministérielle.

Contacté par L’Orient-Le Jour à ce sujet, Kassem Hachem, député de Marjeyoun, explique qu’il est normal que des divergences de points de vue existent au sein de tout groupe ou bloc politique. « Mais aujourd’hui, tout le monde est favorable » à la nomination de Jawad Adra, dont M. Hachem avait d’ailleurs proposé le nom. Pour ce qui est de leur entretien tant attendu avec Saad Hariri, M. Hachem a fait savoir que ses collègues attendent toujours la fixation d’un rendez-vous pour se rendre à Baabda. « Le cabinet sera mis sur pied le même jour », assure-t-il. De même, les milieux proches de Baabda confient à L’OLJ qu’aucun rendez-vous n’a encore été fixé pour un entretien entre M. Hariri et ses adversaires politiques. « Cela pourrait avoir lieu à n’importe quel moment », ajoute-t-on. Cela pourrait même se faire, au palais présidentiel, sans que cela ne soit programmé...

Tout comme ses alliés sunnites, le Hezbollah semble optimiste quant à un proche dénouement heureux des tractations gouvernementales. D’autant que tous les obstacles ont été aplanis, comme le souligne une source proche du parti chiite, assurant que celui-ci « n’est pas intervenu auprès de la Rencontre consultative en faveur de Jawad Adra ». Le Hezbollah a veillé à ce que les députés de la Rencontre parviennent à nommer leur représentant au sein du cabinet d’une manière indépendante, poursuit-on de même source.

Ainsi, les tractations de dernière minute ne semblent aucunement concerner le parti chiite. Celui-ci semble avoir tranché les noms de ses ministrables. Selon la même source, il s’agit de Mohammad Fneich (ministère d’État pour les Affaires du Parlement), Mahmoud Komati, membre du conseil politique du Hezbollah (ministère de la Jeunesse et des Sports). Quant au cardiologue Jamil Jabak qui, à un moment donné, était le médecin personnel de Hassan Nasrallah, il devrait être nommé au ministère de la Santé.


(Lire aussi : Abbas Ibrahim, l’homme de toutes les médiations)


Bassil-Ibrahim...

Par contre, les contacts se poursuivent afin de mettre les points sur les i une bonne fois pour toutes. Sur ce plan, une source bien informée indique à L’OLJ que ces contacts s’articulent actuellement autour du ministre chrétien relevant du lot du courant du Futur, sachant que des proches de la Maison du Centre estiment que Ghattas Khoury (qui a rencontré Michel Aoun hier à Baabda) figurera à nouveau parmi les ministres haririens.

En attendant, le chef du gouvernement désigné s’est entretenu hier avec une délégation du parti Tachnag comprenant le secrétaire général de ce parti Hagop Pakradounian, député du Metn, et le ministre sortant du Tourisme Avédis Guidanian. Par son timing, cette rencontre est importante dans la mesure où elle intervient au lendemain des efforts déployés par le général Abbas Ibrahim pour surmonter un obstacle survenu au niveau de la représentation de la communauté arménienne. S’exprimant à l’issue de la rencontre, M. Pakradounian a déclaré : « Le Premier ministre désigné nous a rassurés concernant la bonne représentation des arméniens par le biais de deux ministres, dont un avec portefeuille pour le parti Tachnag. »

Le même optimisme se fait sentir chez Ali Hassan Khalil, ministre sortant des Finances, qui devrait en principe conserver ce poste au sein de la future équipe. À l’issue d’une réunion avec M. Hariri, il a déclaré que la genèse du cabinet est « très proche », soulignant que la déclaration ministérielle sera semblable à celle du gouvernement démissionnaire, avec quelques modifications liées aux réformes exigées par la conférence de Paris, dite CEDRE.

Notons enfin que le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil s’est réuni loin des feux de la rampe avec le général Ibrahim. L’occasion pour les deux hommes de passer en revue les derniers développements gouvernementaux. Et, sans doute, de régler certaines questions personnelles...


Lire aussi

Gouvernement : le Hezbollah pour trancher le dilemme des sunnites du 8 Mars

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

MIROIR ET ALOUETTE

À la différence qu'il était difficile d'admettre que les puissances du passé étaient predatrices. Était ce de l'ignorance ou un confort de civilisation coupable ?

Maintenant que c'est fait , on passera à autre chose.

Irene Said

Donc, un Liban indépendant=
ayant troqué les puissances prédatrices du passé contre de nouvelles plus lucratives mais aussi plus exigeantes tout en ayant l'illusion d'être fort, libre et digne.
Fallait tout simplement y penser...c'est fait maintenant!
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN GOUVERNEMENT OU MEME SI LES ACTEURS ETAIENT LOCAUX LES SCENES ETAIENT PREPAREES ET INSPIREES PAR LE DEHORS JUSQU,AU DERNIER INSTANT... ET ENCORE PARAIT-IL PAR L,UN DES SIX...

MIROIR ET ALOUETTE

Fier de ce LIBAN

INDÉPENDANT dans ses décisions loin de celles que les puissances predatrices nous imposaient dans le passé cf les golfettes

Fort parce qu'il est capable d'affronter la pire des armées au sud du pays cf la paix royale depuis 2006.

Libre de s'allier avec qui bon lui semblera de le faire sans fausse honte.

NOUVEAU enfin parce que le centre de décision aujourd'hui est déplacé d'un point de soumission à un autre plus imprégné de dignité.

À votre service!

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

vivement un cabinet et cela avec une confirmation du parlement en decembre et pas en janvier

Les deputes peuvent bien sacrifier une matinee de vacances pour ne pas retarder cela

esperons seulement qu'il n y aura pas une bagarre pour les postes de ministre attribute a chaque clan car maintenant commence l'attribution des ministers juteux
probablement ils seront divises d'une facon equivalente pour que comme a dit le Christ

Que celui qui n'a point faute lance la premiere pierre

comme cela tous seront sur de ne pas jeter la ……….
je vous laisse continuer la phrase

Irene Said

Quelqu'un pour nous expliquer la signification exacte des mots:
indépendant
libre
fort
en ce qui concerne le Liban ?
...merci !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

3ALA ALLAH...

Gros Gnon

Le jour où les ministres seront désignés selon leurs COMPETENCES plutôt que leur appartenance politique ou confessionnelle, le Liban aura fait un grand pas en avant. Ce n’est pas demain la veille...

B M

Les six Sunnites du 8 mars ont essuyé un camouflet retentissant et ce M. Adra ne les représente pas plus que Saad Hariri lui-même.

MIROIR ET ALOUETTE

Nous y voilà. Comme prédit on l'a eu notre gouvernement dans l'esprit et dans la forme et dans le sens désiré pour un Liban NOUVEAU FORT ET DORÉNAVANT INDÉPENDANT et libre.

Dernières infos

Les signatures du jour

Impression de Fifi ABOU DIB

Cartables

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants