Nos Lecteurs ont la Parole

À propos du livre d’Alexandre Najjar : « Harry et Franz »

par Nasri Antoine DIAB
OLJ
08/12/2018

Comme toutes les grandes épreuves de l’humanité, le cataclysme de la Seconde Guerre mondiale a donné naissance à deux frères siamois : l’ignominie la plus abjecte et la pureté la plus immaculée. Ignominie des cachots de la Gestapo à Paris, et pureté de Noirmoutier en Vendée. Abjection des tortionnaires nazis et pureté de l’abbé allemand. Le Mal, avec la majuscule utilisée par Alexandre Najjar, et son frère siamois, le Bien. Le premier n’est pas Harry, mais le second est bien Franz.

Harry Baur, immense acteur du cinéma français, avec une carrière qui s’est étalée sur trois décennies avant de s’éteindre dans la torture et l’humiliation, n’est pas l’un des siamois, mais est la victime expiatoire qui a permis la polarisation du Mal nazi et du Bien de l’abbé. C’est Franz Stock, dont le procès en béatification a été ouvert en 2009, qui porte seul sur ses frêles épaules tout le poids de la rédemption allemande. Aumônier allemand des prisons françaises, il a gravi le Mont-Valérien, ce Golgotha des temps modernes, avec les condamnés à mort, victimes de représailles aveugles ou de dénonciations calomnieuses ; il a effectué la tournée incessante, inlassable des cellules de Fresnes, de la Santé et du Cherche-Midi (d’où l’on peut entendre tinter le carillon de l’église Saint-Sulpice, comme nous le précise l’auteur, avec son sens inégalé du détail). Il a apporté la bonne parole de la consolation et des missels à ceux qui étaient écrasés, et des barres de chocolat à ceux qui en avaient perdu le goût en même temps que celui de la vie.

Alexandre Najjar nous fait rouler sur la bicyclette de cet ange de compassion dans les rues d’un Paris occupé et défiguré par l’uniforme vert-de-gris et la croix gammée, nous fait vivre ses heures de doute, nous emmène en sa compagnie en train en Bretagne et à Barbizon, nous fait rentrer au Lutétia et autres bâtiments réquisitionnés de la capitale, nous fait assister à une représentation de Sacha Guitry, avant de finir sa tournée sur un clin d’œil personnel : sa période estudiantine au Foyer franco-libanais de la rue d’Ulm, à Paris, voisine de la rue Lhomond où résidait l’abbé Stock et dont le numéro 21-23 perpétue le souvenir avec une plaque comme seules les grandes nations savent les apposer pour commémorer les meilleurs parmi les hommes.

Le plus terrible est cette interrogation de Harry, emmuré dans le noir de sa cellule, emprisonné à tort sur une calomnie qui lui « reprochait » sa judaïté (alors qu’il était chrétien) : le jour où je serai fusillé, s’interrogeait-il, quel cri pourrai-je lancer aux douze gueules noires des fusils du peloton d’exécution, quand d’autres clament « Vive la résistance » ou « Vive le communisme » ? Je serai assassiné sans raison et sans aucune cause à laquelle m’identifier. C’était donc de rater sa mort que Baur avait le plus peur, et non point de mourir. Stock, lui, s’éteindra après la guerre, de fatigue et peut-être de dégoût. La mémoire de Franz est vivace dans l’Église catholique, et celle de Harry est superbement ressuscitée par Alexandre Najjar.

Nasri Antoine DIAB

Avocat, professeur de droit

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.E

Protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge

TRAD Fouad N.

Superbe hommage cher Nasri à notre plus doué écrivain et ami Alexandre dont la plume ravie nos sens et surtout nous donne l'espoir que le Liban sera toujours le chantre de cette belle francophonie qui nous réunie......

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants