X

À La Une

L'armée syrienne accentue son offensive sur Deraa et vise une enclave jihadiste

conflit

Raids aériens et intenses bombardements d'artillerie ont visé le bassin du Yarmouk, qui jouxte la Jordanie et le plateau du Golan en partie annexé par Israël, une zone tenue par un groupe islamiste affilié à l'EI, l'Armée de Khalid Ebn al-Walid.

OLJ/Reuters
11/07/2018

L'armée syrienne appuyée par l'aviation russe a intensifié mercredi son offensive contre les rebelles dans le sud-ouest de la Syrie, pilonnant une enclave tenue par des jihadistes liés à l'organisation Etat islamique (EI), rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Raids aériens et intenses bombardements d'artillerie ont visé le bassin du Yarmouk, qui jouxte la Jordanie et le plateau du Golan en partie annexé par Israël, une zone tenue par un groupe islamiste affilié à l'EI, l'Armée de Khalid Ebn al-Walid. Des hélicoptères de l'armée syrienne ont largué des barils d'explosifs sur les positions rebelles.

Le président syrien Bachar el-Assad, avec l'aide de ses alliés russes et iraniens, semble sur le point de vaincre la rébellion dans ce qui fut il y a sept ans le berceau de la révolte contre son régime, la province de Deraa. Les insurgés de l'Armée syrienne libre (ASL) mènent des discussions avec des émissaires russes en vue de rendre les armes dans le cadre d'un règlement négocié comparable à celui qui a ramené la paix au printemps dans la Ghouta orientale, à la périphérie de Damas.


L'OSDH précise que les frappes aériennes sur le bassin du Yarmouk sont les premières menées par les Russes depuis leur engagement militaire au côté de Bachar el-Assad en septembre 2015. L'organisme basé en Grande-Bretagne ajoute que les combattants de l'ASL, qui espèrent conclure un accord avec le gouvernement de Damas, sont eux aussi engagés dans des combats avec les jihadistes de l'EI décidés, eux, à poursuivre la lutte.
Le mois dernier, les Etats-Unis ont fait savoir aux combattants de l'ASL, longtemps soutenus par Washington, qu'ils ne devaient pas compter sur un appui militaire américain face à l'armée d'Assad.


(Lire aussi : Le régime syrien sur le point de prendre le contrôle de Deraa)


Dans leurs discussions mardi avec des émissaires russes, les rebelles de l'ASL qui tiennent certains quartiers de la ville de Deraa ont confirmé leurs exigences. En échange d'un cessez-le-feu, ils réclament notamment le libre passage vers les zones du nord de la Syrie contrôlées par l'opposition, près de la frontière turque. Ils demandent également à l'armée syrienne et ses alliés de suspendre leur offensive contre la ville de Deraa. Les médiateurs russes ont transmis ces demandes au gouvernement syrien.

A la suite de l'offensive lancée le mois dernier, l'armée syrienne a repris le contrôle de la frontière avec la Jordanie, que l'opposition tenait depuis 2015.
Un accord a été trouvé vendredi dernier entre officiers russes et représentants des insurgés, aux termes duquel la ville de Deraa, de même que d'autres localités de la province, passeront progressivement sous le contrôle de l'Etat syrien.

L'offensive gouvernementale devrait se tourner ensuite vers les positions rebelles de la province de Qouneitra, près du plateau du Golan.


Lire aussi

L’après-Deraa : régler, désormais, la question de l’influence iranienne en Syrie

Les Russes veulent-ils le départ des Iraniens de Syrie ?

Retour massif de déplacés dans le Sud syrien

Au poste-frontière avec la Jordanie, militaires russes et syriens exultent

Syrie : un deal Trump-Poutine sur le dos des Iraniens ?

Le Hezbollah participerait à l'offensive du régime Assad dans le Sud syrien, selon Reuters

Israël joue la carte humanitaire à Deraa

Pour les rebelles dans le Sud syrien, le choix entre "le mal et le pire"

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOUS VOULONS SAVOIR LES CONCESSIONS ET LES GARANTIES DONNEES ET FAITES AUX AMERICAINS ET ISRAELITES POUR LA PERMISSION DE CETTE ESCAPADE CONSENTIE A L,ARMEE DU REGIME SYRIEN !

Dernières infos

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué