X

À La Une

Les Kurdes syriens vont poursuivre le dialogue avec le régime

Syrie

Des comités seront formés afin de "mettre en place une feuille de route menant à la décentralisation de la Syrie", annonce un conseil du Parti de l'union démocratique. 

OLJ/AFP
28/07/2018

Une coalition arabo-kurde engagée dans des négociations inédites avec le pouvoir à Damas a annoncé samedi la création de "comités" chargés de poursuivre les discussions, en vue d'une solution politique prévoyant une "décentralisation".

Longtemps opprimés par le régime, les Kurdes de Syrie ont profité du conflit qui ravage le pays depuis 2011 pour instaurer une autonomie de facto dans les régions sous leur contrôle dans le Nord et le Nord-Est syrien, soit près de 30% du territoire selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Une délégation du Conseil démocratique syrien, bras politique des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par Washington, a eu des discussions jeudi à Damas, à l'invitation du gouvernement syrien, les premières du genre.
"Il a été décidé de former des comités pour aller de l'avant dans les négociations afin de régler tous les problèmes en suspens", a indiqué le Conseil démocratique syrien dans un communiqué.
Ces comités se pencheront sur des problématiques d'ordre "économique, militaire, juridique et politique", a précisé Sihanouk Dibo, un conseiller du Parti de l'union démocratique (PYD), une formation représentée au sein du Conseil. Leur objectif sera "de mettre en place une feuille de route menant à la décentralisation de la Syrie", a-t-il déclaré à l'AFP. "Il est encore trop tôt pour parler d'un accord mais nous y œuvrons", a poursuivi le responsable, avant de préciser que les négociations seraient "longues et difficiles car le pouvoir de Damas est très centralisé".
Le régime a Damas n'a pas commenté ces négociations. 


(Repère : Les Kurdes de Syrie, longtemps marginalisés, autonomes de facto dans le Nord)


Fin 2017, le chef de la diplomatie syrienne Walid Moallem avait reconnu que les Kurdes syriens souhaitaient "une forme d'autonomie", estimant que cette question était "négociable".

En menant ces négociations à Damas, les Kurdes auraient cherché à préserver au maximum leurs acquis et éviter un conflit avec le régime qui est en position de force après avoir réussi à reconquérir plus de 60% du pays avec l'aide de l'allié russe.
Le président Bachar el-Assad, qui critique le soutien américain aux FDS, avait d'ailleurs menacé en mai de recourir à la force pour reconquérir les territoires kurdes.

La minorité kurde (15% de la population) contrôle de vastes pans de territoires à cheval sur les provinces de Raqqa et Alep (Nord), mais aussi de Deir ez-Zor et Hassaké, où se trouvent d'importants champs pétroliers. En 2016, la communauté a proclamé une "région fédérale" qui gère ces territoires. Cette administration organise des élections à un niveau local et collecte des impôts. Elle a ses propres forces de police et écoles.
Avec l'appui de la coalition internationale, les FDS, fer de lance de la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), luttent toujours contre une poche de l'EI à Deir ez-Zor.


Lire aussi
Premières discussions à Damas entre le régime et les FDS soutenues par les Etats-Unis

Face à la versatilité américaine, le Rojava en appelle à Damas    

Le cimetière de Kobané, symbole des victoires kurdes contre l'EI

En Syrie, les habitants de Kobané comptent sur eux-mêmes pour reconstruire


Pour mémoire
L'alliance kurdo-arabe prête à des discussions sans condition avec le régime syrien


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES ARMES N,ONT PAS RESOLU LA CRISE SYRIENNE. DORENAVANT LE COMBAT EST POLITIQUE ET LES VAINQUEURS SERONT LES PEUPLES !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants