X

À La Une

Armes chimiques : Washington, Paris et Londres avertissent Damas

Syrie

"Que les choses soient claires : si le régime syrien emploie des armes chimiques, nous réagirons très fortement, et ils feraient bien de réfléchir un bon moment avant une quelconque décision", a affirmé John Bolton. 

OLJ/AFP
22/08/2018

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont averti mardi le président syrien Bachar el-Assad qu'ils ne laisseraient pas impunie toute utilisation d'armes chimiques par le régime de Damas dans son offensive pour reprendre la province d'Idleb.

Dans un communiqué commun, les trois pays, membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, se sont déclarés "profondément préoccupés" par l'offensive militaire des forces du régime à Idleb et par ses conséquences humanitaires. "Nous soulignons également notre inquiétude face à une possible - et illégale - nouvelle utilisation d'armes chimiques", écrivent-ils. "Nous restons résolus à agir si le régime d'Assad utilise à nouveau des armes chimiques".  

Cette déclaration des trois puissances intervient cinq ans jour pour jour après l'attaque au gaz sarin dans la région de la Ghouta, près de Damas, qui a fait selon Washington au moins 1.429 morts. L'attaque a été attribuée au régime de Bachar el-Assad.

"Notre position sur l'utilisation par le régime d'Assad d'armes chimiques reste inchangée", stipule le communiqué. "Comme nous l'avons démontré, nous répondrons de manière appropriée à toute autre utilisation d'armes chimiques par le régime syrien, qui a eu par le passé des conséquences humanitaires épouvantables pour la population syrienne", préviennent-ils.  


(Pour mémoire : Armes chimiques : l'OIAC pourra désigner les auteurs des attaques en Syrie)


Par ailleurs, le conseiller du président américain à la sécurité nationale, John Bolton a prévenu, lors d'une visite à Jérusalem, que les Etats-Unis répliqueraient "très fortement" si le régime syrien se servait d'armes chimiques.
John Bolton a espérer que de précédentes frappes américaines contre le régime syrien auraient un effet dissuasif. "Mais que les choses soient claires : si le régime syrien emploie des armes chimiques, nous réagirons très fortement, et ils feraient bien de réfléchir un bon moment avant une quelconque décision", a-t-il affirmé.

La France, le Royaume-Uni et les États-Unis avaient lancé le 14 avril 2018 des frappes d'une ampleur inédite contre le régime de Damas, qu'ils accusaient d'avoir mené une semaine plus tôt une attaque chimique sur Douma, près de Damas. Ces raids, menés en une nuit, avaient visé trois sites liés, selon eux, au programme d'armement chimique syrien et situés près de Damas et dans le centre du pays.  

Après sept années de guerre, Bachar el-Assad veut reprendre le contrôle de la province d'Idleb, à la frontière avec la Turquie, encore largement dominée par les rebelles et jihadistes.

Le Conseil de sécurité doit se réunir la semaine prochaine pour discuter de la situation humanitaire en Syrie. 


Pour mémoire
Attaque chimique présumée à Douma : quelles preuves sur place ?

Du sarin et du chlore utilisés dans deux attaques en Syrie en mars 2017

Armes chimiques : Paris gèle les avoirs d'entités syriennes et libanaises

Trois entreprises belges poursuivies pour l'envoi de produits chimiques au Liban et en Syrie

L’OIAC à Douma : un pari perdu d’avance ?

Les Casques blancs faussement accusés d'avoir mis en scène l'attaque chimique à Douma    

Les habitants de Douma redécouvrent leur ville ravagée

Ce que l'on sait de la mission de l'OIAC en Syrie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PUISQU,ILS AVERTISSENT C,EST QU,ILS ONT DONNE LE FEU VERT !

Irene Said

Habituellement on met des fleurs sur les tombes...
avec les portraits des décédés...
C'est beau le culte de la personnalité, même au millieu des ruines...provoquées par ces deux dictateurs.
Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants