X

Liban

Geagea compte proposer des « mesures concrètes » pour enrayer la situation économique « critique »

Gouvernement

Après l’incident d’Huvelin, le chef des FL appelle les étudiants relevant de sa formation au calme.

OLJ
12/10/2018

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a de nouveau appelé hier à la formation rapide du gouvernement au vu de l’urgence de la situation économique. Il a également appelé les partisans des FL au calme au lendemain de l’incident qui a éclaté à l’Université Saint-Joseph, rue Huvelin, à Achrafieh, entre étudiants militants des FL et du Courant patriotique libre.

« La situation économique est critique. Nous avons besoin de mesures concrètes. Si le gouvernement venait à être formé dans les prochains jours, nous en proposerions. Dans le cas contraire, nous proposerons d’autres mesures, conformes à la Constitution. En cette période, nous nous considérons comme les protecteurs de l’argent public et de l’intérêt des gens. » C’est la raison pour laquelle les FL devraient être fortement présentes dans le prochain gouvernement, a-t-il dit, « de sorte à pouvoir accomplir la mission qu’attendent de nous les Libanais », a déclaré M. Geagea lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion hebdomadaire des membres du bloc de la République forte, à Meerab.

Le chef des FL a indiqué que les membres de son bloc allaient proposer des « mesures d’urgence » à prendre afin d’« empêcher un effondrement économique ». Il a, par ailleurs, souligné que le partage des portefeuilles ministériels « n’est pas la raison du retard de la formation du gouvernement ».

« Nombreux sont ceux qui croient que c’est la question de la répartition des quotes-parts qui pose problème et empêche la naissance du cabinet. Ce n’est pas notre avis », a-t-il dit, en rappelant que les FL avaient dans le passé refusé de prendre part au gouvernement parce qu’elles « n’étaient pas convaincues qu’elles pouvaient avoir un impact quelconque ».

Depuis qu’il a été chargé, le 24 mai, par le président de la République Michel Aoun de former le gouvernement, le Premier ministre désigné, Saad Hariri, se heurte aux revendications concernant le nombre de portefeuilles et leur répartition entre les différentes formations politiques. Mardi, M. Hariri avait exprimé l’espoir d’achever la formation de son équipe ministérielle d’ici à dix jours. De nombreux responsables mettent en garde contre la détérioration de la situation économique, l’un des arguments avancés pour accélérer la formation du gouvernement, attendue depuis cinq mois.

La querelle entre les FL et le Courant patriotique libre sur leurs quotes-parts respectives des portefeuilles est l’un des principaux obstacles à la naissance du gouvernement. Il y a quelques jours, le chef du CPL, Gebran Bassil, s’était dit attaché au critère d’un ministre pour cinq députés, estimant dans ce contexte que les FL n’ont droit qu’à trois ministres au sein du prochain cabinet (vu que les députés des FL sont au nombre de 15). Les FL insistent de leur côté pour se voir octroyer au moins quatre portefeuilles sur les trente ministres qui devraient composer le gouvernement, du moment, disent-elles, qu’elles représentent plus de 30 % des voix chrétiennes.

Les tensions politiques entre les deux formations chrétiennes se sont invitées à Huvelin où une bagarre a éclaté mercredi entre des étudiants militants FL et CPL, ainsi que dans le village de Ferzol, dans la Békaa, où une autre dispute avait opposé des partisans des deux camps, autour de l’installation par des militants FL sur un emplacement contesté d’une statue à la mémoire des victimes du parti originaires de la localité tombées durant la guerre, provoquant la colère du député Michel Daher, membre du groupe parlementaire aouniste.

« J’appelle les étudiants FL à la retenue et à ne pas répondre aux provocations car la situation du pays ne le permet pas », a déclaré le leader des FL, assurant que la réconciliation avec le CPL était toujours en vigueur. Les deux partis sont liés par l’accord de Meerab qui avait notamment permis au fondateur du CPL, Michel Aoun, d’accéder à la présidence de la République en 2016, grâce au soutien des FL.


Lire aussi

Voyance rance, le billet de Gaby NASR

Bassil : Je ne bloque pas la formation du gouvernement

Pour Meerab, l’enjeu véritable de la quote-part FL est le nécessaire équilibre politique du gouvernement

Données contradictoires sur la date de formation du gouvernement

Et quand ils seront tous morts ? le billet de Fifi Abou Dib

Hariri critique Bassil et reprend l’initiative

« Nous attendons que le Premier ministre termine ses négociations », affirme le bloc aouniste

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE SEUL, L,UNIQUE A PARLER FRANCHEMENT ET LOGIQUE DANS LA TOURMENTE D,HEBETUDE QUI SEVIT CHEZ NOS ABRUTIS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué