X

À La Une

Meurtre Khashoggi : des "nettoyeurs" envoyés à Istanbul pour effacer les preuves

arabie saoudite-turquie

Alors que le corps du journaliste saoudien reste introuvable, ses fils ont demandé aux autorités saoudiennes de restituer sa dépouille afin que la famille puisse faire le deuil.

OLJ/AFP
05/11/2018

Des "nettoyeurs" saoudiens ont été envoyés à Istanbul pour effacer les preuves du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, dont le corps reste introuvable un mois après sa disparition, a affirmé lundi un haut responsable turc.

Deux hommes, un chimiste et un expert en toxicologie, sont arrivés à Istanbul le 11 octobre, neuf jours après le meurtre de Khashoggi qui a provoqué l'indignation à travers le monde et terni l'image de l'Arabie saoudite, notamment du prince héritier Mohammad ben Salmane. "Nous pensons que ces deux individus sont venus en Turquie dans le seul but d'effacer les preuves du meurtre de Jamal Khashoggi avant que la police turque ne soit autorisée à fouiller les locaux", a indiqué le responsable turc sous couvert d'anonymat.

Cette même source a confirmé des informations publiées lundi par le journal progouvernemental turc Sabah qui identifie le chimiste comme étant Ahmed Abdulaziz Aljanobi et l'expert en toxicologie comme Khaled Yahya Al Zahrani. Selon Sabah, les deux hommes ont quitté la Turquie le 20 octobre après s'être régulièrement rendus au consulat et à la résidence du consul saoudien à Istanbul.
La police turque n'a reçu l'autorisation de fouiller le consulat que le 15 octobre et la résidence deux jours plus tard.

"Le fait qu'une équipe de nettoyeurs a été dépêchée d'Arabie saoudite neuf jours après le meurtre suggère que de hauts responsables saoudiens étaient au courant de la mise à mort de Khashoggi", a déclaré le responsable turc.

Alors que le corps de Khashoggi reste introuvable plus d'un mois après le meurtre, les fils du journaliste ont demandé aux autorités saoudiennes de restituer sa dépouille afin que la famille puisse faire le deuil. "Tout ce que nous voulons maintenant, c'est l'enterrer (au cimetière) Al Baqi à Médine avec le reste de sa famille", a déclaré Salah Khashoggi dans une interview à la chaîne américaine CNN diffusée dimanche. "J'ai parlé de ça avec les autorités saoudiennes et j'espère juste que cela arrivera bientôt", a-t-il ajouté.



(Lire aussi : Un mois après sa mort, qu'est-il advenu du corps de Khashoggi ?)



Dissous à l'acide ?
Jamal Khashoggi, un éditorialiste critique du pouvoir à Riyad qui écrivait notamment pour le Washington Post, a été tué le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul où il s'était rendu pour effectuer des démarches administratives.

Après plusieurs jours de dénégations, les autorités saoudiennes ont reconnu sa mort au consulat à Istanbul, mais ont avancé plusieurs versions qui ont été accueillies avec scepticisme. Riyad a ainsi d'abord évoqué une "rixe" ayant mal tourné, avant d'affirmer que le journaliste âgé de 59 ans avait été tué lors d'une opération qui n'avait pas été autorisée et dont le prince ben Salmane n'avait pas été informé.


(Lire aussi : La fiancée de Khashoggi exige vérité et justice)



Le parquet d'Istanbul a affirmé la semaine dernière que Khashoggi avait été tué dès son entrée dans le consulat et son corps démembré.
Un conseiller du président Recep Tayyip Erdogan, Yasin Aktay, a évoqué vendredi la possibilité que le corps du journaliste ait été dissous dans de l'acide.
"Depuis quelque temps, certaines personnes évoquent la destruction (du corps) avec de l'acide. Il faut que toute la lumière soit faite sur ce point", a déclaré lundi le vice-président turc Fuat Oktay.


La Turquie et l'Arabie saoudite ont ouvert des enquêtes sur ce meurtre, mais une extrême méfiance règne entre les autorités des deux pays. Dans une tribune publiée vendredi par le Washington Post, M. Erdogan a accusé les "plus hauts niveaux du gouvernement saoudien" d'avoir commandité le meurtre, tout en excluant le roi Salmane.

Moins indirects, la presse proche du pouvoir et des responsables turcs parlant sous couvert d'anonymat n'ont eu de cesse depuis un mois d'impliquer le prince héritier MBS.

L'affaire Khashoggi a plongé Riyad dans une tempête diplomatique et attiré l'attention médiatique sur la guerre dévastatrice que l'Arabie et ses alliés mènent au Yémen.



Lire aussi

Quand Israël vole à la rescousse de MBS

Khashoggi étranglé et démembré d'une manière préméditée, selon Ankara

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES AIDES AUX BOUCHERS...

Sarkis Serge Tateossian

Pour comprendre, ce piège tendu Par la Turquie, contre le prince héritier MBS il faut recouper les déclarations entre Trump, effendi Erdog, et MBS... Depuis le début de l'affaire.

Personne ne dit que l'Arabie Saoudite est une democratie, personne ne dit que ce pays ne tranche pas les têtes pour un oui ou pour non... (Tout est claire et visionable sur youtube).

Ce qui est choquant, c'est le fait que la Turquie à tout fomenté depuis le debut, pour démolir l'Arabie (ce pays est capable de trahir de la même manière tous ses partenaires ou alliées sans exception...) et jour après jour continue à distiller des informations soit disant "des preuves" et qui sont totalement contradictoires et ridicules.

Ridicules car un pays qui parle au nom de sa plus haute juridiction, comment voulez vous qu'il soit crédible en annonçant un jour que 15 proches du prince MBS se sont déplacé à Istanbul pour faire disparaître le corps du journaliste khashoggi, le lendemain que le corps est au fond d'un puits, un autre jour dans une forêt, puis peut être fondu dans de l'acide, maintenant la même Turquie annonce qu'il s'agit plutôt de 2 "nettoyeurs" saoudiens qui de sont dépêché depuis Riyad .... Pour faire disparaître le corps.

Et ainsi ce feuilleton continue et change de version et de scénario au gré des joures et des circonstances....

Cela fait trop !
Ce ne sont plus des preuves présentées par un état digne de ce nom mais plutôt des gags orchestrés par des mafieux...

Fredy Hakim

Des avions privés et des responsables proches
de MBS faisant des aller retour entre Istanbul et
le royaume, un consul rapatrié d’urgence, une équipe
qui tente de retourner sur place dans un jet privé... et
tout cela sans l’accord et la signature du prince????
Dans un pays où tout est sous son contrôle!!!!

Saliba Nouhad

Allez, dans quelques semaines, on n’en parle plus!
Les turcs auront marqué des points importants contre les saoudiens mais sans vouloir de cassure complète..
Mr Trump, sans aucun état d’âme, s’intéresse seulement aux milliards en armement et comment contrer l’Iran...
Le reste du monde Occidental assiste à cette mascarade avec ses ONG qui crient au meurtre horrible, barbare, impardonnable et puis, pas un seul dirigeant européen n’a dénoncé ceci ni appelé à des sanctions...
Les intérêts géopolitiques et commerciaux n’ont rien à faire avec une moralité naïve,
sentimentaliste et irréaliste car des meurtres politiques horribles ont lieu tous les jours dans le monde ainsi que les crimes contre l’humanité et qui passent inaperçus!
Ainsi va le monde!

Amère Ri(s)que et péril.

Après une discussion assez sérieuse avec un expert de la famille des bensaouds , je voudrai apporter un bémol sur l'accusation un peu trop facile et hâtive du l'héritier .

L'orchestration est un peu trop bien huilée , une semaine avant le cas Khashoggi , le clown menace le royaume , pourquoi le menaçait il ? Incompréhensible qu'on menace un allié aussi fidèle , on a pas d'explications .

Je ré-entend les réponses de l'héritier qui dit , nous payons grassement nos armes et que si les choses devaient tourner mal , le prix du pétrole serait doublé voir triplé . Comment peut on répondre de cette façon à la main qui vous tient la tête hors de l'eau ? pas d'explications .

La Turquie de l'hypocrite erdo tire en ce moment tous les bénefs de ce " coup" , la livre turque rebondit , levée des sanctions sur des ministres turques et alliance contre des kurdes à Manbij et dans le nord de la Syrie . Etrange !

Cet héritier s'est fait piégé par ses propres alliés qui voulaient lui maintenir la tête dans le gaz , mais lors de la conférence du Davos du désert , les russes et les chinois ont signé des contrats juteux de l'ordre de 500 milliards de usd .

D'où le rétropédalage des usa/israel qui parlent de protéger la bensaoudie .

Je n'ai tjrs aucune sympathie pour cet héritier qui n'a eu que ce qu'il mérite , mais j'attire l'attention sur le fait que subir et agir pour le compte de ces affamés ne conduit pas au bonheur forcément .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour ou contre les manifestations, la position mitigée du Hezbollah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants