X

À La Une

Libération de Ahed Tamimi, jeune Palestinienne détenue pour avoir giflé des soldats israéliens

Proche-Orient

Le chef de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qui a reçu l'adolescente, a salué "un modèle de la lutte palestinienne pour la liberté, l'indépendance et l'établissement de notre Etat palestinien".

OLJ/AFP
29/07/2018

Une adolescente palestinienne, Ahed Tamimi, devenue une icône de la résistance contre l'occupation israélienne, a été libérée dimanche et accueillie par une foule de supporters et de proches, après huit mois passés en prison pour avoir giflé deux soldats.

Libérées tôt le matin, la jeune fille de 17 ans et sa mère Narimane, également emprisonnée après l'incident, ont été conduites par des soldats jusqu'à leur village de Nabi Saleh près de Ramallah en Cisjordanie, un territoire palestinien occupé depuis plus de 50 ans par l'armée israélienne.

En larmes, l'adolescente a embrassé les membres de sa famille et les soutiens venus l'accueillir, sur un petit chemin menant à la bourgade. Puis, son père, Bassem, a accompagné sa fille et son épouse à la maison sous les cris de la foule: "Nous voulons vivre libres !"  "La résistance continuera jusqu'à ce que l'occupation prenne fin", a clamé devant un mur de caméras l'adolescente qui semblait détendue même si parfois submergée par les journalistes qui la poursuivaient. "Je suis très contente d'être revenue dans ma famille mais ce bonheur est gâché parce que des prisonniers sont toujours détenus", a-t-elle ensuite dit lors d'une conférence de presse dans le village.

T-shirt noir et épaules recouvertes d'un keffieh, châle symbole de la résistance palestinienne, Ahed Tamimi, entourée de ses parents, a ajouté qu'elle refusait de répondre aux questions de journalistes israéliens en raison selon elle de leur couverture médiatique injuste. Interrogée sur son avenir, elle a dit souhaiter étudier le droit afin de pouvoir défendre "la cause palestinienne". Avant sa conférence de presse, l'adolescente a rendu visite à des proches qui ont perdu l'un des leurs, tué par des soldats israéliens.


Photo REUTERS/Mussa Qawasma


(Pour mémoire : Ahed Tamimi agressée verbalement et psychologiquement, accuse sa famille)


"Un modèle"
Elle a en outre déposé des fleurs sur la tombe du dirigeant palestinien Yasser Arafat à Ramallah où elle a rencontré le président Mahmoud Abbas.  Ce dernier a salué l'adolescente, "un modèle de la lutte palestinienne pour la liberté, l'indépendance et l'établissement de notre Etat", selon un communiqué officiel. "La résistance populaire pacifique est la meilleure arme pour faire face à l'arrogance de l'occupation et montrer sa barbarie au monde", a-t-il dit.

Ahed Tamimi avait été arrêtée le 19 décembre 2017, quelques jours après avoir été filmée dans une vidéo devenue virale sur internet. Les images la montraient s'approchant avec sa cousine Nour Tamimi de deux soldats appuyés sur un muret, dans la cour de sa maison à Nabi Saleh. Les deux jeunes filles leur demandent de quitter les lieux puis leur donnent des coups de pied et de poing et des gifles.

Les Palestiniens louent Ahed Tamimi comme un exemple de courage face aux abus israéliens dans les Territoires palestiniens occupés.  Les Israéliens eux considèrent en revanche qu'elle est instrumentalisée par sa famille, l'adolescente ayant déjà été impliquée auparavant dans une série d'incidents avec des soldats, dont les images avaient fait le tour du monde.

Dimanche, deux Italiens et un Palestinien arrêtés la veille par les forces israéliennes après avoir peint le visage de Ahed Tamimi sur le mur de séparation construit par Israël en Cisjordanie ont été libérés. Les deux Italiens devront toutefois quitter Israël dans les 72 heures faute de quoi ils seront expulsés, selon la police.


(Lire aussi : "Il aurait fallu tirer sur Ahed Tamimi", lance un député israélien)


"Une enfant en prison"
Pour les défenseurs des droits de l'Homme, l'affaire Tamimi a permis de mettre en lumière les pratiques des tribunaux militaires israéliens et leur taux de condamnation très élevé -99%- de Palestiniens. La Cisjordanie étant un territoire occupé militairement, les Palestiniens qui y résident sont jugés devant des tribunaux militaires.

"Israël emprisonnant une enfant pendant huit mois reflète la discrimination endémique, l'absence de procédure officielle et le mauvais traitement des enfants", a tweeté Omar Shakir, directeur de Human Rights Watch en Israël. Des centaines d'enfants palestiniens restent derrière les barreaux et ne bénéficient d'aucune attention", a-t-il ajouté.

Ahed Tamimi avait 16 ans au moment de son arrestation. Condamnée à huit mois de prison le 21 mars à l'issue d'un accord dit de "plaider coupable", l'adolescente a fêté ses 17 ans en prison. Sa cousine avait elle été libérée en mars.
L'adolescente et sa mère ont été libérées trois semaines en avance, une pratique fréquente du fait de la surpopulation des prisons, selon son avocate. 

Ahed Tamimi s'est vu infliger une peine presque aussi lourde -huit mois de prison- que le soldat israélien Elor Azaria condamné à neuf mois pour avoir abattu un assaillant palestinien blessé, qui ne constituait plus une menace.



Pour mémoire

Salmane el-Herfi : Tamimi représente une génération qui refuse et rejette l’occupation

La confrontation entre Israël et les Tamimi s’envenime

Quand Ahed Tamimi devient la nouvelle Wonder Woman

Un artiste israélien censuré pour avoir comparé Ahed Tamimi à Jeanne d'Arc et Anne Frank    

Les Tamimi, une "vraie famille"? Israël aurait mené son enquête...    

Ahed Tamimi, la Palestinienne qui "vaut mille hommes"

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

S'il y a une légitimité autant disputée pour une terre, c'est bien celle de la Palestine.

S'il y avait la moindre sagesse à la Knesset les députés auraient dû depuis longtemps trancher pour deux états voisins se respectant et vivant dans la paix et la prospérité.

La condition préalable israelienne , d'une reconnaissance
Palestinienne de l'état hébreu n'est plus un argument depuis des décennies.... (Cette reconnaissance est effective depuis le fameux "caduc" d'Arafat)

Le temps passé ... Et tous perdent ... Oui tous y compris Israël!

C. F.

Aahed Tamimi, la nouvelle icône palestinienne ! Et surtout, merci pour le geste que vous avez accompli à main nue.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE UNE NOUVELLE FIGURE PALESTINIENNE. MERCI.

Irene Said

Et vous, Oren Hoza, on voudrait aussi vous voir en prison pour 20ans, ainsi que tous ceux qui ont votre arrogance !

Donc, pour reprendre vos mots: "une petite terroriste etc." vous Israëliens êtes aussi des terroristes de la pire espèce, car vous vous basez sur les textes de l'Ancien Testament de la Bible pour occuper une terre qui ne vous appartient pas exclusivement. Et pour terroriser et chasser le peuple palestinien qui y habite avant vous !

Et le plus triste dans tout cela, est que vous infligez au peuple palestinien exactement ce que Adolf Hitler vous a fait...et qui est la cause de votre arrivée en...Palestine !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AHED TAMIMI UNE NOUVELLE FIGURE PALESTINIENS !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué