X

Campus

À 30 ans, l’Université de Balamand reste en perpétuel développement

Focus

Avec plus de 13 000 diplômés au cours des 30 dernières années, l’UOB offre aux étudiants des différentes régions une éducation supérieure de qualité.

30/06/2018

Fondée en 1988, l’Université de Balamand (UOB) a été la première à s’implanter dans la région du Liban-Nord, avec trois facultés (l’Institut de théologie, l’Académie libanaise des beaux-arts et la faculté des arts et des sciences sociales). Aujourd’hui, ses 11 facultés et 8 centres sont répartis entre son campus principal à Koura, et les campus de Beino au Akkar, de Dekouané et Achrafieh à Beyrouth, et de Souk el-Gharb à Aley.

Classée 3e au Liban et figurant parmi les 600 meilleures universités dans le monde, selon le classement mondial des universités QS 2018, « l’Université de Balamand est une institution d’enseignement supérieur et de recherche visant à servir toutes les communautés sans distinction », affirme Georges Nahas, vice-président aux planning et relations académiques à l’Université de Balamand.
En effet, émanant de la tradition orthodoxe orientale, cette université promeut le pluralisme et le dialogue interculturel, en tant qu’instruments de coopération et de paix dans la région. Avec plus de 13 000 diplômés au cours des 30 dernières années, l’Université de Balamand offre aux étudiants des différentes régions une éducation supérieure de qualité. « L’Université de Balamand a joué un rôle essentiel dans le nord du Liban et dans d’autres régions comme au Akkar et à Souk el-Gharb : elle a permis aux étudiants de rester dans leurs localités et a empêché leur migration vers Beyrouth, en vue de la scolarisation. Il s’agit d’un rôle extrêmement important dans le développement des régions rurales et éloignées », assure M. Nahas.


(Lire aussi : L’entrepreneuriat, pour élargir les horizons des jeunes diplômés)


Design de produit à l’ALBA
L’UOB prodigue à ses étudiants des spécialisations couvrant des domaines variés, de la médecine à la théologie, en passant par les sciences, la gestion, l’art, l’ingénierie, la santé, la technologie, la communication ou les sciences humaines. Afin d’assurer un enseignement de qualité, l’UOB révise régulièrement ses programmes universitaires, les modernise et y introduit de nouveaux diplômes et spécialisations. Ainsi, à titre d’exemple, l’Académie libanaise des beaux-arts (ALBA), rattachée à l’UOB en 1988, est la première au Moyen-Orient à proposer, en 2012, la formation design de produit comme une discipline à part entière. Également à l’ALBA, l’École de mode, créée en 2016, offre un cursus élaboré avec le parrainage de Rabih Kayrouz, en collaboration avec la section mode de l’École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre, à Bruxelles.
En outre, l’Institut de théologie de Saint-Jean Damascène (IOT) accorde une attention particulière à l’amélioration de la recherche théologique et de la publication en arabe, notamment dans le cadre de son programme de master. « L’Université de Balamand est considérée comme un centre de théologie dans la région avec une fenêtre sur le monde, où se rencontrent des étudiants de différentes nationalités », souligne Walid Moubayed, doyen des admissions et des inscriptions.


(Pour mémoire : L’Université Balamand lance un MBA en gestion du transport aérien)


Gestion du transport aérien
Par ailleurs, le département de génie civil de la faculté d’ingénierie a reçu le prix d’excellence 2017 de l’American Concrete Institute (ACI). Faisant partie de ce département, l’Institut de l’aéronautique de Balamand (BIA) délivre une licence et un master en génie aéronautique, une formation exclusive à cette université. L’institut met à la disposition de ses étudiants des installations ultramodernes, notamment des salles intelligentes adaptées à l’apprentissage en ligne, des simulateurs avancés, des laboratoires de calcul puissants et des laboratoires expérimentaux.

En outre, le département de génie mécanique prodigue, depuis 2015, une licence et un master en ingénierie navale, ainsi qu’une licence et un master en navigation maritime, deux spécialisations enseignées uniquement à l’UOB. « Le nouveau potentiel d’extraction du pétrole et du gaz provenant des eaux territoriales libanaises a donné l’idée brillante d’aller de l’avant pour construire des capacités dans le domaine maritime », confie le Dr Oussama Jadayel, chef du département de génie mécanique et directeur du BIA. Les diplômés pourront, entre autres, concevoir, exploiter et entretenir des systèmes de propulsion navale et des centrales électriques, gérer les opérations navales et les opérations d’ingénierie, assurer la sécurité et la qualité des opérations maritimes, ou commander et naviguer des vaisseaux de différentes tailles.

Par ailleurs, lancé en mars 2018 par la faculté de commerce et de gestion et le BIA, le MBA en gestion du transport aérien (Air Transport Management) débutera à la rentrée. L’UOB l’a mis en place en collaboration avec le ministère des Travaux publics et des Transports, à travers la Direction de l’autorité de l’aviation civile. Le diplômé deviendrait, entre autres, gestionnaire des opérations aériennes, chef pilote, gestionnaire de la maintenance, responsable ingénierie et planification, responsable de la sécurité, gestionnaire au sol, gestionnaire des services de navigation aérienne, chef d’aéroport ou directeur de stations aériennes.
Enfin, parmi ses projets futurs, l’UOB compte ajouter trois facultés supplémentaires : la pharmacie, l’agriculture et le droit. De même, l’université est en cours de finalisation de son centre médical près du campus principal à Koura. Et pour célébrer le 30e anniversaire de l’UOB, divers événements culturels, sportifs et récréatifs se sont déroulés en cours d’année et d’autres, programmés dès la rentrée prochaine, se tiendront tout au long de l’année 2018-2019.


Pour mémoire
L’Université de Balamand : 11 facultés réparties sur 4 campus

Un journal en ligne pour les étudiants de l’Université de Balamand

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué