Le village préféré des Libanais - 2018

#4 Broummana, et les songes des nuits d’été

Le village préféré des Libanais
18/07/2018

Niché sur une colline du Metn avec une vue imprenable sur Beyrouth et le littoral, Broummana est l’un de ces villages dont la réputation, qu’il doit à ses hôtels et sa vie estivale nocturne, n’est plus à faire.
En à peine vingt-minutes en voiture depuis la capitale, l’on se retrouve au cœur de « la ville des fleurs », nom que Broummana doit aux magnifiques façades de ses maisons traditionnelles ornées de bouquets colorés. N’ayant rien à envier à la ville (elle l’est techniquement d’ailleurs, en vertu d’un décret présidentiel des années 1980), Broummana est un poumon vert de la région, avec ses milliers de pins majestueux qui jalonnent ses rues et son air frais et pur.


De 7 000 à 25 000
Broummana, ou Beit Ramano (la maison du dieu Ramano en assyrien) et ses 650 à 800 m d’altitude, a su conquérir le cœur des fêtards à la recherche de nuits d’été douces, loin de la chaleur suffocante de la capitale.  Tout y est : bars, restaurants, cafés, hôtels, terrasses… Il suffit de se promener à pied dans ses rues entre les maisons traditionnelles et leurs fenêtres triangulaires, pour se rendre compte des choix qui s’offrent. Envie d’un mezzé, Mounir, Bourj el-Hamam ou Kasr Fakhreddine sont là. Pour satisfaire ses papilles avec une cuisine traditionnelle revisitée, l’indémodable Gargote est à ne pas rater.
Et si manger tout en se baladant en plein air est plus tentant, rien de mieux que d’aller à Souk el-Akel, organisé chaque année en été dans le village. Il n’est donc pas étonnant de voir la population de Broummana passer de 7 000 habitants en hiver, à 25 000 durant la saison estivale. Et chaque nuit durant cette saison, entre 800 et 1 000 personnes viennent dîner dans le village qui offre un maximum de 4 500 couverts au pic de la saison. Au total, ce sont 7 000 à 8 000 personnes qui entrent chaque soir d’été à Broummana.
Broummana et hôtels vont de pair. « Nous avons le plus grand nombre d’hôtels dans le Metn », se félicite Pierre Achkar, président du conseil municipal du village et propriétaire du Printania Palace, établissement fondé en 1964, et qui était à l’époque l’un des plus grands du Liban.
Après avoir été, aux XVIIe et XVIIIe siècles, une destination de choix pour les princes européens qui venaient rendre visite à leurs homologues libanais, notamment ceux de la famille Abillamaa, Broummana voit pousser son premier hôtel au XIXe siècle, le Cedars, un établissement pour lequel le tristement célèbre responsable militaire ottoman Jamal Pacha a eu un coup de cœur.
Avant la guerre dévastatrice de 1975-1990, Broummana comptait pas moins de 38 hôtels, majoritairement de petite taille. Aujourd’hui, ils sont 12, mais savent faire parler d’eux. C’est en effet à Broummana, au Grand Hills Hotel, que le record du monde de la plus grande suite a été inscrit dans le livre Guinness. Plus de 4 000 m2 de surface, un luxe inégalable et une vue à couper le souffle.
Broummana, c’est aussi ce village qui a su accueillir à bras ouverts les enfants du pays, de toutes communautés, qui fuyaient les combats de la guerre civile. « Ils se sentaient en sécurité chez nous », se souvient Pierre Achkar, qui rappelle que son village s’enorgueillit de sa communauté druze, qui vit paisiblement avec le reste des habitants maronites, orthodoxes et catholiques.



L’église du prophète Isaïe
Les adeptes du tourisme religieux seront eux aussi satisfaits en se rendant au village. Ils pourront visiter l’église orthodoxe Saint-Georges et son architecture en rotonde. À quelques dizaines de mètres de l’édifice, ils iront découvrir l’église du prophète Isaïe, pluricentenaire et bâtie sur un ancien fort daté entre le VIIIe et le IXe siècle ap. J.-C., et son chêne millénaire qui trône dans la cour. Plus loin, c’est le couvent des Filles de la Charité, connu sous l’appellation couvent des lazaristes, qui retient l’œil du visiteur. Broummana accueille également le siège de l’archevêché grec-orthodoxe du Mont-Liban.
Si en hiver l’activité dans le village connaît un ralenti, un établissement, fleuron de l’éducation anglophone, ne ferme pas ses portes. Il s’agit de Broummana High School (BHS), cette école fondée en 1873 par le quaker suisse Théophile Waldmeier. Un ancien président libanais, Émile Lahoud, et un ex-Premier ministre, Tammam Salam, en sont diplômés. L’établissement est même connu en dehors des frontières libanaises, de nombreux enfants de familles royales et princières arabes ayant fait leurs classes à BHS.
Les parents qui cherchent un camp d’été pour leurs enfants seront ravis d’apprendre que celui qu’organise BHS est salué comme l’un des meilleurs du pays, grâce à un terrain de 65 000 m2 et des espaces verts à perte de vue qui offrent de nombreuses activités.

La route des Turcs
Les quakers, cette société chrétienne civile anglaise fondée au XVIIe siècle, ont réalisé par le passé plusieurs projets à Broummana. Leur devise « Servir » a déteint sur les mœurs des habitants du village. Kamal Abou Samra, qui dirige le Brummana Hiking Club, en est le parfait exemple. Il lâche tout, reporte ses rendez-vous et rejoint le visiteur qui cherche une belle randonnée à Broummana. Car si le village est connu pour ses hôtels, ses bars et ses restaurants, il offre également une belle palette de chemins pour les amateurs de marche dans la nature.
« Nous avons sept sentiers, le plus connu étant la route des Turcs », un parcours accessible à tout public qui relie Broummana à Beit Méry, explique Kamal Abou Samra. Toutes les activités organisées par son association sont gratuites, insiste-t-il. Son nom, la route des Turcs, ce sentier le doit à l’époque où les Ottomans transportaient vivres, munitions et courrier via cette route qui reliait Broummana à Baabda.
Les randonneurs les plus téméraires pourront se régaler grâce à un parcours qui relie le village à celui de Ras el-Maten, avec un passage dans la vallée. Et pour enfin découvrir les dédales de Broummana et ses 64 escaliers, dont chacun a une histoire à livrer, rendez-vous le 28 juillet pour une marche organisée par le Brummana Hiking Club.


Fiche technique

– Altitude : entre 650 et 800 m.
– Plantations : pins, divers types de fleurs qui ornent les façades des maisons traditionnelles de Broummana.
– Nombre d’habitants : environ 7 000 en hiver, 25 000 en été.
– Hôtels : Printania Palace (04-862000), Grand Hills (04-868888), Le Crillon (04-865555), Garden (04-860444), Quartier Suisse (04-860606).
– Restaurants : Mounir (04-873900), Bourj al-Hamam (04-960058), Kasr Fakhreddine (04-960407), La Gargote/Le Gargotier (04-960096).
– Président du conseil municipal : Pierre Achkar.
– Célébrité issue du village : le père antonin Boulos Achkar, qui fait connaître la liturgie maronite orientale au monde occidental après avoir répertorié 155 hymnes syriaques maronites dans tout le Liban.
– Célébrités qui ont séjourné dans le village : Lawrence d’Arabie, le général Charles de Gaulle, le général Spears, Alphonse de Lamartine.
– Météo : temps doux et sec en été, pluvieux et frais en hiver, avec des chutes de neige occasionnelles.


Comment y accéder ?

Deux routes principales mènent à Broummana, situé à environ 18 km de Beyrouth :
– Dora - autoroute du Metn - Jouret al-Ballout - Broummana.
– Mkallès - Mansouriyé - Aïn Saadé - Beit Méry - Broummana.


À ne pas rater

– La rue des bars, connue aussi sous le nom de la rue Broummana High School, avec ses nombreux bars et cafés en terrasse.
– L’église du prophète Isaïe et son chêne millénaire, et l’église orthodoxe Saint-Georges avec son architecture en rotonde.
– Le couvent des Filles de la Charité, connu sous le nom de couvent des lazaristes, après avoir été le sérail de l’émir Ahmad Abillamaa, au XVIIe siècle.
– L’hôtel Printania Palace avec son jardin et ses restaurants en plein air l’été.
– La randonnée sur la route des Turcs, organisée par le Brummana Hiking Group (76-811891).
– Une promenade dans le vieux Broummana, avec ses maisons traditionnelles, ses rues étroites et ses escaliers.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BROUMANA UN VILLAGE... VILLE AUJOURD,HUI... DE REVE !

Stes David

C'est un bon vidéo avec des choses intéressants en concernant la famille Abillamaa et l'histoire de Broummana.