Spécial Orientation professionnelle / Édition 3

L’Université de Balamand : 11 facultés réparties sur 4 campus

Un cadre enchanteur pour la bibliothèque. Photo DR

27/03/2018

Dans le nord du Liban, au Koura, l’Université de Balamand assure aux étudiants de la région une formation de qualité. Ses onze facultés offrent des spécialisations variées, dans des domaines tels que les beaux-arts, la théologie, la gestion, les sciences, la médecine, la santé, l’ingénierie ou la technologie. Son enseignement est majoritairement prodigué en anglais.
L’Université de Balamand dispose, par ailleurs, de quatre autres campus. Un peu plus au nord, à Beino (Akkar), le campus de la faculté de technologie Issam M. Farès s’étend sur 100 000 m². Dans le Mont-Liban, près de Aley, l’université accueille les étudiants de la région dans son campus de Souk el-Gharb qui occupe une superficie de 48 000 m². À Beyrouth, ceux qui souhaitent se spécialiser dans les différents domaines de l’art s’inscrivent à l’Académie libanaise des beaux-arts (ALBA). Par contre, le complexe de santé Saint-Georges, à Achrafieh, reçoit les étudiants de la faculté des sciences de la santé, de la faculté de médecine et des sciences médicales et de la faculté d’éducation médicale postdoctorale Saint-Georges.
Au Koura, situé sur une colline surplombant la mer, le campus de l’université s’entend sur 454000m², de quoi assurer aux jeunes une vie estudiantine à part entière. Ces derniers profitent ainsi non seulement des paysages de la région, mais aussi des espaces verts, répartis entre sentiers, jardins et terrains de sport.
Les facilités sportives sont d’ailleurs nombreuses, en extérieur comme à l’intérieur. Elles se composent de pistes de jogging, de terrains d’athlétisme, de terrains de tennis, d’un gymnase, d’une piscine, d’une salle de musculation, de terrains de basket-ball et de handball ainsi que d’un terrain de football et de rugby.
En outre, l’Université de Balamand assure à ses étudiants qui le souhaitent des logements à l’intérieur de son campus du Koura. Deux bâtiments offrent aux résidents des services, tels que des repas, des cuisines, des buanderies, des salles de télévision, l’internet, ainsi que des salles d’étude. Les étudiants ont la possibilité également de se loger, hors campus, dans les villages voisins.
Quant à la cafétéria, elle sert le petit déjeuner, les collations, les repas chauds et les boissons. Les étudiants disposent aussi de kiosques servant des collations et des sandwiches rapides, situés dans les différentes facultés.
Par ailleurs, le Centre d’apprentissage de la bibliothèque Issam M. Farès (IFLLC) met à la disposition des étudiants la bibliothèque principale de l’université, ainsi que des laboratoires informatiques, des salles de classe en ligne, des salles de vidéoconférence, des salles d’étude de groupe et des salles de réunion.
Enfin, en plus de l’apprentissage académique, les étudiants peuvent pratiquer des activités récréatives, sociales, culturelles et éducatives, coordonnées par le centre d’activités de l’université. Celui-ci sert également de liaison administrative avec les clubs d’étudiants.

Les bourses de mérite
L’université octroie des bourses de mérite complètes, à 100 %, aux candidats nouvellement admis, classés premiers et deuxièmes dans les examens officiels du baccalauréat libanais dans chaque mohafazat. En profitent également les quatre meilleurs candidats qui obtiennent un score de 1 450 ou plus sur le SAT, et ceux qui se classent parmi les 20 % les plus élevés des deux dernières années de scolarité.
Les quatre meilleurs étudiants qui ont obtenu, à la fin d’un semestre, une moyenne générale de 95 et plus recevront également cette bourse complète, et ce pour le semestre suivant. Ces bourses sont renouvelables au début de chaque année scolaire, lorsque l’étudiant possède une moyenne générale de 85 ou plus.
Par ailleurs, des bourses de 75 % sont accordées aux six meilleurs candidats, nouvellement admis, avec un score de 1 400 au SAT, et classés parmi les 20 % les plus performants des deux dernières années de scolarité, ainsi qu’aux candidats classés à la troisième place des examens officiels du baccalauréat libanais dans chaque mohafazat.
Ces bourses de 75 % sont renouvelables, à condition que les bénéficiaires maintiennent une moyenne générale cumulative de 83 ou plus.
Enfin, une bourse de 50 % est donnée aux dix meilleurs candidats, nouvellement admis, qui obtiennent un score de 1 300 au SAT et qui sont classés parmi les 20 % les plus performants des deux dernières années de scolarité, ainsi qu’aux candidats classés quatrième et cinquième au baccalauréat libanais.

Partenariats internationaux
L’Université de Balamand a établi des partenariats éducatifs avec des universités, des collèges et des organisations internationales. Ces partenariats permettent aux étudiants de poursuivre des études supérieures, principalement en Europe et aux États-Unis. Grâce aux partenariats, l’Université de Balamand développe également de nouveaux programmes.
L’université offre en outre la possibilité à ses étudiants de participer à des programmes d’échange, dans le cadre de programmes tels que Tempus et Erasmus.
En effet, Erasmu+ a instauré l’International Credit Mobility (ICM), financé par l’Union européenne. Dans ce cadre, après avoir signé des partenariats, l’Université de Balamand peut accueillir des étudiants étrangers, comme elle peut envoyer ses étudiants dans les universités partenaires. Les mobilités peuvent être pratiquées au niveau du premier cycle, de la maîtrise, du doctorat et bientôt pour les stages.
Pour plus d’informations :
http://www.balamand.edu.lb/Offices/InternationalRelations/Pages/InternationalRelations.aspx

Les critères d’admission
Pour être admis en classe Freshman, le candidat doit présenter, dès la première année, un certificat d’achèvement de 12 années de scolarité, ainsi qu’une autorisation du comité d’équivalence du ministère libanais de l’Éducation pour poursuivre des études supérieures sur la base d’un programme étranger.
Le candidat à la classe Sophomore doit être titulaire du baccalauréat libanais ou de son équivalence. Il doit présenter ses notes et son classement, ainsi que le test SAT. Celui-ci n’est toutefois pas requis pour s’inscrire à l’ALBA.

Des spécialisations peu communes

MBA en gestion du transport aérien
En mars, l’Université de Balamand a lancé une nouvelle spécialisation. Il s’agit d’un MBA en gestion du transport aérien (Air Transport Management), prodigué par la faculté de commerce et de gestion. Prévu pour la rentrée prochaine, ce programme « vise à doter les étudiants des compétences nécessaires pour poursuivre une carrière réussie dans divers secteurs de l’industrie du transport aérien, notamment les compagnies aériennes, les aéroports, les autorités de réglementation de l’aviation civile et d’autres sociétés aéronautiques, ainsi que les fournisseurs de services », explique Karim Nasr, doyen de la faculté de commerce et de gestion.
Le programme se présente en format de sessions intensives, et par conséquent il peut être complété en un an et demi. L’université l’a mis en place en collaboration avec des partenaires, notamment le ministère des Travaux publics et du Transport, par le biais de la direction de l’aviation civile, l’Institut d’aéronautique (BIA) et la faculté de gestion et de management de l’Université de Balamand.

Le département de génie civil
L’Université de Balamand a reçu le «ACI Excellent University Award » pour l’année 2017 de l’American Concrete Institute (ACI) à travers son département de génie civil à la faculté de génie. « Ce prix est considéré comme étant le meilleur classement annuel donné par l’institut aux universités qui satisfont à un certain nombre de points », souligne Najib Gergès, président du département de génie civil et environnemental à la faculté de génie. Cette année, seules 25 universités dans le monde ont reçu le prix. « L’importance d’une telle récompense est qu’elle place l’Université de Balamand parmi les meilleures au monde et joue un rôle dans l’amélioration du travail académique et dans le développement de la recherche à l’université », ajoute M. Gergès.
Le département de génie civil et environnemental développe, en effet, plusieurs programmes novateurs, notamment un centre d’ingénierie sismique qui se concentre sur les laboratoires de recherche liés aux tremblements de terre, ainsi qu’un programme d’atténuation des tremblements de terre et de sensibilisation. Le département dispose aussi d’un laboratoire de matériaux travaillant sur de nouveaux sujets dans le domaine de l’ingénierie civile et environnementale, y compris l’impression 3D, le recyclage des cendres de fond, les agrégats de bois, les cellules photovoltaïques et le béton recyclé.

L’ingénierie aéronautique
Prodigués par l’Institut de l’aéronautique, l’ingénierie aéronautique et le baccalauréat en technologie de maintenance d’aéronefs sont des spécialisations en aviation « exclusifs à l’Université de Balamand ». « Ce sont deux majors importants et hautement considérés », affirme Oussama Jadayel, président du département de génie mécanique et directeur de l’Institut de l’aéronautique.
Ces programmes permettent aux diplômés de travailler dans le domaine de l’industrie de l’aviation civile. Ils occuperont des postes techniques et de gestion, tels que la maintenance d’aéronefs, la vente dans l’industrie lourde, ainsi que des postes dans les organismes de réglementation et de sécurité ou les opérations de différentes sortes.
« Le marché semble prometteur avec une forte demande pour une telle spécialisation, mais sur le plan local, la stabilité politique et économique est essentielle pour le développement de ce secteur », explique le responsable.
Enfin, l’Université de Balamand met en place un programme similaire pour les études navales qui sera annoncé prochainement.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué