X

À La Une

Moscou va mener des manœuvres en Méditerranée sur fond de tensions en Syrie

Conflit

Pour le porte-parole du Kremlin, rester les bras croisés face aux "terroristes d'Idleb" n'apporterait rien de bon.

OLJ/Reuters
30/08/2018

La Russie prépare des manœuvres navales en Méditerranée qui mobiliseront 25 navires et 30 avions du 1er au 8 septembre, alors que la situation se tend autour de la province d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, l'un des derniers bastions de l'insurrection contre le président Bachar el-Assad.

Le Kremlin a justifié ces manœuvres par la situation dans cette région d'Idleb, présentée par Moscou comme un "foyer du terrorisme", où les forces gouvernementales syriennes semblent sur le point de lancer une offensive. Pour le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, interrogé jeudi, rester les bras croisés face aux "terroristes d'Idleb" n'apporterait rien de bon. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait déjà estimé mercredi que le territoire tenu par les rebelles dans la région d'Idleb était un "abcès purulent" qui devait disparaître.

Les manœuvres militaires russes comprendront des exercices de défense anti-aérienne, anti-submersibles et anti-mines, a précisé le ministère de la Défense, cité par l'agence Tass. "Dans le but d'assurer la sécurité de la navigation maritime et aérienne, et dans le respect du droit international, les zones où se dérouleront les manœuvres seront déclarées dangereuses pour les navires et les avions", ajoute le ministère.

Moscou, tout en renforçant sa présence navale en Méditerranée, s'est inquiété d'une augmentation des effectifs de l'armée américaine au Proche-Orient, peut-être en prévision d'une attaque contre les forces syriennes.



(Lire aussi : La Russie se montre conciliante pour ne compromettre aucun objectif à Idleb)


Inquiétudes de l'ONU
L'ambassadeur de Russie à Washington, Anatoli Antonov, a cette semaine mis en garde les Etats-Unis "contre toute agression illégale et sans fondement contre la Syrie". Le diplomate russe a rencontré plusieurs hauts responsables américains, dont le représentant spécial pour la Syrie James Jeffrey, et leur a fait savoir que Moscou s'inquiétait de signes indiquant que les Etats-Unis préparent de nouvelles frappes contre le régime syrien.

Le 22 août dernier, le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton a averti que les Etats-Unis réagiraient "durement" à l'usage d'armes chimiques ou biologiques lors d'une éventuelle offensive contre Idleb.

Samedi, le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, a accusé les rebelles syriens de préparer une attaque chimique dans la province d'Idleb pour en accuser ensuite le gouvernement de Damas, donnant ainsi un prétexte aux Occidentaux pour frapper les positions de l'armée syrienne.

En visite jeudi à Moscou, le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem, a affirmé que son pays ne possédait pas d'arsenal chimique et n'avait de toute façon nul besoin de tels armements. Après avoir rencontré Sergueï Lavrov, il a souligné que c'était le devoir de l'armée syrienne de reprendre le contrôle d'Idleb, en chassant notamment les islamistes d'al-Nosra, tout en évitant le plus possible les pertes civiles. Les forces gouvernementales "iront jusqu'au bout", a-t-il assuré.

L'émissaire des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, a fait part jeudi de ses préoccupations à propos de la situation en Syrie. Selon lui, il y a actuellement dans la province d'Idleb 10.000 "terroristes" d'al-Nosra et d'el-Qaëda. Il a invité la Russie, l'Iran et la Turquie à multiplier les efforts pour tenter d'éviter une escalade militaire dans ce secteur, où il a dit craindre "une véritable tourmente", avec notamment le risque d'un recours aux armes chimiques d'un côté comme de l'autre. Il a souhaité l'établissement d'un couloir humanitaire pour permettre à la population civile d'évacuer la région.


Repère 
La province d'Idleb, ultime grand bastion rebelle et jihadiste en Syrie


Lire aussi
La Russie renforce sa présence navale au large de la Syrie

Moscou accuse les rebelles de vouloir utiliser des armes chimiques à Idleb

Ankara met en garde Moscou contre une "catastrophe" à Idleb

A Idleb, un chef jihadiste met en garde les rebelles contre des pourparlers avec Damas

Rapts et assassinats attisent la colère contre les insurgés d'Idleb

A Idleb, une offensive du régime syrien sera limitée, selon les experts

À Idleb, le premier jour du reste de la guerre

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants