X

À La Une

Netanyahu presse l'ONU de condamner le Hezbollah

Tensions

"Le gouvernement libanais, qui devrait être le premier à réagir et à protester, ne fait rien dans la meilleure des hypothèses et est de connivence dans la pire", déclare le Premier ministre israélien.

OLJ/Agences
19/12/2018

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a pressé mercredi l'ONU de condamner le Hezbollah après la découverte de tunnels infiltrant Israël à partir du Liban, et de faire pression sur Beyrouth pour qu'il mette fin aux agissements du parti chiite.

Israël a lancé une intense campagne médiatique avant une réunion mercredi au cours de laquelle le Conseil de sécurité doit discuter de la découverte récente de tunnels souterrains creusés selon l'Etat hébreu par le Hezbollah, sous la frontière libanaise et pénétrant en territoire israélien.

Sur le terrain, l'armée israélienne mène depuis près de deux semaines son opération "Bouclier du Nord", visant à détruire ces tunnels. Ces tunnels sont censés servir à enlever ou assassiner des soldats ou des civils israéliens, et à s'emparer d'une frange du territoire israélien en cas d'hostilités, selon Israël.

M. Netanyahu a qualifié mercredi ces souterrains "d'acte de guerre" de la part du Hezbollah, l'un des grands ennemis d'Israël. "J'appelle tous les membres du Conseil de sécurité à condamner les actes d'agression injustifiées de la part du Hezbollah, à désigner le Hezbollah comme une organisation terroriste dans son intégralité, à pousser à des sanctions plus fortes contre le Hezbollah", a dit M. Netanyahu lors d'une intervention devant la presse. Le Hezbollah est considéré comme une organisation terroriste par Israël et les Etats-Unis, mais seule sa branche armée est classifiée comme telle par l'Union européenne.

M. Netanyahu a appelé le Conseil de sécurité "à exiger du Liban qu'il cesse de permettre qu'on se serve de son territoire pour des actes d'agression" et à "soutenir le droit d'Israël à se défendre contre une agression inspirée et menée par l'Iran", allié du Hezbollah et bête noire d'Israël. "Israël va continuer à faire tout ce qui est nécessaire pour protéger (son) peuple et défendre (ses) frontières", a-t-il ajouté.


(Lire aussi : Les menaces israéliennes et la lecture du Hezbollah, le décryptage de Scarlett HADDAD)


Calme relatif à la frontière
M. Netanyahu a de nouveau présenté le Hezbollah comme "l'instrument" de l'Iran. Il s'en est durement pris au gouvernement libanais, parlant de "fiasco total" de son armée vis-à-vis des agissements du Hezbollah. "Le gouvernement libanais, qui devrait être le premier à réagir et à protester, ne fait rien dans la meilleure des hypothèses et est de connivence dans la pire", a-t-il dit.

Mercredi, la situation était relativement calme dans le secteur de Kouroum el-Charaki, localité libanaise à la frontière entre le Liban et Israël, alors que les travaux d'excavation de l'armée israélienne, qui affirme avoir découvert jusque là quatre tunnels creusés par le Hezbollah traversant la Ligne bleue, se poursuivent en face de Kfar Kila, selon les médias locaux. Des véhicules de l'armée israélienne ont effectué des patrouilles le long de la frontière, et les voix de soldats israéliens installés derrière des remblais pouvaient être entendus, selon ces médias, qui indiquaient qu'aucun excavateur n'était présent dans le secteur. Du côté libanais de la frontière, des soldats de la Force intérimaire des Nations unies (Finul) et de l'armée libanaise, qui a installé une nouvelle caméra de surveillance, sont présents. En face de Kfar Kila, l'armée israélienne poursuivait ses travaux d'excavation, en présence de soldats israéliens et de nombreuses caméras de surveillance. Par ailleurs, 12 soldats israéliens ont franchi la barrière frontalière à hauteur des parcs de Wazzani, et ont effectué une patrouille dans le secteur, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Mardi, l'armée libanaise était parvenue, par l'intermédiaire de la Finul, à faire repousser par Israël des barbelés que ce dernier avait installés au niveau de la Ligne bleue. Depuis lundi, l'armée libanaise est sur le qui-vive à la frontière avec Israël au niveau de Mays el-Jabal, après l'installation par l’Etat hébreu de 200 mètres de barbelés de son côté de la Ligne bleue.


(Reportage : Dans la zone frontalière sous l’emprise du Hezbollah, on veut « provoquer Israël »)



Le Hezbollah "a fermé ses sites de missiles" autour de Beyrouth

Par ailleurs, le chef du gouvernement israélien a déclaré que le parti chiite avait fermé les "sites secrets" présumés autour de l'aéroport de Beyrouth où le parti chiite transformerait des missiles de précision, sur ordre de l'Iran, affirmant que l'organisation de Hassan Nasrallah détenait "quelques douzaines" de missiles de ce type tout au plus.
"Ces sites de conversion de missiles du Hezbollah près de l'aéroport de Beyrouth, dont les renseignements militaires israéliens m'avaient informé, ont été fermés", a déclaré M. Netanyahu. "Ils essaient d'ouvrir d'autres sites, mais en dévoilant l'existence de ces derniers, nous les empêchons de fabriquer des armes de précision", a-t-il ajouté.

Lors d'un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU fin septembre, Benjamin Netanyahu, avait présenté une carte du sud de Beyrouth, montrant trois "sites secrets" présumés où le parti chiite transformerait des missiles de précision, sur ordre de l'Iran. Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait peu après répondu aux déclarations de M. Netanyahu en affirmant qu'il ne voulait ni confirmer ni infirmer ces allégations pour ne pas "donner d'informations à l'ennemi". Le ministre sortant des Affaires étrangères Gebran Bassil avait quant à lui emmené en tournée des ambassadeurs accrédités au Liban pour visiter les sites incriminés et prouver, avait-il dit, que les propos de Benjamin Netanyahu n'étaient que mensonges.

Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah avait, lui, affirmé début novembre que les missiles en possession de sa formation "protègent le Liban" face à Israël, "Depuis 2006, l'ennemi n'ose plus attaquer le Liban en raison de la présence de ces missiles. L'ennemi a tenté récemment d'intensifier les pressions diplomatiques et d'orchestrer une campagne pour faire peur au Liban", avait-il déclaré. "Ni les menaces ni les pressions ni les sanctions ne feront une différence", avait ajouté le chef du Hezbollah.


A plusieurs reprises, le président Michel Aoun a démenti les accusations du Premier ministre israélien sur la présence de missiles du Hezbollah aux alentours de l'aéroport international de Beyrouth. Pour mémoire, des informations israéliennes avait indiqué qu'Israël aurait envoyé un message au gouvernement libanais, via Paris, pour lui demander d’agir contre ce qu'il estime être des centres de production de missiles du Hezbollah, menaçant d'agir militairement.



Lire aussi
Le Liban salue son nouveau héros, l'officier qui a ordonné à l'armée israélienne de reculer

Guterres tire la sonnette d’alarme sur les armes illégales du Hezbollah

Aoun à Kardel : Les allégations israéliennes sur les missiles du Hezbollah sont fausses

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chady

Apres une petite recherche vite fait sur le net, j’ai trouvé un type de missile appartenant a l’armee iranienne. Il s’agit du qiam 1.
Le qiam 1 est entré en service (on ne parle pas de test la, mais d’entree en service) en 2010. Ce missile a une portée de 750 km (israel = 470 km) et a une précision de 500m, ce qui n’est pas forcement top, mais suffisant quand meme.
Ceci dit nous sommes en 2018, il parait que le Hezbollah contrôle le port er l’aeroport soit disant en plus de la frontiere syrienne.
Sur ce, je vais conclure par une question.
A quel point est-il crédible le netanyahu? Te gêne pas puisque yen a si peu des missiles, fais comme en Syrie, protege toi, attaque!!

Yves Prevost

Condamner le Hezbollah, oui, bien sûr, mais doublement Israël!

ACQUIS À QUI

Il vient de réaliser qu'il n'a plus affaire qu'au HEZB LIBANAIS de la résistance, ce qui était déjà insurmontable pour ce CRIMINEL, mais aussi à l'armée LIBANAISE et au PEUPLE LIBANAIS, je veux dire une majorité réelle de ce PEUPLE qui a démystifié CES poltrons.

L'euphorie n'est nullement de mise, la RÉALITÉ EST PRÉSENTE, AU GRAND DAM DE CES POLTRONS ET LEURS ADMIRATEURS.

Saturne

Lebanese did not understand yet what counts is not war or threats or insults. It is a public relation stand.
Israel wages war while talking peace. Lebanese and others threatens with Armageddon while unable to clean the garbage.
it is time to wake up and act wise.

Tina Chamoun

Il ose en plus parler de paix! L'arrogance israelienne n'atteindra donc jamais ses limites? Justement si. Celles que la résistance lui a bien fixées. Héhé

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES PRETENTIONS IMAGINAIRES ET L,EUPHORIE DES UNS COMME DES AUTRES SONT DE MAUVAISES CONSEILLERES ! ELLES N,APPORTENT QUE MALHEURS ET DESTRUCTIONS...

Sarkis Serge Tateossian

La guerre de cent ans ... ?
Il faut tourner la page, créer les conditions d'une paix durable avec les palestiniens et le monde arabe.

Les colonisations abusives et injustes ne sont pas susceptibles de créer cette atmosphère propice.

Allez, que tout le monde penche du côté de la paix.
l'Hégémonie et l'arrogance ne sont pas une garantie pour l'avenir et la sécurité de l'homme.

ACQUIS À QUI

Ce CRIMINEL de nathanmachintruc devient du coup un champion du GOSSIP . HAHAHA.

MAIS PUISQUE TU SAIS TOUT ÇA QUEST CE QUE TU ATTENDS POUR ATTAQUER MON PAUVRE POLTRON ?

La résistance du hezb libanais de la résistance lui donne du boulot et des sueurs froides en ce moment. Lol..

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué