X

Liban

Bkerké revient à la charge : Non au décret de naturalisation

Communautés
OLJ
12/06/2018

Le synode de l’Église maronite est revenu à la charge, hier, réclamant l’annulation du récent décret de naturalisation dont certains noms, a-t-il considéré, « ne font pas honneur à la nationalité libanaise ». Après sa retraite spirituelle de la semaine passée, l’Assemblée des évêques maronites a entamé hier une nouvelle retraite, de travail cette fois, qui s’étendra jusqu’à samedi, au cours de laquelle elle examinera un agenda comprenant des points ecclésiaux et pastoraux, ainsi que des questions d’importance nationale.
À l’ordre du jour de ces séances de travail, qui se tiennent en présence des évêques du Liban et de l’étranger, des dossiers essentiels comme celui de la formation du clergé, de la réforme de la liturgie comme source d’enseignement et d’unité, ainsi que les orientations pastorales aux évêques, notamment l’interdiction qui leur est faite, sous prétexte de leur besoin en prêtres, d’ordonner des séminaristes ou des moines, ou d’accepter d’affecter des prêtres rejetés ou considérés comme indésirables « dans les séminaires ou les évêchés d’où ils proviennent ».
Par ailleurs, l’Assemblée des évêques va passer en revue la situation des diocèses maronites de la diaspora, et la décision de nommer un nouvel évêque comme « visiteur apostolique » dans les pays d’Europe germanophones, à charge pour Mgr Maroun-Nasser Gemayel, évêque du diocèse maronite de France, de continuer d’exercer cette fonction dans les pays d’Europe s’exprimant dans des langues d’origine latine.


(Lire aussi : Et si, au-delà des polémiques, c’est la présidence de Michel Aoun qui est visée ?)


Par ailleurs, tous les diocèses maronites du Liban sont invités à discerner les prêtres susceptibles de servir outre-mer, notamment dans les pays à forte émigration. Aux évêques de ces diocèses il est demandé d’aller au-delà des besoins de leurs diocèses, sachant que « les évêques sont au service de l’Église, et non de leurs diocèses exclusivement ».
L’agenda de l’Assemblée soulèvera également le problème du « besoin financier » de certains diocèses. Une commission a été formée pour répondre à ces besoins et, en attendant, « les diocèses riches sont invités à aider ceux qui ne le sont pas ».
Enfin, les évêques sont chargés d’établir des listes de prêtres dignes d’être sacrés évêques, dans la perspective de besoins émergents dans ce domaine, au Liban et à l’étranger.


(Lire aussi : FL, Kataëb et PSP s’activent en attendant la décision de Aoun...)


Sur le plan national
Sur le plan national, le discours d’introduction des travaux de l’Assemblée, prononcé par le patriarche Raï, met l’accent d’abord et avant tout sur l’importance du Liban comme « patrie spirituelle des maronites du monde entier ».
Le patriarche réclame ensuite, au nom du collège épiscopal, la formation rapide d’un nouveau gouvernement « loin des calculs particuliers et du partage d’influence » ; il réclame ensuite de ce gouvernement « d’unifier le discours qui se tient en matière de rapatriement des déplacés syriens », et demande à la communauté internationale de les aider à retourner dans leurs foyers, et à « ne pas les effrayer pour des raisons politiques ».
Enfin, le chef de l’Église maronite a demandé, au nom du collège épiscopal, « le retrait du décret de naturalisation » qui vient d’être promulgué en catimini, et « dont certains bénéficiaires sont suspects et ne font pas honneur à la nationalité libanaise ».
Par la même occasion, le patriarche demande la mise en application du jugement du Conseil d’État invalidant le décret de naturalisation de 1994 « qui a entraîné un grave déséquilibre démographique au Liban », ainsi que l’examen du projet de loi révisant les conditions d’octroi de la nationalité dont le texte remonte à 1925.


(Repère : Naturalisation : ce que dit la loi au Liban)


Le vivre ensemble
Pour finir, le patriarche lancé un vibrant appel au vivre ensemble, invitant hommes politiques et dirigeants « à tisser entre eux des liens de confiance dans l’esprit du pacte national qui distingue le Liban de tous les autres pays, parce qu’il s’agit d’un pacte de liberté, d’égalité et de vivre ensemble entre chrétiens et musulmans ; âme même de la Constitution et de la vie politique et fondement de la complémentarité au sein d’une même
nation » .


Lire aussi

La confusion règne autour de la décision de Bassil de geler les permis de séjour des employés du HCR

Khalil suggère d’autres naturalisations

Raï juge le décret de naturalisation contraire à la Constitution

Liban : Plaidoyer pour une refonte du droit de la nationalité

Naturalisations : La publication des noms confirme les craintes et maintient les interrogations

Fantasmes, torchons et serviettes, le billet de Gaby NASR

Passeports en passe-passe, l'éditorial de Issa GORAIEB

Une question de cohérence, l'édito de Michel TOUMA

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.