X

Idées

Eden Bay à Ramlet el-Baïda : une seule solution, la démolition

Point de vue
Raja NOUJAIM | OLJ
15/06/2018

Plus d’un an et demi après l’attribution par le mohafez de Beyrouth, Ziad Chbib, du permis de construire à la société Eden Bay Resort SAL sur la parcelle 3689 Moussaitbé, à Ramlet el-Baïda, le scandale perdure. Le promoteur est en passe d’achever l’hôtel et continue d’empiéter illicitement sur les biens publics en édifiant sur le sable un grand escalier fixe en béton et pierres; en aménageant une route vers la plage pour ses véhicules ; et surtout en haussant graduellement le niveau du sol sableux tout le long de son projet, le polluant par le rajout de terre afin de créer des passages… Tout ceci afin de pouvoir réserver le bénéfice exclusif de la plage à l’ouest de son bâtiment à son profit et celui de ses clients éventuels ! 

Pour imposer cet état de fait, les partisans du projet, dont le mohafez, ne cessent d’insister sur le fait qu’il s’agit d’une propriété privée et justifient sa légalité en s’appuyant sur une lecture parcellaire de la législation en vigueur. Il convient donc de revenir sur cette dernière afin de souligner que, quelles que soient les interprétations juridiques (mêmes les plus audacieuses), une seule solution s’impose pour renouer avec la légalité : la destruction du projet litigieux. 

Une observation tout d’abord : les 4 lots de terrain (3689 à 3692) qui constituent la parcelle objet du litige font partie des « biens publics maritimes de par leur nature avec titre de propriété privée ». Cette catégorie « bâtarde », ou du moins indéfinie, résulte de l’application de la loi n° 144 du 10/06/1925, par laquelle l’État a failli à ses obligations de confirmer officiellement la propriété publique de tous les terrains considérés en tant que tel le long de la côte de Beyrouth. Pour autant, exiger la récupération par l’État d’un bien initialement public semble contreproductif, car non seulement ce dernier a compétence exclusive pour engager cette procédure, mais il serait tenu, aux termes de la loi, à verser d’importants dédommagements pour des biens dont il s’est délaissé gratuitement !

L’opposition au projet devrait donc plutôt se fonder sur les textes en vigueur en matière d’urbanisme, de construction et de protection de l’environnement ; et, surtout, sur la protection constitutionnelle des biens publics maritimes, explicitement relevée par la loi 144/1925 et l’article 30 de la loi n° 14 du 20/08/1990 – et confirmée à plusieurs reprises par la jurisprudence. Protection qui revêt donc un caractère prioritaire par rapport au développement foncier qui, lui, n’est qu’à fin d’intérêt privé.


(Pour mémoire : Accès au littoral : Manifestation et contre-manifestation devant la municipalité de Beyrouth)


Lois ignorées
Or à cet égard, le principe de base légal est l’interdiction de construire sur ce terrain. C’est la conclusion qui s’impose à la lecture des trois décrets (n° 4809, 4810 et 4811) du 24/06/1966 qui définissent notamment les conditions et servitudes applicables à toute demande de construction, entre autres, dans la zone où se situe la parcelle 3689, notamment du fait de son emplacement dans le prolongement  de la plage de Ramlet el-Baïda, dont le sol est d’une même nature sableuse. Si ces trois décrets ont été publiés le même jour, c’est bien parce qu’ils constituent un cadre juridique commun, à lire, comprendre et à appliquer dans son ensemble. De même, le décret n° 14817 du 20/06/2005 avec ses annexes officielles (jamais évoqué ni pris en compte par le mohafez) confirme l’interdiction complète de construire sur les terrains de cette parcelle. Une interdiction d’ailleurs précédemment respectée par les anciens propriétaires (la société Eden Rock) en 1975 comme en 2005. 

Mais même en supposant qu’il soit permis de construire sur la parcelle 3689, du fait de son titre de propriété privée, il faudrait alors appliquer obligatoirement la réglementation qui traite des constructions sur les biens privés limitrophes aux plages publiques, quels que soient la nature du sol ou le niveau auquel elles se trouvent. Soit le décret 4809/1966 précité, qui requiert pour ce genre de projet touristique une superficie minimale de 7 500 m2. La surface de cette parcelle étant de 5 188 m2, comment le permis de construire a-t-il été accordé dans de telles conditions ? Tout simplement par le fait que le propriétaire, de connivence avec la municipalité de Beyrouth, a utilisé frauduleusement dans sa demande de permis « l’unité foncière » existante entre sa parcelle à une autre parcelle (lot 3687) se trouvant à proximité, mais séparées par une route publique (la rue Ahmad el-Solh). Un rattachement illégal, car contrevenant à l’article 25 de la loi du bâtiment n° 646 de 2004, qui exige entre autres que les parcelles soient totalement limitrophes afin d’avoir le droit de profiter d’une « unité foncière ».

Cependant, même si l’on se hasarde à faire fi de l’exigence d’une surface minimale, on est alors tenu de prendre en compte le recul par rapport à la plage exigé par le décret n° 4809 et confirmé par le n° 4810 précité, qui est de 20 mètres vers l’intérieur de la parcelle. Or le permis émis par la municipalité a ramené illégalement ce recul à 2 mètres, sans même obtenir un décret modificatif spécial de la part du Conseil des ministres ; tandis que la société ayant tout simplement ignoré ce recul dans son exécution des travaux, son projet est actuellement collé à la plage de sable ! À noter, par ailleurs, que le décret 4809 précité impose un recul obligatoire de 10 mètres du côté de la route adjacente ainsi que de toute parcelle limitrophe.

En outre, l’article 2.6.3 du décret 4811 qui concerne la zone en cause indique très clairement une hauteur maximale autorisée de 5,25 mètres par rapport au niveau le plus bas de la rue Ahmad el-Solh. Celle-ci se trouvant à environ 8 mètres au-dessus du niveau de la mer, la hauteur maximale du bâtiment devrait donc atteindre une altitude d’environ 13 mètres et non les 42 mètres atteints scandaleusement par l’édifice ! Par conséquent, en appliquant toutes ces dispositions réglementaires, la surface globale constructible au sol serait seulement d'environ 300 m2 (localisés au milieu du terrain) et les étages déjà construits, comme leur sous-sols, devraient être démolis…

 Or le mohafez a abusivement ignoré ces textes et s’est permis de ne se baser que sur une partie d’un seul paragraphe de l’article 2.6.4 du décret 4811, en vue d’avantager au maximum les promoteurs. Paragraphe qui ne porte que sur des parcelles en rapport avec la route de Jnah, laquelle se situe environ 150 mètres plus loin (et 30 mètres plus haut) de la parcelle 3689 ! Il est donc inapplicable, surtout si l'on prend en compte l’existence de la rue Ahmad el-Solh.


(Pour mémoire : Des associations catégoriques : les irrégularités sur l’Eden Bay sont techniquement irréversibles)



Cheval de Troie
Il a pourtant fallu attendre que les propriétaires présentent leur demande de permis d’exploitation du projet pour que le département technique de la municipalité de Beyrouth se réveille. Dans un courrier adressé aux propriétaires en avril dernier, elle a justifié le fait de surseoir à l’octroi du permis, rien qu’en exposant une petite partie des infractions légales et irrégularités vis-à-vis des conditions du permis commises dans l’exécution des travaux (dont l’exploitation illicite d’étages déclarés en tant que sous-sols ou terrasses).

Ce courrier met d’ailleurs aussi en cause les approbations données illégalement par le mohafez, au mépris notamment de la preuve apportée par un rapport de l’armée qui démontrait la falsification du contenu des plans du topographe des propriétaires. Et surtout, l’annulation, depuis novembre 2016, de l’« unité foncière » frauduleusement utilisée  (évoquée plus haut), ce qui annule, à leur sens, tout rapport entre la parcelle et la route de Jnah, et rend de ce fait caduc le permis de construire.

Or non seulement les travaux n’ont pas cessé, mais la municipalité continue scandaleusement à ce jour d’effectuer des travaux d’infrastructures publiques au bénéfice de ce projet privé… La couverture politique du ministre de l’Intérieur, la couverture administrative du mohafez de Beyrouth (de connivence avec au moins le président du conseil municipal) et celles d’autres ministres (dont ceux des Transports et de l’Environnement), suggèrent même que les enjeux dépassent le projet en cause dont l’aboutissement pourrait faire office de « cheval de Troie ». Autrement dit, un précédent à même de s’affranchir de l’aménagement urbain adéquat et juste que la réglementation de 1966 a permis d’imposer dans la région de Jnah, de telle sorte que la vue ne soit jamais bloquée et que les bâtiments de bas en haut se suivent en forme de gradin. Soit les derniers obstacles qui se dressent dans cette zone face aux promoteurs cupides et leurs soutiens politiques et administratifs…


Raja Noujaim est activiste et juriste, spécialisé dans les questions relatives au contrôle qualité et le métrage (« quantity surveying »).


NDLR: Cet article a été modifié le 16/06 pour intégrer des précisions communiquées par l'auteur.


Lire aussi

C’est le littoral libanais que l’on assassine... La mémoire aussi



À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Je suis contre les plaintes et les recours dans un pays où l'opinion publique n'a absolument aucune valeur. On vous balancera de commission à commission jusqu'à l'occupation totale de Ramlet el-Baïda qui deviendra Ramlet el-batone (Béton en arabe). Il faut procéder à la manière corse : Formez un groupe, prenez des pioches, des pelles, de gros marteaux et allez casser, démolir, détruire. C'est la seule solution.

Tueni Myriam

Et si on formait un groupe (grandissant) de citoyens et que nous fassions un recours collectif de plainte en cour, en bonne et due forme, contre l’état ?? N’est-ce pas possible ?? Surtout si nous publions ce recours dans La Presse locale et étrangère: le peuple libanais traîne en justice l’état et ses dirigeants pour vol, corruption et disposition illégale des biens du peuple!
Je suis sûre que nombreux seront ceux qui se joindront à ce recours collectif! Je suis, aussi, sûre que plusieurs avocats seraient prêts à participer pour former cette plainte géante car ce sera une première mondiale!
À bon entendeur, salut! Spread the word ...

Punjabi

Comment peut-on aider?

Le Faucon Pèlerin

En 1985, dans un car de tourisme entre Bonifacio et Porto-Vecchio (Corse du Sud) nous apercevons une villa démoli comme un château de carte au milieu d'un terrain vierge de toutes constructions. Le chauffeur Dumè nous dit : C'était une villa du flambeur Eddie Barclay construite dans un terrain inconstructible. Le FLNC n'a pas attendu le jugement du tribunal, il s'est chargé lui-même de le démolir. Le Corse se charge lui-même de préserver le patrimoine de son Île contre le cannibalisme des promoteurs.
Merci Antonek.

AntoineK

C'est sur une (pas si) petite île française (presque la taille du Liban) que la technique la plus efficace contre bétonneurs en tous genres a fait ses preuves: BOUM! "Le plastic c'est fantastique..." disent ainsi beaucoup de Corses...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUT LE LITTORAL EST ACCAPARE PAR DES REQUINS ET CONSTRUIT DE LA MEME MANIERE ! DEMOLISSEZ-LES TOUS... MAIS NOUS SOMMES DANS L,ATOLL OU KEL MINE ELOU SE3ROU NE L,OUBLIONS PAS... DU PETIT AU PLUS GRAND !

Saliba Nouhad

Mais plus monstrueux, hideux et scandaleux que ce projet, on n’en fait plus...
Il devrait être primé au Guinness book comme la réalisation qui bat tous les records mondiaux de laideur en détruisant un des plus beaux sites de front de mer de la capitale: il faut vraiment avoir la mentalité de crapules sans foi ni loi de nos politiciens et autres responsables pour être complice de ce crime écologique abject!
En fait, je me rappelle il y’a moins que 2 ans, dans ces mêmes colonnes de l’OLJ, le tollé provoqué au début du projet lorsqu’ils avaient débuté le déblaiement de la plage et qu’on avait évoqué toutes les irrégularités et magouilles évidentes et qu’on se promettait de le bloquer etc...
Comme j’avais commenté en ce temps-là: arrêtons de rêver, honnêtes gens: le chien aboie et la caravane va passer dans notre république bananière!
Et en effet, le projet fut oublié, on n’en parlait plus et voilà où nous en sommes 1,5 ans plus tard: mis devant le fait accompli dans toute son horreur!
Très belles paroles, Mr Noujeim, mais ne pensez-vous pas que c’est trop tard pour faire quoi que ce soit?
Dans des pays qui se respectent, toute cette clique de corrompus serait en prison, alors que chez nous, ils vous narguent et continuent à se remplir les poches sans aucun état d’âme!

Sam

Boycott:
1-Mettons des avis négatifs sur booking.com et autres pour prévenir clients
2-Refusons toute invitation dans cet endroit puant la corruption

Faites passer le mot

Sam

Quels sont les recours à ce stade?
Justice:Une class action ?
Un boycott : se refuser d’y mettre les pieds même si nous sommes invités à un dîner ou baptême ou mariage....

gaby sioufi

il nous est permis de rever.... pour combien de temps encore ?
rever d'avoir une crasse politique ayant un minimum de decence.

en attendant que ce reve se realise ....... ADIEU VEAU VACHE COCHON !
a qui mieux mieux ils accourent tous de + belle ....

ne craignent ils pas- plus l'application des lois MEME/A CAUSE du Nouveau LIban tel que vu par aoun ?

Irene Said

Ziad Chbib, mohafez de Beyrouth, le même qui il y a quelques jours voulait interdire les drapeaux étrangers durant la Coupe du Monde...mais qui autorise la construction de EDEN BAY !

Voilà un requin affamé de plus dans la collection nationale protégée "TOUS CORROMPUS LIBANAIS"

Ben oui...des drapeaux étrangers ça peut "déranger" tandis qu'une construction hideuse au bord de la mer ça plaît à tout le monde...et en plus ça rapporte gros !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DEMOLIR... C'EST REVER ! KEL CHI OU KEL MINE ELOU SE3ROU BHAL BALAD !

Sarkis Serge Tateossian

Autant de mépris aux lois de la republique, de la nature et de l'écologie, du citoyen et de sa patrie....

Oui, l'appât de l'argent facile rend fou, la preuve est devant nous!

Yves Prevost

En effet, une seule solution: tout détruire! Mais peut-on vraiment rêver?

NAUFAL SORAYA

Merci M. Noujaim, pour votre acharnement à vouloir sauver cette jolie baie de cette horrible construction et le peu d'ouverture sur la mer qui nous reste!

Punjabi

Voilà quelqu’un qui se bat pour son pays et ses concitoyens. Merci!!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué