X

Idées

Antisionisme, antisémitisme, sortir de l’amalgame

Point de vue
17/11/2018

Le 16 juillet 2017, le président de la République française célèbre la 75e commémoration de la rafle du Vel d’Hiv. Pour la première fois, il a invité le Premier ministre israélien. Après avoir démontré la responsabilité du régime de Vichy dans la déportation des juifs, il conclut : « Nous ne céderons rien à l’antisionisme, car il est la forme réinventée de l’antisémitisme. » Étrange amalgame, puisqu’il confond, dans une même réprobation, un délit – le racisme antijuif – et une opinion qui conteste la pensée de Theodor Herzl.

L’antijudaïsme puis l’antisémitisme traversent l’histoire de l’Europe bien plus que celle du monde arabe. Ils s’y sont traduits, des siècles durant, par des discriminations, des expulsions et des massacres – ainsi lors des croisades, mais aussi, au XIXe siècle, avec les pogromes de l’empire tsariste. Témoin à Paris de l’affaire Dreyfus, Theodor Herzl, correspondant de la Neue Freie Presse de Vienne, en déduit que les juifs, inassimilables, doivent disposer de leur État. Il écrit L’État des juifs (1896), puis réunit le premier Congrès sioniste mondial (1897). « Le sionisme, précise son programme, s’efforce d’obtenir pour le peuple juif en Palestine un foyer reconnu publiquement et garanti juridiquement. »


« Choix par défaut »
Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, malgré le soutien de Londres, les héritiers de Herzl ne rencontrent guère d’écho parmi les juifs : communistes, bundistes, libéraux et orthodoxes s’opposent à leur projet. Et l’immense majorité des 3,5 millions de juifs quittant l’Europe se rendent aux États-Unis. En 1939, la Palestine sous mandat britannique ne compte que 450 000 juifs, soit 2,5 % de la population juive mondiale.

Le génocide nazi bouleverse tout. Six millions de juifs ont été exterminés et des centaines de milliers de survivants ne peuvent pas retourner chez eux : en Pologne, par exemple, des pogromes accueillent ceux qui reviennent. Or Washington leur refuse tout visa. Bon nombre émigrent alors vers la Palestine, puis vers Israël, d’où la guerre de 1947-1949 a chassé 800 000 Arabes. S’agit-il d’un « choix sioniste » ? Pour la majorité, certainement pas : c’est un « choix par défaut ». Et il en ira de même pour la plupart des immigrants juifs arabes, puis des juifs soviétiques. Chassés de leur pays ou recrutés par l’Agence juive, les premiers n’auraient pas pu se rendre ailleurs, et surtout pas dans une Europe en pleine reconstruction. Quant aux seconds, ils profitent de l’accord signé par Mikhaïl Gorbatchev pour quitter légalement l’Union soviétique, avec l’espoir de poursuivre leur périple vers les États-Unis… qui leur refusent tout visa.

Soixante-dix ans et plusieurs vagues d’immigration plus tard, Israël et les territoires occupés comptent 6,5 millions de juifs – et le même nombre de Palestiniens. C’est dire que la majorité des 16 millions de juifs du monde n’y vit pas. De surcroît, en Occident, leur assimilation s’accompagne d’une majorité de mariages avec des non-juifs. Sans compter les centaines de milliers de citoyens israéliens qui ont quitté Israël. Il y en aurait 100 000 à Berlin ! Et, même parmi les récents immigrants juifs français, une forte proportion revient.

Faut-il considérer tous ces juifs qui, de génération en génération, ont résisté aux sirènes du sionisme comme des antisémites ? Ou bien, tout simplement, comme des citoyens ayant préféré poursuivre leur vie dans leur patrie de longue date ou d’adoption ? Historiquement, la petite phrase du président de la République est donc absurde. Politiquement, elle représente un grave danger.


(Lire aussi : Le paradoxe Trump, champion d’Israël et... des suprémacistes antisémites)


Délit d’opinion
La manœuvre des dirigeants israéliens et de leurs inconditionnels français est cousue de fil blanc : comme ils se savent isolés, ils tentent de criminaliser toute critique. Premier objectif de l’opération : la condamnation de la campagne boycott-désinvestissement-sanction (BDS), que la Cour européenne des droits de l’homme peut néanmoins encore modifier. Car Federica Mogherini, la haute représentante pour la politique extérieure et de sécurité, répète régulièrement : « L’Union européenne se positionne fermement pour la protection de la liberté d’expression et de la liberté d’association, (…), y compris en ce qui concerne les actions BDS », avait-elle déclaré en septembre 2016.

D’où un second objectif, auquel le propos d’Emmanuel Macron risque d’ouvrir la voie : l’interdiction de l’antisionisme (sic). En novembre 2017, Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), demandait au Premier ministre que la « définition, qui prend en compte l’antisionisme comme forme nouvelle de l’antisémitisme, soit transposée dans l’arsenal législatif ». Si ce projet prenait corps, le Conseil constitutionnel le bloquerait sans doute en route. Sinon, ce serait la première fois, depuis la guerre d’Algérie, que la France réinstaurerait le délit d’opinion. Emmanuel Macron hésite visiblement à se laisser instrumentaliser par une offensive liberticide ? Pour l’instant, la petite phrase a disparu de ses discours…

Si cette disparition devait se confirmer, ce serait un échec de première grandeur pour le CRIF, dans un pays où le conflit israélo-palestinien est naturellement « importé » : la France ne compte-t-elle pas les plus nombreuses communautés musulmane et juive d’Europe ? Or la bataille du lobby pro-israélien pour la criminalisation de la campagne BDS, on l’a vu, n’a pas pleinement abouti, pas plus que sa volonté d’imposer, sous une forme ou sous une autre, une loi interdisant l’antisionisme.

Au-delà, c’est la bataille de l’opinion que le CRIF a perdue. Selon une enquête publiée en mai par l’institut de sondage IFOP, 57 % des Français ont une « mauvaise image d’Israël », 69 % une « mauvaise image du sionisme » et 71 % pensent qu’« Israël porte une lourde responsabilité dans l’absence de négociations avec les Palestiniens ». Sont-ils pour autant antisémites ? Évidemment non. Une enquête publiée en janvier 2017 par l’institut Ipsos montre que les sympathisants de la France insoumise et du Parti communiste sont à la fois les plus critiques vis-à-vis de la politique d’Israël et les plus empathiques envers les juifs de France. « Au niveau individuel, conclut l’enquête, il n’y a pas de relation évidente entre l’antisémitisme et l’antisionisme. » CQFD.

Par Dominique VIDAL

Journaliste, historien et membre du conseil scientifique de l’Institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient (iReMMo). Dernier ouvrage : « Antisionisme = antisémitisme? Réponse à Emmanuel Macron » (Libertalia, 2018).


Lire aussi
Entre Israël et les juifs américains, chronique d’un divorce assumé


Pour mémoire
En Israël, Merkel se fait le porte-voix de la lutte contre l’antisémitisme

La bombe à retardement d’al-Jazira sur les lobbies pro-israéliens

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Yves Prevost

Quelques remarques:
- En effet, il serait grave de confondre anti-juif et anti-sioniste. Dans le premier cas, il s'agit de racisme, toujours condamnable, dans le deuxième cs, d'une simple opinion politique, donc libre.
- L'expression "antisémitisme" pour qualifier le racisme anti-juif, est loin d'être pertinente. Les arabes sont également des sémites. De même qu les libanais (d'origine phénicienne) et les syriens (d'origine araméenne). En fait, pratiquement tous les moyen-orientaux.
- En France, le délit d'opinion existe bel et bien. La loi interdit, par exemple, d'affirmer (même en apportant toutes les preuves) que le nombre de juifs tués dans les camps nazis est inférieur à trois millions. Ceci, sans compter d'autres opinions passibles de lynchage médiatique, comme "génocide vendéen", "bienfaits du colonialisme", ou remettre en cause la sacro-sainte Révolution que l'on dit "française".

L’azuréen

La notion d’antisemitisme en France est ambiguë car il semblerait que la communauté juive se soit arrogée le droit à l’identité sémitique alors que les arabes sont aussi des sémites! Quant au sionisme l’opinion comprend très bien qu’il s’agit d’un nationalisme religieux exacerbé et égoïste

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,ANTISIONISME EST UNE CHOSE ET L,ANTISEMITISME UNE AUTRE.

Bery tus

Et quand je dis un état je ne parle pas sûrement d’un état juifs ... mais d un état tout court et si je n’ai pas parler d’u. État palestinien en parlant de kurde et autres c’est que pour moi cet état est la et c’est eux qui sont les généreux et non Israël tel qu’on l’a connait et se moment

Bery tus

Tres belle initiative de la part des juifs libre ... super mais comme tout peuple dans le monde ils ont le droit de revendiquer un état ... tout comme les kurdes et les rohyngas et tous les autres !!!

Sarkis Serge Tateossian

Le problème en politique c'est que n'importe qui peut diriger un pays, un peuple... Il n'y a pas de diplôme exigé.

L'important c'est de franchir des étapes et arriver au pouvoir.

Soit par suffrage univerdel, soit par un coup de force.

Vous êtes démocrate dans le premier cas et dictateur dans le second.

Mais dans les deux cas vous pouvez être nul ou génie.
Par contre un dictateur on sait pertnement qu'il sera laid, très laid, violent et barbzre en plus...

Mais pourquoi l'humain ne cherche-t-il pas à trouver les démocrates intelligents, sages et performants ?

Le pont

Il est étonnant qu'un homme aussi cultivé que le Président Macron s'aventure sur la terre du nationalisme et de vouloir le protéger, alors qu'il le combat chez lui en France et en Europe. Le sionisme a abouti. A présent le Président Macron devrait, au contraire, promouvoir auprès d'Israël, le post-sionisme qui se résume à convertir cet Etat religieux en un Etat laïque.

Ne cherche-t-il pas le soutien des juifs pour paraître beau à nouveau au yeux du Président Trump?

ACE-AN-NAS

Quelle bonne fée s'est posée sur l'olj pour qu'on ait le privilège de lire un article de cette qualité ?

Une journée à marquer d'une pierre Blanche.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué