L'impression de Fifi ABOU DIB

Et quand ils seront tous morts ?

IMPRESSION
11/10/2018

En ces jours bas de plafond, on essaie comme on peut de prendre de l’altitude ou, à défaut, un peu de distance : « Tout ne va pas mal, tout ne va pas si mal, ça va aller, ça va plutôt bien, ça va, ça va. » Mais on le sait bien, que cela s’en va. Bientôt trente ans depuis la fin officielle de la guerre. Trente ans ; plus d’une génération. Ils sont donc nombreux, les jeunes adultes qui n’ont pas connu l’ordinaire des venelles obscures, des murs de conteneurs qui sectionnaient la ville, des rues où l’on n’allait pas, des appartements vieillissants auxquels on hésitait à apporter le moindre coup de peinture, qui sentaient l’abandon, l’insecticide et le temps suspendu de guingois.

Eux, ils héritent d’une capitale où l’on peut circuler en toute liberté – bien que peu se hasardent en dehors de leur périmètre familier. Leur environnement est hérissé de tours de verre (des tours de verre ! qui l’aurait cru au temps où la guerre faisait la fortune des vitriers?). D’arrogantes architectures ont poussé en lieu et place de ces maisons vénérables aux toits crevés, aux jardins en friche, où d’improbables artistes œuvraient à leur improbable gloire, et dont les habitants avaient pris sans retour le ferry de Chypre qui fendait les nuits presque sans bruit.

Certes, tout est relatif, et à cette aune, on se trouve plutôt bien. Mais près de trente ans plus tard, tout de même, on est en droit de se demander ce qu’on a fait de cette paix, même bancale, même tombée sur nous comme une poire blette, les combats n’ayant cessé que faute de combattants. Si l’apparence est aujourd’hui relativement sauve et que la vie continue – c’est après tout ce pour quoi la vie est faite–, le fond, lui, est gravement gangrené.

Il n’est pas nécessaire de vivre sous les obus pour se sentir en danger. Nous sommes en danger. On ne peut pas sauver un pays en le confiant à ceux qui l’ont perdu. On ne peut pas confier l’avenir à une classe politique précisément issue de ce passé désastreux, meute de rois nus aux lauriers fanés, qui ont inventé à leur dérisoire échelle le trumpisme avant Trump et ne savent pas faire autre chose que ce qu’ils ont toujours fait : mobiliser des désespérés et leur donner à ronger l’os de leurs propres fantasmes.

Et quand ils seront tous morts – par une bizarrerie du destin, de leur belle mort ? Serons-nous libérés de leur gestion archaïque et de leurs nauséeuses méthodes ? La jeunesse de ce pays, ou ce qu’il en sera resté, cette jeunesse qui ne s’est jamais sentie représentée par ces figures d’un autre âge, tous ces brillants étudiants et créateurs qui viennent chaque année grossir les rangs des désabusés, sauront-ils en remontrer aux briseurs d’élan, exiger et bâtir un État à la hauteur de leurs rêves, eux qui iraient jusqu’à changer le monde ? Il faut croire que oui, qu’ils en ont et en auront le pouvoir. Simplement parce qu’ils sont nés au seuil d’une nouvelle ère dont ils sont seuls à détenir les clés et comprendre les vrais enjeux. Ils ont tout à nous apprendre, ils sont nos ailes. Que les vents leur soient propices.

À la une

Retour à la page "Impression"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR QUE LES VENTS SOIENT PROPICES IL FAUT AVANT TOUT DEGAGER TOUS LES ABRUTIS QUI GOUVERNEMENT EN DIFFERENTES ECHELLES CE PAUVRE PAYS... ET C,EST UN TRAVAIL MALHEUREUSEMENT D,HERCULE ! CAR LES CITOYENS EUX-MEMES LES PROPULSENT A LEURS ETERNELS POSTES ET LE TRAVAIL DOIT COMMENCER A EDUQUER LES NOUVELLES GENERATIONS DE CITOYENS... ET IL FAUT EN EDUQUER PLUSIEURS !

Bambino

Vous faites montre là d'un bel optimisme ma chère Fifi. Quand ils seront tous morts, ce seront leurs enfants qui prendront le flambeau, ce qui est déjà d'aiĺleurs souvent le cas.Comment mettre fin à ces dynasties? Telle est la vraie question.

Saliba Nouhad

Excellent: « on ne peut sauver un pays en le confiant à ceux qui l’’ont perdu, ni confier l’avenir à une classe politique issue de ce passé désastreux... »
Vous résumez tellement bien et en quelques mots le drame du Liban!
Oui, et quand ils seront morts, vous voulez espérer que la jeunesse désabusée, faite de brillants étudiants et créateurs vont libérer le pays de cette gestion archaïque?
C’est malheureusement là où le bat blesse:
1- la majorité de cette jeunesse des classes moyennes va se spécialiser à l’étranger où elle va briller, s'épanouir, loin des influences néfastes et pistons communautaires et ne reviendra plus au pays!
2- ceux qui restent sont souvent soit issus de familles ou dynasties féodales qui en font des fils à papa gâtés et intéressés à perpétuer ce système tribal archaïque où viennent de milieux moins nantis et défavorisés dépendant encore plus de cette caste corrompue pour se faire leur place au soleil!
À moins que je me trompe et que ces jeunes vont vivre dans un monde tellement différent, plus éduqué, égalitaire, et démocratique qu’ils auront le courage de mener une révolte populaire supra communautaire et transformer le pays...
Mais, malheureusement, je ne vois pas ce changement de sitôt!

stambouli robert

bel article
Neanmoins au Liban les leaders meurent ( ou sont assassinnes) mais leurs enfants deviennent les leaders a nouveaux
RIEN NE CHANGERA DONC les mentalites resteront les memes
car les jeunes penseront comme leur pere ( ou frere/cousins.gendre...etc ) que si ca a marche pour eux jusqu'a present il n y a aucune raison de changer

D'ailleurs la loi pour les deputes qui leur donne meme quand ils ne sont plus deputes , a eux et leurs enfants et petits enfants une indemnite pour avoir servi le pays ou etre un descendant de quelqu'un qui a servi la patrie ( Meme si il n 'est jamais venu ou Presque au parlement )ouvre le chemin a cette pensee
unique au monde

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

22 octobre 1989-22 octobre 2018, Taëf entame sa 30e année

En toute liberté de Fady NOUN

La vérité et le dialogue des cultures

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué